La Convention des Alpes – pour l'avenir de nos montagnes

Avec l' aide de l' OFEFP, la CIPRA-Suis-se et la CTRM ont présenté des documents d' information concernant la Convention des Alpes, qui sont susceptibles d' intéresser les sections du CAS.

Traité relevant du droit international, la Convention des Alpes 1 est entrée en vigueur en Suisse depuis 1999. Mais elle déploiera seulement ses effets lorsque les protocoles d' accord seront ratifiés et appliqués à la politique quotidienne. Mieux informer tous les milieux concernés constitue certainement le premier pas de ce long cheminement. C' est pourquoi la CTRM 2 et la CIPRA 3 ont lancé, avec l' appui de l' OFEFP, une campagne d' information soutenue par une cassette vidéo VHS de vingt minutes, une petite exposition aisément transportable ( trois chevalets triangulaires ) et deux brochures, l' une brève et l' autre plus complète 4. La Convention des Alpes concerne également le CAS. Au sein de votre section, n' oubliez pas d' intégrer ces divers moyens de communication lors d' une importante manifestation, d' un débat ou d' une assemblée générale! a

Jürg Meyer, préposé à la protection du monde alpin ( trad. ) 1 cf. Les Alpes 4/1996, 10/1996, 9/1997 2 CTRM = Communauté suisse de travail pour les régions de montagne. Cette association représente les intérêts des régions de montagne et de leur économie, en particulier. Montagna, la revue de cet organisme, est une publication d' avant, attractive et riche en informations. 3 CIPRA = Commission internationale pour la protection des Alpes. Depuis 1988, le CAS fait partie de la CIPRA. Il est aussi membre fondateur de la section suisse. 4 Matériel et autres informations disponibles sur demande auprès de la CIPRA-Suisse, secrétariat de Mountain Wilderness, case postale 148, 8037 Zurich, tél. 01/461 39 49; e-mail cipra(at)mountainwilderness.ch Lebenswelt Alpen couvre un large éventail de thèmes: il décrit, entre autres, la formation des Alpes et ses biotopes; plissements rocheux au-dessus d' une forêt de montagne et d' un pâturage boisé, dans le Gasterntal La puce des glaciers

formations géologiques, glaciers, climat, météorologie, colonisation et utilisation du domaine alpin par l' espèce humaine et toutes leurs nombreuses retombées, sans oublier les différents types de biotopes. Cet ouvrage présente aussi les animaux, plantes et roches les plus importants, ainsi que les controverses sur des thèmes d' actualité. Son pendant, Alpen Aktiv, contient une foule de principes, de suggestions et d' exemples, facilitant la présentation de ces sujets devant des groupes, des participants à des courses ou des classes d' école.

Un point de repère à l' usage de tous Pour la commission de la protection du monde alpin, qui a fortement contribué à sa rédaction, cet ouvrage constitue une étape importante dans le développement, au sein du CAS, de la sensibilisation à la nature et à l' environnement. A l' avenir, tous les chefs de cours du CAS et de formation de guides pourront utiliser Lebenswelt Alpen comme manuel de référence 6. Cet ouvrage s' adresse également à tous les membres de notre club et, de surcroît, à toutes les personnes que le milieu alpin intéresse, à quelque titre que ce soit. Espérons que ces deux publications, à la fois utiles et captivantes, vous accompagnent et vous délassent lors de vos prochaines excursions dans nos Alpes! a

Jürg Meyer, pour la commission de la protection du monde alpin ( trad. ) Dessin: Katrin Scheidegger, issu de Lebenswelt Alpen LES ALPES 4/2001

e mot roule et grince comme du sable de quartz sous la semelle des chaussons d' escalade: devant nous, une flaque de soleil s' étend sur la dalle et le granite s' illumine. Quelque part, de l' eau ruisselle en bruissant – mais peut-être est-ce aussi le trafic sur la route du col, tout en bas, au fond de la vallée, ou encore le sang dans nos oreilles. Les prises sont minuscules et les bouts de nos chaussons cherchent les fines protubérances de quartz. Enfin, un gollot est proche et mes doigts touchent bientôt le métal. Non! Ce n' est que le bout d' une vis qui dépasse du rocher. Un grimpeur cleptomane aura dévissé l' écrou et emporté la plaquette!... Et voilà que commence un de ces moments inoubliables dans la vie d' un grimpeur, une de ces histoires qu' on ne cessera pas de raconter. Sans possibilité de poser un point d' assurage, le héros cherche son équilibre sur la dalle, loin au-dessus du dernier piton et de l' abîme. Déjà les semelles commencent à glisser. La peur imprègne de sueur les prises. Pas moyen de revenir en arrière. Une seule direction: vers l' avant, comme dans la vraie vie. Respirer lentement, plonger les mains dans le sac de magnésie, se détendre. Ne plus pen-

L

Pho to :R ob ert B ös ch

T E X T E Emil Zopfi, Obstalden

P H O T O S Robert Bösch, Oberägeri

GRIMSEL, UN MO GRIMSEL, UN MO

LES ALPES 4/2001

ser qu' aux prises. Oublier le vide, le piton, la corde et la compagne de cordée, restée en bas, au relais.. " " .Avancer avec précaution; non, ce n' est pas si difficile lorsque la tête le veut bien. Grimper sur une dalle de granite lisse est une manière de méditation. Plus proche de la danse que du mouvement en force. Davantage un jeu qu' un combat.

Tutoyer l' impossible

Ce fut la découverte des jeunes sauvages de la fin des années 7O. Hans Howald avait fait connaissance avec la « nouvelle grimpe » en Californie. Il avait découvert les chaussons légers à semelle de caoutchouc tendre et la magnésie pour une meilleure adhérence au rocher et, pour les points d' assurage, les coinceurs et les gollots, ces pitons enfoncés dans un trou foré auparavant au tamponnoir. Howald s' était lancé dans une série de « big walls ». « Le Capitan par sept voies différentes », raconte-t-il. De retour en Suisse, il se met en quête de sites d' escalade vierges. Dès lors, ce n' est plus le sommet qui compte mais bien la voie, l' itinéraire dans la paroi. Au cours de l' été 1979, Howald se rend presque chaque fin de semaine au Handegg, ouvrant avec Marcel Rüedi, son compagnon de cordée de Winterthour, une voie après l' autre dans les parois granitiques polies par l' eau et la glace du versant nord-est de la vallée, juste au-dessus de l' usine hydroélec-

Grimsel, un monde de granite.. " " .Vue de l' est en direction des Alpes bernoises et valaisannes. Au premier plan, les lacs de l' Oberaar, du Grimsel, de Räterichsboden et Gelmer ( de g. à d. )

NDE DE GRANITE NDE DE GRANITE

Plaisir de grimper sur le granite lisse. Foxie, classique ( 5a ) des frères Remy dans le site d' esca de Gärstenegg, près du lac de Räterichsboden Dalles à Räterichsboden. Un des sites dont l' équipement a été rénové par Jürg von Känel avec le soutien des Forces motrices de l' Oberhasli et de la commune de Guttannen LES ALPES 4/2001

trique. Siebenschläfer fut une des plus belles voies de degré VII. « Nous avons lancé le mouvement – dit-il – cherché de nouveaux terrains et tenté l' impossible. » Les dalles du Handegg, non loin de la route du Grimsel, passaient alors pour « non grimpables » et sans intérêt puisqu' elles ne conduisaient à aucun sommet. Les trous pour placer les gollots et autres « spits » devaient encore être creusés au tamponnoir, ce qui était fort pénible.

Quinze ans après la première, alors que j' étais contraint de franchir un passage où le piton manquait, Siebenschläfer avait déjà pris un coup de vieux et le matériel en place passait pour « pourri ». Depuis lors, l' équipe, remis à neuf, est sûr.

Histoire

C' est l' histoire d' une série de changements. Jusqu' à la construction du Pont du Diable sur la route du Saint-Gothard, le Grimsel était le col alpin le plus important. Les gens de la région de l' Oberhasli le franchissaient avec des blocs de cristaux, des articles en cuir et du fromage et poussaient même des troupeaux jusque sur les marchés italiens.

En 1799, année de guerre, un chasseur de chamois de Guttannen conduisit une troupe de Français jusqu' au col par les pentes raides au pied des Gelmerhörner.. " " .Arrivée en haut, la troupe engagea le combat avec des Autrichiens. Depuis lors,le petit lac proche du col,le « Totensee»,ou lac des Morts, rappelle l' événement.

Au XIX e siècle, nombreux furent les naturalistes qui utilisèrent l' hospice comme camp de base pour leurs recherches sur les glaciers ou la conquête des sommets alentour. En 1812, Rudolf Meyer, industriel argovien, accompagné d' une cohorte de chasseurs de chamois de Guttannen et Gletsch, réussit la première du Finsteraarhorn. Les glaciers situés entre le Grimsel, le Finsteraarhorn et le Lauteraarhorn furent, au cours de la seconde moitié du XIX e siècle – âge d' or de l' alpinisme – un des terrains préférés des géologues, glaciologues et naturalistes, tels Franz Josef Hugi et Louis Agassiz.

C' est à la fin du XIX e siècle que fut ouverte la route du col. En 1929, la première centrale hydroélectrique était mise en activité, alimentée par les eaux des lacs du Grimsel et Gelmer 1. L' hospice, appelé « Spittel » à ses débuts, dans lequel les muletiers, les pèlerins et les premiers alpinistes trouvaient refuge,disparut sous les eaux du barrage. Les constructeurs le remplacèrent par un hôtel-hos-pice perché sur la tête granitique du Nollen, qui offre encore aujourd'hui le gîte aux grimpeurs et randonneurs.

Eldorado

L' aube est gris-bleu sur le lac du Grimsel lorsque nous quittons l' hospice. Encore ensommeillés, nous gagnons le chemin de faîte du barrage. De l' autre côté, au-dessus du lac, règne le silence majestueux de la nature. La terre est tourbeuse et humide. Tritons alpestres et grenouilles grouillent dans de petites mares. Le lys martagon pousse entre l' herbe et les pins rabougris. Nous avançons en silence, écoutant notre respiration et le bruit d' une chute d' eau artificielle de la centrale hydraulique. La première lumière sur les sommets nous rappelle la légende de l' Eldorado, ce pays d' Amérique du Sud où le prêtre-roi de Guatavia partait chaque matin en mer, couvert de pous-

1 Bösch Robert, Zopfi Emil: Grimsel Strom. Bildband 75 Jahre Kraftwerke Oberhasli. Fischer AG, 3110 Münsingen Dièdres, fissures, dalles: les voies d' escalade, sur le granite, suivent le plus souvent des lignes naturelles. Ici, Motörhead ( 6b ), à l' Eldorado.

Pho to s: Ro be rt B ös ch Hospitalité traditionnelle. L' hôtel bâti sur le Nollen remplace le gîte originel qui accueillait autrefois alpinistes et muletiers. Ce gîte, le « Spittel », a été englouti dans le lac du Grimsel Pays d' or. C' est le 23 juin 1981 que les frères Remy ouvrirent la première voie du site de l' Eldorado, en bordure du lac du Grimsel: Motörhead ( 6b ) Pho to s:

Ro be rt B ös ch LES ALPES 4/2001 Danse sur le rocher. Rösti Blues ( 5b ), dans « Marée », un pilier de granite en bordure du lac du Grimsel ( Spittel-lammsperre ) Intrusion dans la nature. Le Gelmersee, premier des huit lacs d' accumulation des Forces motrices de l' Oberhasli, a été mis en eau en 1932 Chemin historique. Le chemin muletier d' autrefois suit la rive gauche du lac de Räterichsboden. A gauche du barrage, le site d' escalade LES ALPES 4/2001

sière d' or, accomplir un sacrifice. Un peu plus tard, nous grimpons sur ces dalles brillantes de granite de l' Aar, autrefois polies sur près de 500 mètres de hauteur par le glacier, et que les grimpeurs nomment l' Eldorado. Nous nous engageons dans Septumania. Plaisir pur. Nous sommes seuls, le jour est grandiose, la paroi immense, et personne à l' horizon. Etonnant: au début des années 80, en effet, nous faisions ici la queue. Les grimpeurs arrivaient en grappes vers la paroi, au bout du lac, non loin du glacier. De fait, ce sont les parents de Claude et Yves Remy qui ont découvert le site d' escalade de l' Eldorado, en bordure du lac du Grimsel. La mère des deux grimpeurs vaudois signala en effet à ses fils qu' elle avait remarqué, marchant là en compagnie de son mari, « des dalles immenses et lisses », apparemment impossibles à surmonter. Au cours de l' été 1981, les deux frères, relevant le défi et suivant un système de fissures, parvenaient au sommet de la paroi après dix heures d' escalade. Le sommet n' en était d' ailleurs pas un mais une sorte de bosse entre le haut des dalles, des gazons et des pierriers. La voie devint Motörhead, du nom d' un groupe de musique hard-rock

Voie rénovée. Christina Allenbach dans Schnäggäsiider, au lac de Räterichsboden Gärstenegg. Nicole Schletti dans Foxie, une voie rénovée par les frères Remy Lac de Räterichsboden. Tom Zwahlen dans Lady Mary Pho to :a rc hi ve s J ür g v on Kä nel Pho to :a rc hi ve s J ür g v on Kä nel Pho to :a rc hi ve s J ür g v on Kä nel LES ALPES 4/2001

de l' époque. « La musique et la montagne – écrivit plus tard Claude Remy – entretiennent un rapport d' harmo. Les gestes et les mouvements d' un grimpeur sur le rocher ne constituent-ils pas une sorte de ballet à la verticale? Nous avons salué à notre manière, le 23 juin 1981, la sortie du nouveau disque du groupe, avec sa musique folle, folle comme la voie ouverte. »

Dissonances

Motörhead provoqua aussi quelques dissonances. L' Eldo ne posait pas seulement de nouveaux jalons pour l' escalade. Pour la première fois dans les Alpes, des voies furent ouvertes et équipées « professionnellement ». L' opération était soutenue par parrainage. Les frères Remy fournirent en effet des croquis d' itinéraires et des photos spectaculaires destinés au catalogue du fabricant d' articles de sport Mammut. Par là-même, les deux grim-

Histoire et paysage. Là où autrefois les muletiers transportaient les meules de fromage passent maintenant le flot des véhicules, les lignes à haute tension et le gazoduc Technique pure à 2300 m. Le barrage-poids du lac d' accu de l' Oberaar Pho to s:

Ro be rt B ös ch LES ALPES 4/2001

peurs prirent une part de responsabilité dans l' équipe et la sécurité des voies. Ils équipèrent les relais de gollots, firent tomber les blocs instables et nettoyèrent la végétation qui avait poussé dans les fissures. Ces travaux durèrent cinq jours pour Septumania. Les écologistes réagirent avec colère. Alexander Schläppi, de Guttannen, ancien gardien de cabane, tonna dans les colonnes des Alpes contre les « noms malsonnants des voies » et le nettoyage des itinéraires qui faisait disparaître des fleurs rares. « En somme, ils ont débarrassé l' Eldorado – dont le nom originel est Bärenritzfluh – de sa trop riche végétation – notait Schläppi. J' ai vu que les fissures avaient été nettoyées. » Yves Remy, pour sa part, répliqua en soulignant que les critiques ne disaient rien contre la route, les pylônes des lignes à haute tension, les téléphériques et le projet de nouveau barrage.

L' Eldorado, en effet, était alors condamné à disparaître. Un nouveau barrage, Grimsel-Ouest, devait faire monter le niveau du lac de quelque 120 mètres, inonder tout le pied de la paroi et, donc, une partie de la région sous protection, le haut-marais, la forêt de pins et une partie de la langue du glacier du Lauteraar. Pendant des années la lutte fut rude entre les protecteurs de la nature et les grimpeurs, d' une part, les producteurs d' électricité et la société exploitante du barrage, de l' autre. Les Remy luttèrent à leur manière. C' est ainsi qu' ils ouvrirent une voie de degré VIII portant le nom du directeur des Forces motrices de l' Oberhasli ( KWO ), Franz Benelli et lui firent parvenir une lettre lui demandant d' abandonner le projet du nouveau barrage. En fin de compte, ce ne sont pas tant les oppositions, les demandes, les arguments, les expertises et débats politiques qui firent abandonner le projet, mais bien les prix en baisse de l' électricité sur un marché libéralisé.. " " .En 1999, les KWO annoncèrent en effet qu' elles renonçaient au projet Grimsel-Ouest, tout en modernisant les installations en place. Les zones protégées et le domaine d' escala furent donc sauvés. Pour marquer le vingtième anniversaire de l' Eldorado, les frères Remy ont rénové « en douceur » l' équipement de quelques-unes des plus belles voies. Il se peut dès lors que la paroi dorée vive une renaissance.

« L' escalade »

Lorsque le soleil commence à toucher le sommet des piliers de granite du Handegg, des fourmis multicolores se rejoignent au pied des voies encore dans l' ombre et se mettent à grimper. Nous prenons notre place dans la file. Lorsque Jürg von Känel et Martin Stettler, en 1978, ouvrirent un premier itinéraire,celui-ci passa pour la voie la plus sportive de Suisse. Aujourd'hui, c' est une voie « plaisir » de degré VI, avec de bons points d' assurage sur gollots et des relais équipés de grosses boucles, de telle sorte qu' une retraite peut être envisagée sans difficulté 2. Je me souviens de l' époque où, avec des « friends »

Montagne de béton. Le mur du barrage de l' Oberaar Un magnifique sentier. L' accès au site de l' Eldorado et à la cabane du CAS Oberaar passe par la Spitellammsperre LES ALPES 4/2001

et des coinceurs, nous hantions les lieux, nos chaussons d' escalade glissant sur la « plaque de cuivre ». Des bruits couraient, des rumeurs de chutes épouvantables à ce pas-sage-clé. Maintenant, tout est plus simple: clap, clap, clap... relais; c' est un pur plaisir. « Plaisir »: le mot a été lancé ( en allemand ) par Jürg von Känel pour désigner ce type d' escalade avec de bons points d' assurage, sans passages ni efforts extrêmes 3. Pourquoi seuls les grimpeurs qui franchissent des passages très difficiles devraient-ils disposer de points d' assurage sûrs? Une chute sur une dalle de granite peut avoir en effet des conséquences beaucoup plus graves qu' une chute dans un surplomb. Le nombre des voies belles et sûres dans le site du Grimsel est désormais considérable. Le rocher est d' excellente qualité et les chutes de pierres sont rares, sauf lorsque les orages déversent des torrents dans les parois. Von Känel a rééquipé de nombreuses voies anciennes et ouvert de nouveaux itinéraires, notamment dans les régions du Stausee et de Räterichsboden.

Les grimpeurs et les familles sportives ont de quoi s' oc dans la région. Par mauvais temps, il y a encore moyen de randonner en suivant le sentier muletier, de visiter les installations hydroélectriques ou les galeries qui recèlent la veine de cristaux la plus imposante d' Europe. Le vent a tourné sur le Grimsel. Ainsi, les alpinistes et les randonneurs profitent-ils aussi quelque peu de la libéralisation du marché de l' électricité. Peut-être pourront-ils même un jour utiliser le funiculaire, partant de la centrale de Handegg pour rejoindre le Gelmersee, au lieu de redescendre de Fair Hands Line en empruntant l' escalier qui en longe la voie. Long de 1600 marches, il est tellement raide qu' en son milieu, il semble partir dans le vide.

Les tendances, aujourd'hui, changent vite. Quelques grimpeurs peu conventionnels se sont même déjà amusés à faire des pendules avec des planches à roulettes sur les dalles de Siebenschläfers – au grand dam et scandale de la vieille garde.. " " .Dans un surplomb,au pied des faces de Handegg, Fred Nicole a passé Elfe, un des plus difficiles itinéraires au monde.. " " .Le granite du Grimsel supporte tout avec patience. Il se laisse traverser par des galeries et des tunnels routiers. Il soutient des pylônes, des barrages, des pitons et des anneaux scellés pour les grimpeurs. « Tous les chemins de montagne ont confirmé que les plus grandes hauteurs et les plus grandes profondeurs sont faites de granite et que cette roche est le socle de notre Terre » notait, il y a près de deux siècles, Goethe, ce grand randonneur.

Granite, c' est tout le Grimsel. a

Traduction: Gil Stauffer

2 Kletterführer Plaisir West, 2001. Editions Filidor, 3713 Reichenbach 3 « Plaisir »: d' origine française, le mot a été adopté par l' allemand il y a déjà deux siècles, gardant son sens originel. Les dictionnaires lui donnent d' hui la graphie « Pläsir».A l' évidence, « Pläsir » était, et est encore, sensiblement plus « raffiniert » et « elegant » que ses synonymes d' origine germanique... Compte tenu de ces connotations plutôt flatteuses, l' expression « escalade-plai-sir » est acceptable en français. C' est un rendu pour un emprunté. ( Ndt. ) Pho to s:

Ro be rt B ös ch LES ALPES 4/2001 Promenade près du lac du Grimsel. L' accès éclairé à l' hôtel, sur le Nollen L' hôtel Handegg, autrefois but d' excursion, est aujourd'hui un point de rencontre pour les alpinistes et les gourmets Rencontre de la nature et de la technique. Nuages au-dessus du lac et du glacier de l' Oberaar

Feedback