Extrait du journal «travail et grimpe» de la cabane de la Blümlisalp.

Le petit-déjeuner est annoncé pour huit heures, mais à sept heures et demie nous sommes déjà attablés et nous « avalons » tout ce qui se trouve sur la table.

Le travail commence à neuf heures. Trois groupes sont formés. Les deux premiers travaillent à l' en du tronçon supérieur du chemin qui mène à la cabane, de Hohtürli dans la direction de Kandersteg. Le dernier groupe améliore le tracé encore à peine visible du chemin qui conduit au Bundstock, en passant par le Schwarzhorn.

A quatorze heures, un copieux repas nous attend à la cabane. Ensuite, nous grimpons dans les voies du jardin d' escalade, à proximité de la cabane. Une brève averse de grêle chasse une partie des grimpeurs dans la cabane, tandis que nous restons imperturbables et que nous cherchons abri sous le Frauenbalm ( premier emplacement de la cabane de la Blümlisalp ). Quelques temps plus tard, notre endurance est récompensée par l' appa rition du soleil, qui sèche rapidement le rocher.

Nous reprenons le travail à neuf heures. Un groupe termine les travaux du sentier qui conduit au Bundstock et installe des chaînes au passage clé. Un autre groupe continue les travaux commencés près de la moraine. Le troisième groupe améliore le sentier qui conduit vers les Kiental, jusqu' aux escaliers de bois. Après le repas de midi, nous nous exerçons dans le jardin d' escalade jusqu' à dix-huit heures quinze.

P.s.: A quatorze heures, Madame la conseillère fédérale Ruth Dreif uss et sa suite ( sans policiers ), venues de Griesalp, se dirigent vers la cabane de la Bluemlisalp. Dans la soirée, au cours d' une conversation spontanée et amicale, Ruth Dreifuss a loué notre travail pour l' aménagement des sentiers et notre esprit montagnard.

Feedback