Eboulement dans la région du Tödi (Conséquences d'un -)

Les éboulements, tels ceux de janvier et de mars 1996 dans la région du Tödi, modifient le paysage de manière irréversible. Leurs conséquences sont très diverses. Les randonneurs partant de Linthal ou de Tierfed en direction des cabanes de Pianura, de Fridolin et du Grünhorn sont fortement impressionnés par la vision du « paysage lunaire » à l' étranglement de la vallée, près de la Vordere Sandalp. Ces phénomènes naturels posent des problèmes financiers à la petite commune de Betschwanden.

Les vachers et les bergers du pays de Glaris sont habitués aux soucis que leur cause la nature. Depuis des siècles, qu' il vente, qu' il pleuve ou qu' il neige, ils conduisent chaque printemps leur bétail à travers la longue gorge sauvage de la Linth. Un premier pont y existait déjà en 1459. Ils poursuivent ensuite vers les pâturages de Vordere et de Hintere Sandalp puis vers l' alpage d' Ober Sand, au pied nord du Tödi. Cette vallée étroite et accidentée est cernée de falaises et de pentes abruptes. Le sol fertile de la Sandalp produit en revanche un herbage savoureux. Cette région constitue un passage obligé pour les randonneurs et les alpinistes qui désirent se rendre aux nombreuses cabanes du CAS ou gravir les cols et les sommets alentours.

Ecroulement de la montagne Les 24 janvier et 3 mars 1996, des blocs de pierre parfois aussi volumineux que des maisons se sont détachés du Zuetribistock. Par deux fois, ils ont roulé avec un bruit de tonnerre dans la vallée. Tout est différent depuis. Les rochers ont modifié le paysage. Ils ont recouvert une grande partie du pâturage et détruit les bâtiments de la Vordere Sandalp. On a dû construire un abri provisoire pour la traite et pour protéger le bétail des intempéries. Le berger ne peut plus stocker du fourrage sur place. La remise en état de l' alpage n' est que l' un des nombreux problèmes causés par cet éboulement. Il n' existe presque aucun site à l' abri des avalanches dans cette étroite vallée. A la question du futur emplacement se sont ajoutés les coûts que la commune de Betschwanden, propriétaire de l' alpage, doit endosser.

L' alpage d' Ober Sand plus isolé que jamais En route, nous passons à côté des chalets de Hintere Sand et du bassin de compensation de l' usine hydroélectrique. Nous montons ensuite à Ober Sand par Ochsenplanggen, en suivant un chemin en lacets sur une L' alpage d' Ober Sand, au carrefour de divers itinéraires de randonnée et de chemins d' accès à plusieurs cabanes du CAS dénivellation de 600 mètres. « Mon grand-père, contremaître de la commune, a travaillé des années à l' amé de ce chemin constamment détruit par les avalanches et les glissements de terrain », raconte Urs Figi, syndic de Betschwanden. Aucun chemin carrossable ne traverse ce passage. Seul « luxe » existant, un petit téléphérique transporte les marchandises de première nécessité vers l' alpage. La sueur coule sur nos visages pendant la montée. Outre les asters, les anémones et les rhododendrons qui sont des plantes alpines courantes, les orchidées et les edelweiss poussent ici à foison. Après l' orage, une vapeur humide monte de la terre et des écharpes de brouillard s' accrochent aux flancs du Selbstsanft, du Bifertenstock et du Tödi.

Un petit paradis s' ouvre tout à coup devant nous: l' alpage d' Ober Sand. C' est un vaste fond de vallée assez plat, parcouru par les méandres d' un ruisseau. Ober Sand est également situé à la croisée de nombreux itinéraires des Alpes glaronaises. Au début de la vallée, du lieu-dit « Löcher » ( 1997 m ), on peut se diriger vers plusieurs cabanes du CAS. La cabane des Clarides ( 2453 m ), au nord de la Beggilücke, celles de Pianura ( 2947 m ) et de Hüfi ( 2334 m ), par le Sandpassweidli et le glacier de Hüfi, ainsi que les cabanes de Fridolin ( 2111 m ) et du Grünhorn ( 2448 m ), par la Fuorcla da Cavrein ( 2844 m ). On peut aussi rejoindre le col du Klausen par le Chammlijoch ( 3031 m ), ou descendre sur Disentis, dans la vallée du Rhin antérieur, par le col de Sand ( 2781 m ).

La conservation des Alpes est une question vitale Planté au milieu de cette nature merveilleuse, l' alpage d' Ober Sand semble idyllique. Mais les chalets d' alpage se trouvaient dans un état lamentable. Le vent sifflait à travers a. < A l' arrière du bassin de compensation, l' alpage de Hintere Sand et le cône de déjection de l' ébou les parois. Au printemps, les bergers devaient évacuer la neige accumulée à l' intérieur durant l' hiver. On entend maintenant le bruit d' une pelle mécanique et le grondement d' une bétonnière, car on procède à la réfection complète de cet alpage.

La conservation et l' exploitation des alpages perpétuent des traditions et une activité économique importante. Mais ce sont souvent des communes économiquement faibles qui doivent supporter les coûts pour des alpages fort éloignés. II en est ainsi de Betschwanden, situé à 597 m d' altitude dans l' arrière de Glaris, qui ne compte que 169 habitants pour une surface de 950 hectares. Sans l' aide du Parrainage suisse pour communes de montagne, la commune ne serait pas en mesure d' entreprendre les travaux urgents d' assainissement pour la saison prochaine.

Peter Donatsch, Maienfeld ( trad. ) M

Escalade libre/ Zompétition

Arrampicata libera di competizione

»port- und /ettkam pf k I ettern

jamais participer à une compétition d' escalade. Cinq heures de déplacement et j' ai dû dormir deux nuits sur place. J' ai passé six heures dans la salle de gymnastique qui sert d' aire d' isolation et je n' ai encore vu grimper personne. Dans les compétitions d' escalade on-sight, les concurrents ne sont pas autorisés à observer les autres participants. Ils seraient avantagés s' ils devaient grimper la même voie après eux, puisqu' ils en connaîtraient les enchaînements.

Le mur, enfin!

Je commence à m' échauffer sérieusement. J' exerce les mouvements de grimpe sur un petit mur d' escala de blocs. Le temps passe lentement. On adapte les tracés pour notre catégorie. La tension monte. Comme la plupart de mes camarades, je me remémore le tracé sur le mur et j' es de me préparer mentalement. Que le temps semble long. Une éternité! La colère monte à nouveau en moi. J' écoute de la musique sur mon baladeur pour me calmer. La compé- Les organisateurs tirent les leçons de leurs propres expériences de compétiteurs La première compétition de la Swiss Cup a eu lieu au centre d' escalade Gaswerk de Schlieren, dans la banlieue zurichoise. Les organisateurs ont préparé cette rencontre en tenant compte de leurs expériences de compétiteurs. Pour le plaisir de tous.

Antécédents

1992. Je suis vraiment furieux. Les frustrations commencent à s' accumu et je suis bien décidé à ne plus Simon Wandelen vainqueur de la catégorie élite messieurs 1, a offert au public une performance professionnelle Anna Tina Schultz et...

tition n' est pas essentielle. J' ai simplement du plaisir à me mesurer avec mes amis, à discuter avec eux, à partager des expériences, à admirer et analyser les duels finaux des meilleurs concurrents. Participer importe plus que gagner.

Mais, est-ce bien mon numéro qu' on a appelé? « Vite, vite, tu dois y allertout de suite !» me lance un assistant. Je m' encorde en hâte et quitte l' aire d' isolation.

Le mur spécialement construit pour cette compétition se dresse enfin devant moi, haut et raide. Les prises sont petites et rares, le tracé et la suite des mouvements compliqués et déconcertants. Dehors, le froid s' installe. Au départ, les montées d' adrénaline freinent les mouvements. Je sais par expérience qu' elles vont s' estomper avec la progression. J' essaie donc de me détendre intérieurement, car je sais que, si je grimpe de façon optimale, je parviendrai peut-être en finale. Quelque chose pourtant ne va pas. J' en suis chaque seconde plus conscient. Je manque de calme. « Dépêche-toi de grimper, plus haut tu iras, mieux cela sera », me dis-je. Je n' arrive pas à trouver mon rythme, malgré les encouragements. N' y a-t-il aucun point de repos sur cette voie? Après cinq mètres les avant-bras se crispent, les doigts ne tiennent plus dans les prises. La chute, tout est fini!

Compétition au

centre d' escalade Gaswerk

de Schlieren

Changement d' infrastructure L' épisode précédent a eu lieu il y a six ans. J' en ai relativisé l' importance depuis. Songeant à organiser une compétition d' escalade dans le cadre de la Swiss Cup, je m' étais fait une liste de points importants ( cf. encadré ). Nous avions l' intention d' intro une majorité de ces points pour la compétition dans notre halle d' escalade.

La compétition a débuté le samedi matin à 10 h. Les 70 concurrents répartis en six catégories avaient eu le temps de s' inscrire, de recevoir leur dîner, leur T-shirt et leur dossard à l' entrée et de s' échauffer. Après une brève séance d' information tenue par le comité d' organisation, la compétition pouvait commencer. Les épreuves ont démarré dans toutes les catégories en même temps.

Chaque groupe pouvait observer une première ascension par la personne qui avait aménagé la voie. Les voies avaient été préparées les trois Palmarès Hommes élite 1 1. Wandeler Simon, Nottwil 2. Félix Martin, Rothenbrunnen 3. Achermann Thomas, St. Gallen Juniors 1. Müller Matthias, Reichenbach 2. Hassler Manuel, Biel 3. Lâchât Raphaël, Porrentruy Cadets hommes B 1. Lâchât Cédric, Porrentruy 2. Cordonier Tristan, Chavannes 3. Maurer Mathieu, Croix-de-Rozon jours précédents par huit spécialistes, sous la direction de Christoph Bucher ( D ), un grimpeur professionnel qui a de l' expérience dans le domaine.

La compétition s' est déroulée sans problème. Les premiers résultats ont été introduits dans l' ordinateur. Les tracés devenaient de plus en plus difficiles d' une manche à l' autre. L' élé avec iaquelle de nombreux grimpeurs se hissèrent jusqu' au sommet était impressionnante. Les compétiteurs pouvaient observer les autres participants à leur gré. Après trois épreuves éliminatoires d' une heure et demie, la finale pouvait commencer.

Dans les temps La finale a débuté à 16 h, comme prévu. Quatre tracés avaient été préparés dans une deuxième salle sur des murs modulables Reality Walls. Leur difficulté allait de 7a à 8- et de 8a+ à 10, selon la catégorie. Seuls les finalistes de la catégorie en compétition devaient attendre un quart d' heure dans la zone d' isolation. Ces voies ont toutes été gravies on-sight avec une observation préalable de six minutes.

La diversité des styles était impressionnante. Energique, dynamique, ambitieux, rectiligne, sans compromis, harmonieux ou élégant, tout y était. Il y avait peu d' hésitations. C' était après tout la « crème des crèmes » de la Suisse, nation de grimpeurs, qui concourait, champions du monde juniors et cadets compris.

Finale dames, un art tout en grâce Qui assiste pour la première fois à la finale des dames dans la catégorie élite doit d' abord laisser tomber le préjugé, généralement répandu, qui consiste à penser que les compéti-trices sont très musclées. On admire ...Iva Hartmann ont obtenu les premier et deuxième rangs de la superfinale des dames on Swiss C lieren Dames élite 1 1. Schultz Anna Tina, Bern 2. Hartmann Iva, Maienfeld 3. Eyer Alexandra, Zürich Cadets hommes A 1. Möhr Raphael, Maienfeld 2. Häni Jérôme, Onex 3. Jaggi Martin, Gossau Cadets dames B 1. Nassivera Nadège, Porrentruy 2. Maurer Hélène, Croix-de-Rozon 3. Monney Coralie, Carouge Buts visés par les organisateurs zurichois Les participants doivent pouvoir beaucoup grimper et faire partie du public.

Les participants doivent pouvoir se mesurer de façon équitable, apprendre par l' observation des autres participants et créer des contacts.

La compétition ne doit durer qu' une journée, afin qu' il n' y ait pas de frais de séjour à la charge des participants.

L' horaire doit être tenu.

Toutes les voies doivent êtres prêtes avant le début de la compétition.

La compétition doit être passionnante et de courte durée. Elle doit également être disputée de façon équitable et atteindre un niveau professionnel.

Le public et les participants doivent être informés par haut-parleur.

Les participants doivent avoir du plaisir à concourir.

Il faut que ce sport se fasse connaître et qu' on en améliore la compréhension.

Ce sport doit se développer parallèlement au niveau de l' élite et à un niveau accessible à tous.

Il faudrait instaurer une sélection pour les compétitions internationales.

Il faut encourager la jeunesse, car la pratique d' un sport de compétition est une expérience utile.

On devrait créer une plate-forme d' échanges entre différents secteurs comme le CAS, les organisateurs d' épreuves, la branche des articles de sport de montagne et des supports publicitaires.

Escalade libre / Compétition Q.

plus fréquemment les silhouettes graciles d' artistes du mouvement. L' inclinaison du mur et les prises déversantes et rondes nous indiquent cependant que sans force rien n' est possible. Les spectateurs en ont même parfois des sueurs froides.

Les connaisseurs suivirent toutes les finalistes avec fièvre. Ils vibrèrent plus particulièrement avec Alexandra Eyer, Iva Hartmann et Anna Tina Schultz. Comme on l' attendait, les trois candidates se disputèrent la victoire. Alexandra grimpa avec l' élan de la jeunesse presque jusqu' à la sortie. Iva s' est glissée avec une précision admirable dans un parcours truffé de variantes jusqu' au sommet. Tina gravit le tout avec maestria, tendue vers le but. Le public se réjouissait déjà de la superfinale.

Finale hommes Les finalistes de la catégorie élite homme 1 ont d' abord démontré comment ils transmettaient le courrier. Leur tracé, long de 19 m, était composé de petites prises juste bonnes pour la première phalange des doigts. Ce tracé très difficile passait un peu à droite de la voie des dames par neuf mètres de surplombs bombés. Beaucoup de candidats grimpèrent en virtuose, poussés par l' ambition. Ils devaient toutefois s' es heureux s' ils étaient parvenus à se hisser jusqu' à la moitié. Un seul candidat nous offrit une performance professionnelle, digne d' un numéro de cirque: Simon Wandeler. Il concentra toutes ses forces développées lors Activité intensive pendant la compétition. En haut, escalade sur deux tracés de sélection. En bas, échauffement dans l' aire des blocs d' escalade de nombreuses heures d' entraîne intensif dans sa cave. Puis il les dépensa avec beaucoup de maîtrise dans une série de mouvements très subtils qui le conduisirent jusqu' au dernier renvoi.

Le clou: la superfinale des dames II ne s' agissait pour une fois pas du duel des « géants », mais de celui des dames. Prévu sur le tracé légèrement modifié de la finale des hommes, il constitua le clou de la journée. Iva s' engagea la première dans la bataille. Rapide et concentrée, elle franchit les passages difficiles avec une facilité déconcertante, accompagnée des encouragements d' un public connaisseur qui soulignait ses prouesses dans les prises délicates. Au début de la deuxième moitié du mur, Iva était « prête pour la chute ». Ensuite Tina entra en scène suivie de son « body-guard » ( responsable de la sécurité ). Silence total. La tension était à son comble, car la performance d' Iva avait été sensationnelle. Oubliant tout le reste, Tina évoluait avec une économie de temps et de mouvements. A la moitié du mur, l' estomac des spectateurs se noua. Les cris d' en se firent plus aigus. Tina dépassa aisément le point de chute d' Iva, puis sauta dans la corde.

Après la proclamation des résultats, les organisateurs ont officiellement félicité les athlètes et remercié les sponsors ( Centre d' escalade Gaswerk, Mammut-Arova, Petzl, Prana, Adidas ) dont le soutien est indispensable à la mise sur pied d' une telle compétition. Nous avons aussi reçu l' appui du CAS. Le Secrétariat central à Berne a pris en charge une bonne partie de l' administration et les frais d' arbitrage.

Cette compétition est une carte de visite pour nous, exploitants d' une halle d' escalade. Elle nous a permis de nous présenter à un large public. Ce qui compense le temps et l' argent investis. Nous espérons pouvoir organiser une compétition dans le cadre de la Swiss Cup, l' année prochaine également. Nous aimerions proposer une infrastructure encore améliorée. Nous projetons la construction d' une troisième halle avec des tribunes et beaucoup d' autres extras.

Patrick Hilber, Centre d' escalade Gaswerk, Schlieren/ZH ( trad. )

Activités jeunesse

attività dei giovani

fond de la vallée. Non, Gauner regrette de quitter ses amis, comme le poney noir avec qui il a flâné tout l' été sur les pâturages. Il devine qu' il ne le reverra plus.

On inspecte les travaux des hauteurs Accroché à la falaise en dessus de l' alpage de Lampertsch, un groupe de grimpeurs gagne peu à peu de la hauteur. De loin, on dirait des fourmis. Tout à coup, ils s' arrêtent. Ils sont arrivés au passage clé de cette longue voie d' escalade. Le gneiss jaune or est extrêmement compact dans cette troisième longueur. Les semelles des chaussons d' escalade, le sens de l' équilibre et les nerfs sont mis à

lugend-lnfos,Berichte, I-Aktivitäten

Feedback