Déplacements «verts».

Campagne du CAS pour les transports publics La pratique des sports de montagne exige parfois d' importants déplacements. La campagne du CAS en faveur des transports publics vise à faciliter et à augmenter l' utilisation des transports collectifs par les amateurs de courses en montagne. Ce but s' inscrit dans la ligne de la protection du monde alpin, une des tâches du CAS.

La commission de la protection du monde alpin s' occupe depuis longtemps de la question des déplace-ments1. La nouvelle campagne, conforme aux buts du club, vise à amener aussi bien les sections que les amateurs de courses en montagne à utiliser davantage les transports publics, notamment par le biais de nouvelles offres. Pour y parvenir, le CAS travaille avec divers partenaires, notamment les CFF, l' Association Transport et Environnement ( VCS-ATE ) et la fondation Save the Mountains. D' autres partenaires sont également intéressés à collaborer au projet. Comme le financement de la campagne est principalement assuré par des tiers ( Confédération, associations partenaires, parrainages, fondations ), la part du CAS n' est pas bien grande.

La campagne comprend trois parties: des conseils pour les respon- Les Alpes sont bien desservies par les transports publics. Le randonneur ou l' alpiniste qui recourt aux transports publics doit cependant soigneusement planifier ses déplacements site d' escalade ou du départ de la course.

C' est pourquoi on se demande si, la fois suivante, on ne va pas faire de même et utiliser sa voiture... Ce serait pourtant dommage, car il y a peut-être moyen de se faire transporter en minibus vers le point de départ de la course ou de louer une voiture à la gare.

Le but du « conseiller de voyage » prévu par le CAS est de réunir toutes les informations importantes touchant aux déplacements, et cela qu' aux points de départ des sentiers menant aux cabanes ou à d' autres buts alpins. Il s' agira, d' une part, d' un petit ouvrage à prendre avec soi et, d' autre part, de pages publiées sur Internet. Il devrait fournir tous les renseignements utiles: horaires de toutes sortes, numéros de téléphone, compagnies de bus, location de véhicules ou de vélos, consignes pour les bagages, etc.

Billet spécial pour alpiniste Les cartes journalières des CFF sont connues depuis longtemps. Depuis l' année dernière, il existe même une carte journalière spécialement destinée aux membres du CAS2. Il existe par ailleurs des abonnements généraux diffusés principalement par l' Association Transports et Environnement ( ATE ), mais leur nombre est limité et ils ne sont utilisables que sur réservation.

Les cartes journalières sont peu intéressantes si l'on prend les transports publics vers un but alpin. Réaliser une course et passer une nuit en cabane exige pour le moins que la carte soit valable deux jours. Or, c' est exactement ce que veut le CAS: la commission pour la protection du monde alpin et le département du marketing sont en discussion avec les CFF pour l' établissement d' une carte valable deux jours. Les pourparlers menés jusqu' ici suscitent l' optimisme et nous espérons pouvoir rendre compte bientôt de cette nouvelle possibilité.

Jöri Schwärzet, commission pour la protection du monde alpin ( trad.. " " .Cf. Les Alpes 1/2000 2 Cf. tes Alpes 6/2000, p. 34. Cette carte journalière peut être commandée auprès du secrétariat administratif ( tél. 031/370 18 18 ).

i Alpinisme et autres sports de montagne i Alpinismo e altri sport di montagna i Alpinismus, Berg- u.a. Sportarten Alessandra Meniconzi, Odogno ( TI )

Résumé

L' auteure a parcouru 1 500 km en mountain bike, du Pakistan à la Chine, à travers des paysages de rêve, des régions loin du monde, avec des montagnes à pic, dominant des vallées aux torrents sauvages, qui en redessinent la géographie après chaque orage, à cause de la violence des éléments. Elle raconte aussi ses rencontres avec des gens simples et hospitaliers, qui mènent une vie dure dans des paysages dont les touristes chantent la beauté incroyable. Elle porte enfin un regard sur le passé, évoquant le souvenir d' Alexandre le Grand qui pénétra dans la région à la tête de ses troupes et de Marco Polo qui la décrivit dans son journal de voyage.

Dal Pakistan alla Cina in bicicletta

Nella mia mappa dei sogni c' era l' idea di pedalare lungo le vie delle carovane che attraversano le remote e isolate valli ai piedi delle imponenti catene montuose dell' Hindukush, del Karakorum e del Pamir; vie che collegavano l' Oriente e l' Occidente: vie del corallo, della porcellana, delle spezie, dell' in e della seta; antichi percorsi utilizzati da guerrieri, mercanti, ambasciatori viaggiatori, missionari, e pellegrini, che con le loro carovane si avventuravano in terre sconosciute; paesi lontani e affascinanti, abitati da popoli bellicosi, demoni e fate; canali di scambi commerciali attraverso i quali si propagavano anche nuove tecnologie, idee religiose e politiche.

Il viaggio che ci porta dal Pakistan alla Cina è un susseguirsi di lunghe e impegnative giornate; 1500 chilometri in tutto, di cui più della metà attraverso impervie piste di montagna. Una tenda, un sacco a pelo, alcuni vestiti, lo zaino dell' apparecchio fotografico, una piccola farmacia e due camere d' aria sono tutto il nostro bagaglio collocato sul portapacchi. Le giornate iniziano prima dell' alba: in Pakistan per evitare l' opprimente calura che nei mesi estivi tocca 43° gradi e in Cina per sottrarsi alle violente raffiche di vento che imperversano nelle ore pomeridiane.

Lasciata la caotica e inquinata Peshawar e valicato il passo Lowari ( 3058 m ), risaliamo lungo la catena dell' Hindukush fino a raggiungere l' isolato distretto di Chitral. Da qui ci aspetta una delle traue più difficili e più affascinanti dell' intero viaggio: quasi 400 chilometri di tortuosa pista che solca, in un continuo saliscendi, i ripidi pendu ghiaiosi di alture

Feedback