Festival des cabanes en Suisse romande. Pour le plaisir de tous

Festival des cabanes en Suisse romande

Le Festival des cabanes a aussi trouvé un écho auprès des gardiens romands. Ainsi, les cabanes de Bertol, de Saleina, Rambert et du Vélan ont répondu présent pour marquer l' évè. Entre escalade, musique, gastronomie, dessin et jeux, il y en a vraiment eu pour tous les goûts.

Largement promu par le CAS dans une brochure spécialement éditée pour l' occasion, le Festival des cabanes a tenu ses promesses dans refuges de Suisse romande. Malgré une météo peu favorable en août, les gardiennes et gardiens ont déployé des trésors de créativité et d' énergie pour faire de cette fête une réussite.

Cabanes de Bertol et de Saleina: « dessine-moi ta cabane »

Pour préparer l' Année des cabanes, la section de Neuchâtel a créé une commis- Bruno Lüthi, responsable du secteur Cabanes ( à d. ), heureux et fier de recevoir le prix Mile- sion spéciale, à laquelle chaque membre était invité à apporter ses idées. Au final, les cabanes de Bertol et de Saleina ont organisé un concours de dessin sur le thème « dessine-moi ta cabane ». Cette initiative a récolté un grand succès et les créateurs des six œuvres primées ont eu l' agréable surprise de recevoir des bons pour une nuitée en famille en demi-pen-sion dans l' une des deux cabanes. A Saleinaz toujours, une sono a diffusé de la musique tous les soirs. Les visiteurs et les gardiens ne sont pas près d' oublier les moments magiques qu' ils ont passé à contempler les sommets sur fond de Mozart, en sirotant un verre de blanc.

Papilles choyées à la cabane du Vélan

« Ma cuisine m' a permis de sauver ma saison d' été. » Raymond Gay descend tout juste de la cabane après sa participation à la semaine nationale du goût, durant laquelle il a apprêté des mets de chasse. Fin cuisinier, Raymond a vite constaté qu' il devait y mettre du sien s' il tenait à vivre du gardiennage de cette cabane. En été, les alpinistes convoitent de moins en moins le sommet du Mont Vé- Photo: màd.

stone, doté de 10 000 francs, des mains de Eric Scheidegger du seco L' ambiance est chaleureuse dans le réfectoire de Bertol, où l'on pouvait tester cet été le Grand jeu des cabanes La cabane du Vélan est habituellement approvisionnée par hélicoptère. Toutefois, durant la période de la chasse, les chasseurs ont apporté eux-mêmes le gibier que Raymond Gay a apprêté pendant le Festival des cabanes Photo: Fr ançois Perr audin Photo: Fr ançois Perr audin lan, et sa cabane ne se situe sur aucun circuit de randonnée. « Ne rien faire? Autant mettre la clé sous le paillasson !» Pour attirer des randonneurs à la journée, il soigne sa cuisine depuis bientôt cinq ans. Les efforts portent leurs fruits et le Festival des cabanes lui a permis de répandre plus loin encore les bons effluves de ses fourneaux. Raymond Gay estime avoir gagné une centaine de nuitées grâce aux civets des nombreux cerfs et chamois tirés dans l' Entremont. Ses amis chasseurs ont même dû monter le ravitailler eux-mêmes à deux reprises. Il faut dire que, par temps clément, les randonneurs étaient nombreux à monter déguster ses plats, qu' ils arrosaient volontiers de bons crus. Pour redescendre le jour même, car on ne connaît pas encore la limite du 0,5 ‰ sur les sentiers de montagne!

Rallye pour les petits, vodka pour les grands!

Vélan a proposé deux journées de cuisine traditionnelle valaisanne avec soupe aux orties, tarte saviésanne et gâteau aux abricots. Raymond et son épouse d' ori russe ont aussi créé des menus réunissant bortsch ( une soupe à la bette-rave ), pelmenis ( prononcer « pilminis », des raviolis ) et schaschliks ( des brochettes à la manière du Caucase ), le tout arrosé d' un petit verre de vodka. Pour animer la montée en famille, Raymond Gay a organisé le rallye du Dahu le jour du traditionnel cross du Vélan, ce qui a attiré une bonne quarantaine de personnes.

Des randonneurs timides à la cabane Rambert

Le 11 juillet, Roland Tacchini, le gardien de la cabane Rambert, a mis sur pied une journée d' escalade. Cette initiative a permis d' inaugurer le site voisin, récemment équipé par Laurent Monnet. « Beaucoup de monde s' est déplacé, mais seule une dizaine de randonneurs a grimpé sous la conduite du guide engagé pour l' occa. Trop timides, les gens n' osaient pas. » Toutefois, le nombre de randonneurs présents à la cabane Rambert pour l' occasion prouve l' impact de la brochure du festival éditée par le CAS.

L' entrée en scène du Grand jeu des cabanes suisses

Le programme du Festival des cabanes prêtait à Bertol les activités proposées par la Saleina. Qu' à cela ne tienne, Joan-na Stettler et Thierry Reymond, les deux gardiens de Bertol, ont su réagir avec panache! « Nous tenions à organiser quelque chose », attestent-ils. Tout d' abord, ils ont proposé aux visiteurs d' apposer leur signature sur deux grands drapeaux aux couleurs de l' Année des cabanes. Ensuite, ils ont offert au public la possibilité de tester dans leur réfectoire le jeu de société du CAS, le Grand jeu des cabanes suisses. Malgré l' enthousiasme manifeste des joueurs, peu de boîtes ont trouvé preneur. « L' accès à la cabane de Bertol étant long et technique, notre clientèle d' alpinistes était peu familiale et donc moins intéressée », expliquent les gardiens. Pourtant, partout où le jeu a été mis en évidence, son succès a été pro-bant. a François Perraudin, Le Châble La cabane de Saleina et sa mascotte Près de la cabane de Saleina, le glacier de Saleina et le Chardonnet offrent un cadre idéal pour les jeunes dessinateurs en herbe Photo: Roger Burri Les environs de la cabane Rambert. De superbes voies Photo: Fr ançois Perr audin d' escalade ont été équipées non loin de la cabane Photo: Roger Burri

Cabanes à la une à Martigny

Les gardiens romands font la Foire!

L' Association des gardiens romands de Cabanes suisses ( AGRCS ) était l' un des hôtes d' honneur de la Foire du Valais à Martigny. Du 28 septembre au 8 octobre, le public a pu apprécier la qualité d' accueil des « gardiens » du stand. Une collaboration fructueuse qui a donné lieu à des échanges multiples et enrichissants.

Isolés en montagne durant la haute saison, soumis à de rudes conditions de travail, les gardiens doivent avoir un caractère d' indépendant. Néanmoins, une fois en plaine, ils savent fort bien s' allier pour faire connaître les caractéristiques d' un métier en profonde mutation. Par leur présence sur un stand d' honneur à la Foire du Valais à Martigny, ils l' ont démontré avec panache! Dix jours durant, ils ont accueilli avec sourire et serviabilité ceux qui souhaitaient faire leur connaissance en dégustant la soupe des cabanes, la planchette valaisanne ou l' excellent tartare. Le but était de passer un moment convivial tout en faisant découvrir les 30 cabanes de l' Association des gardiens romands de Cabanes suisses ( AGRCS ). Raymond Angéloz, son président, se réjouit: « Le stand est magnifique! Une ambiance positive se dégage de toutes ces rencontres; des moments partagés avec nos clients mais aussi avec des visiteurs potentiels qui, nous l' espérons bien, viendront nous trouver l' été prochain. »

Les cabanes se présentent

A Martigny, les gardiens ont brisé l' image quelque peu classique qu' ils véhiculent en adoptant des moyens de communication modernes. Ils ont présenté leurs cabanes sur grand écran grâce à un DVD réalisé spécialement pour l' occasion par Léon Maillard. Ils ont aussi présenté Passeport Cabanes, un petit guide pratique coédité par l' AGRCS et par Armand Dussex, son auteur, gardien de la cabane des Audannes. Enfin, une exposition a dévoilé une quinzaine de photographies de cabanes réalisées dans le cadre d' un concours. Ces clichés illustreront le calendrier que l' AGRCS compte éditer en 2007. Toutes les cabanes de l' AGRCS – qu' elles soient privées ou propriété du CAS – sont présentes sur ces supports. Magdalena Tscherrig, gardienne de la cabane de Tourtemagne et présidente de l' association Cabanes suisses, s' exprime sur le sujet: « Pour nous, il n' y a aucune différence, nous sommes avant tout des gardiens. La qualité de notre service ne dépend pas du fait que nous soyons membre d' une association ou pas. » Et d' ajouter: « La présence des gardiens à la Foire du Valais est très positive. Beaucoup de visiteurs sont intéressés, et pas seulement des alpinistes ou des randonneurs. » Magdalena Tscherrig souligne également le dynamisme du groupe romand: « Il offre beaucoup de possibilités de formation et de perfectionnement à ses membres: cours d' hygiène, de premiers secours, de communication, etc. »

Unions en vue?

Le développement d' un esprit corporatif à l' occasion de la Foire du Valais pourrait fort bien déboucher sur des collaborations plus étroites entre gardiens. Pourquoi pas un logiciel de gestion de la clientèle et de la comptabilité commun à toutes les cabanes du groupeLa réalisation du stand a été possible grâce au soutien financier des sections Monte Rosa et Diablerets du CAS, de la Loterie romande, du Service de l' écono et du tourisme de l' Etat du Valais ainsi que de privés, alors que les gardiennes et gardiens présents ont travaillé bénévolement. Babeth Dayer, gardienne de la cabane Prafleuri et vice-présidente de l' AGRCS, a été l' une des chevilles ouvrières du projet. Elle se réjouit des contacts noués: « Notre stand d' honneur a bénéficié d' un écho médiatique important car nous avons été présents lors des conférences de presse et des journées of- Un petit mur de grimpe avait été installé pour les enfants sur le stand La chorale des guides du Valais romand sur le stand de l' Association des gardiens romands de Cabanes suisses Photo: François Perraudin Photo: Raymond Angéloz

Livres/Médias

Libri/Media

Bücher/Medien

Charles Genoud et Philippe Chabloz

Feedback