La salamandre noire. Le bonheur sous la pluie

La salamandre noire

Tout le monde ne se plaint pas quand il pleut en montagne. En effet, les salamandres noires n' attendent que le passage d' une averse pour sortir, souvent en masse, de leur cachette.

Tous connaissent la salamandre noire.

Mais qui en sait long sur elle? Malgré son apparence anodine, elle se révèle être un animal hors du commun. Son adapta- tion au milieu alpin est telle qu' elle peut se passer des mares pour sa reproduc- tion, contrairement à tous les autres amphibiens ou batraciens ( grenouilles, crapauds, tritons et salamandres ). Elle a cependant besoin d' humidité, qu' elle absorbe par sa peau, raison pour laquelle elle apparaît quand le temps est à la pluie.

Noire de part en part La salamandre noire est facile à identifier.

Son corps, qui atteint 15 cm de longueur, est entièrement noir, y compris sous le ventre. Attention, l' espèce est souvent confondue avec le triton alpestre! La distinction est pourtant toute simple: la salamandre est entièrement noire, alors que le triton alpestre présente un dos noir, mais une face ventrale d' un orange éclatant. Les salamandres noires se res- semblent comme deux gouttes d' eau, et il est impossible de distinguer les indivi- dus les uns des autres. La seule détermi- nation du sexe suffit à plonger les spécia- listes dans l' embarras.

Une reproduction particulière L' adaptation au milieu alpin de la sala- mandre noire a entraîné le développe- ment d' un mode de reproduction bien différent de celui des autres amphibiens de chez nous. Les salamandres noires s' accouplent plusieurs fois par saison, sur la terre ferme. Le mâle grimpe sur la femelle, à laquelle il se cramponne fer- mement. Ensuite, il frotte de sa gorge la tête de sa partenaire. Après un moment, il quitte cette position et rampe sous la femelle. Il enlace les pattes antérieures de la femelle aux siennes et porte celle-ci à califourchon. Après un certain temps, le mâle émet un paquet de sperme qui est saisi par la femelle. Le mâle desserre alors son étreinte, et le couple se sépare.

La femelle conserve les œufs dans son corps, au lieu de les déposer dans l' eau comme le font les autres amphibiens. En règle générale, deux œufs seulement sont fécondés. Les embryons se développent dans l' utérus et se nourrissent des œufs non fécondés, mais aussi d' un tissu par- ticulier que la mère forme dans l' utérus.

Au terme de la gestation qui peut durer un à deux ans, la mère met au monde deux petits entièrement formés et qui mesurent déjà cinq centimètres, soit un tiers environ de la taille de l' adulte. Eton- namment, les larves peuvent survivre hors de l' utérus maternel. Des scienti- fiques ont en effet réussi à les extraire et à les élever en aquarium. Mœurs Hormis la reproduction, on sait peu de choses des mœurs de la salamandre noire.

En principe, elle est active à partir de mai, en haute altitude dès la fonte des neiges, jusqu' en septembre. Les indivi- dus se déplacent essentiellement durant les premières heures du jour. En cas de sécheresse prolongée, ils restent à l' abri dans les anfractuosités du sol. Peu avant un orage et après les précipitations, on peut les voir à toute heure. Ce schéma comportemental simple n' explique pas tout: lors d' averses, on observe parfois les salamandres noires en nombre élevé, d' autres fois en petit nombre, sans que l'on sache pourquoi.

Les salamandres terrestres d' Amé rique du Nord présentent un comporte- ment d' une complexité inattendue chez de tels animaux. Elles sont territoriales, elles reconnaissent leurs voisins, leur descendance et leur partenaire avec le- quel elles constituent pratiquement un couple. On observe une dispute dès lors qu' une salamandre est demeurée trop longtemps éloignée de son territoire et de son partenaire. On ignore actuelle- ment si la salamandre noire présente de tels comportements. Ce n' est pas impos- sible, et des études menées sur une espèce proche, la salamandre de Lanza, vivant dans les Alpes cottiennes, montrent Une salamandre noire faisant une brève halte lors de sa promenade matinale En Suisse, on trouve la salamandre noire des Alpes vaudoises jusqu' au massif du Säntis en passant par tout le nord des Alpes Car te: màd.

Photo: Véronique Helfer L E S A L P E S 5 / 2 0 0 4 même que c' est plausible. Les sala- mandres de Lanza occupent de petits territoires qu' elles marquent de leurs crottes. Les limites sont respectées par les congénères – chacun reste chez soi. Seuls les juvéniles pénètrent dans les territoires des adultes.

Habitat et distribution géographique Comme le mode de reproduction de la salamandre noire affranchit celle-ci de l' eau, l' espèce peut coloniser divers habi- tats et est largement répandue en Suisse.

Elle habite les prés et les alpages pas trop secs, les éboulis, les forêts humides, les chablis, les clairières et les lisières des forêts, les gorges et les alentours des cours d' eau. Les forêts feuillues et mixtes sont préférées aux boisements purs de rési- neux. L' espèce est plus abondante sur terrain calcaire que sur substrat de granit ou de gneiss. Diverses études montrent qu' un hectare peut abriter plus de cent salamandres noires.

En Suisse, la salamandre noire se rencontre dans toute la partie des Alpes située au nord et à l' est de la vallée du Rhône, principalement entre 800 et 2000 mètres d' altitude. Ces valeurs indi- catives peuvent être largement dépassées:

l' espèce a été observée jusqu' à 2430 m et peut descendre à basse altitude à la faveur de boisements se prolongeant jusqu' en plaine, comme par exemple vers le lac de Walenstadt, à 420 m seulement. Les val- lées internes des Alpes, le Valais et l' En gadine notamment, sont délaissées car le climat y est trop sec. La présence de l' espèce au Tessin reste incertaine. On ne dispose que d' anciennes observations, non confirmées de longue date, dans ce canton. a B e n e d i k t S c h m i d t, P r a t t e l n ( t r a d. ) Lorsque les salamandres noires se sentent menacées, elles prennent une posture défensive, comme ici sur la photographie Rencontre avec une salamandre noire lors d' une randonnée Les mâles choisissent des endroits dégagés pour observer les femelles Photo: Vér onique Helfer Photo: Jérôme P e llet Photo: Kurt Grossenbacher Appel aux observateurs Bien que la salamandre noire soit large- ment répandue et parfois abondante, elle demeure méconnue du point de vue scientifique. Le KARCH ( Centre de Coor- dination pour la Protection des Amphi- biens et des Reptiles de Suisse ) collecte toutes les observations de salamandres noires ( et des autres amphibiens et rep- tiles indigènes ). Les observations peu- vent être transmises à l' adresse http://www.karch.c.h/ Des confirmations d' anciennes obser- vations en limite de l' aire de répartition sont particulièrement intéressantes, notamment près des cabanes de Hund- stein, de Cadagno et de la Cristallina.

L E S A L P E S 5 / 2 0 0 4

Activités jeunesse

Attività dei giovani Jugend-Infos,. " " .Berichte,. " " .Aktivitäten

Feedback