Expédition suisse à l’Everest. Cinquante ans après, ils atteignent le sommet

Cinquante ans après, ils atteignent le sommet

Expédition suisse à l' Everest

Jeudi 16 mai 2002, 9 h 15, heure locale: Yves Lambert et Tashi Tenzing ont atteint le sommet du toit du monde, cinquante ans après la tentative de leurs père et grand-père respectifs.

Le 28 mai 1952, au prix d' une étonnante ténacité, le guide Raymond Lambert et le Sherpa Tenzing Norgay parvenaient à 200 mètres seulement du sommet de l' Everest ( cf. Les Alpes 5/2002, pp. 26–28 ).

Pour commémorer cette extraordinaire aventure, le guide suisse Stéphane Schaffter a imaginé la réalisation d' un film, Sur les traces de mon père 1, dont le fil conducteur est l' ascension de l' Everest par Yves Lambert, fils de Raymond Lambert, et Tashi Tenzing, petit-fils de Tenzing Norgay.

Sous la protection des dieux Composée de huit alpinistes et cinq sherpas, l' expédition quitte Thame le 23 mars 2002 pour gagner Shyangboche. Selon la tradition bouddhiste, une bénédiction a lieu en vue de s' attirer la faveur des dieux. A Shyangboche, Jean Troillet, le chef technique, parti un peu plus tard de Genève, rejoint l' équipe en hélicoptère.

De son côté, Jean-Jacques Asper prend congé de l' expédition et profite de l' appareil pour descendre. Cette séparation d' avec le benjamin de l' expédition de 1952, aujourd'hui âgé de 76 ans, était prévue de longue date. Elle s' effectue néanmoins dans l' émotion générale! Tous saluent l' extraordinaire jeunesse d' esprit de cet homme qui, au cours de sa vie d' alpiniste, a réalisé plus de 1200 courses dans les Alpes.

En une petite journée de marche, les hommes parviennent à Khumjung ( 3850 mètres ). Des fenêtres du petit Khumjung Hotel, ils peuvent contempler l' Ama Dablam ( 6814 mètres ). Tengboche est atteint le 28 mars et Pheriche ( 4250 mètres ) le 30 mars. Encore mille mètres de dénivellation pour parvenir au camp de base. Il neige.

Acclimatation Du 2 au 10 avril, les alpinistes s' acclima au camp de base ( 5300 mètres ). Philippe Arvis, le médecin de l' expédi officie plusieurs fois par jour pour vérifier le taux de saturation en oxygène du sang et le rythme cardiaque des participants qui ont perdu plusieurs kilos durant la marche d' approche. Cependant, tout le monde est en grande forme.

Pour atteindre le camp I ( 6000 mètres ), l' équipe remonte l' Icefall du Khumbu le 11 avril. En 1952, six jours avaient été nécessaires pour franchir ce chaos de séracs. Aujourd'hui, les membres de l' expédition ne mettront que quatre heures pour en venir à bout, grâce au travail laborieux d' une équipe de sherpas mandatés par le gouvernement népalais, qui aménagent quotidiennement les passages sans cesse bouleversés par l' avancée du glacier.

Il faut dire qu' il y a du monde à l' Eve

Les membres de l' expédition lors de la cérémonie de la Puja. De droite à gauche: Appa Sherpa, Stéphane Schaffter, deux sherpas, Tashi Tenzing, Yves Lambert, Jean Troillet, et Philippe Arvis

Histoire, culture et littérature alpines

Storia, cultura, letteratura alpina

Alpine Geschichte, Kultur, Erzählungen

1 Le film Sur les traces de mon père ( durée: 52 minutes ) sera disponible au prix de 35 francs sur cassette VHS en français ou en anglais dès le 15 septembre 2002. Veuillez adresser votre commande au Secrétariat du CAS, Monbijoustrasse 61, case postale, 3000 Berne 23.

rest: jusqu' à cent cinquante tentes au camp de base et, parfois, une cinquantaine de personnes au sommet le même jour!

Mauvaises conditions Le 13 avril, après avoir poussé jusqu' au camp II ( 6500 mètres ), tout le monde redescend au camp de base pour quelques jours de récupération.

22 avril: les hommes sont contraints de quitter le camp II pour redescendre au camp de base en raison de la neige qui ne cesse de tomber. Plusieurs autres expéditions prennent le risque de rester en altitude, ce qui sera fatal à un alpiniste britannique qui, le 30 avril, fera une chute de 200 mètres en contrebas du camp III.

Tout est en place pour la dernière ascension Du 3 au 6 mai, tous les membres de l' ex quittent la base et se répartissent dans les camps d' altitude tandis que les sherpas acheminent les bouteilles d' oxygène au Col Sud, où est installé le camp IV ( 8000 mètres ). En montant au camp III, on peut observer l' éperon que les membres de l' expédition de 1952 avaient choisi de franchir ( Eperon des Genevois ) pour ne pas trop s' exposer aux risques d' avalanche sur les pentes du Lhotse. Ils avaient alors rencontré d' importantes difficultés techniques, en partie liées à la très mauvaise qualité du rocher.

Une liaison satellite avec le prévisionniste de Chamonix annonce une plage climatique favorable pour les 15 et 16 mai. Au camp IV, l' équipe est prête pour une tentative. Malheureusement, une tempête de neige sème le trouble et les hommes renoncent.

Au sommet Le lendemain, il fait beau. L' expédition se met en route vers 22 h 0O. A l' avant, Appa Sherpa, recordman toute catégorie de l' Everest, avec à ce jour douze ascensions de la montagne ( cf. Les Alpes 5/2002, p. 37 ). Du fait de son incontestable science des lieux, il était convenu qu' il ouvrirait la route du sommet, ce qu' il fit en véritable maître.

Vers 8600 mètres, à proximité du point ultime atteint par Raymond Lambert et Tenzing Norgay en 1952, Tashi Tenzing enfouit dans la neige une

Arête faîtière de l' Everest vue depuis le sommet sud Tashi Tenzing et Yves Lambert au sommet de l' Everest Pho to s:

St éph ane Sc ha fft er

photo des deux hommes. Peu après le lever du soleil, le 16 mai, sur un sommet épargné par le moindre souffle de vent, les hommes s' embrassent. L' instant est irréel. Le silence étreint la vie sur le Chomolungma, « montagne si haute qu' au oiseau ne peut la survoler », selon la mère de Tenzing Norgay.

Appa Sherpa, qui pressent un changement de temps, invite l' équipe à redescendre rapidement au camp IV. Un vent violent ( plus de 200 km/h !) se lève tandis que chacun s' apprête à passer une nouvelle nuit à 8000 mètres. Qu' importe! Désormais les esprits de Raymond Lambert et de Tenzing Norgay veillent sur le camp. a

Dominique Roulin, Presinge Pho to s:

St éph ane Ma ire LES ALPES 7/2002

Feedback