Interdiction de grimper sur le ­Honigstein Arrêt sur histoire

 

Le 28 mai 1891, le comité de la section Pilatus du CAS effectuait un pèlerinage au Honigstein de Roggliswil, dans l’arrière-pays lucernois. Comme le relate Oscar Allgäuer dans la plaquette éditée à l’occasion du 80e anniversaire de la section, son président, Josef Eggermann, officialisa ce jour-là l’admission de ce bloc erratique dans le club. Ce dernier avait en effet été placé sous la protection du CAS le 4 août 1872 déjà. Des trous forés à sa surface témoignent pourtant d’un destin qui aurait pu être bien différent. Un bout du bloc avait été utilisé pour la construction d’un bâtiment scolaire et d’une chapelle. Plus tard, le 21 avril 1934, jour du 70e anniversaire de la section, le bloc avait reçu une plaque commémorative arborant le texte suivant: «Je suis arrivé autrefois jusqu’ici depuis le lointain Valais/Sur le dos glacé du glacier du Rhône;/ Et maintenant que je me suis échoué, abandonné et menacé/Par l’argent et la perfidie des hommes/C’est le CAS qui me protège fidèlement.» Aujourd’hui, un panneau informe des règles qui prévalent sur le site: «Interdiction de camper ou de faire des grillades près du bloc». Mais aussi, et en grands caractères: «Interdiction de grimper». Sur la photo de section de 1891, huit des treize visiteurs posaient sur le Honigstein.

Feedback