L'avancée de la forêt dans la Mesolcina. Randonnées au Mont Grand

L' avancée de la forêt dans la Mesolcina

Alors que partout dans le monde, la forêt est en recul, en Suisse et dans d' autres régions d' Europe, les changements survenus dans l' agriculture lui font gagner du terrain. L' évolu de ce phénomène est bien documentée par une série de photographies prises dans la Mesolcina. De Soazza à la cabane de Buffalora, on peut suivre pas à pas la progression de la forêt, sur le tronçon qui mène jusqu' à l' Alp de Bec.

Près des deux tiers de la superficie de notre pays sont recouverts de forêts. Sans l' intervention humaine, cette proportion serait encore bien plus élevée: 70% selon l' inventaire forestier national. Des régions entières ont été déboisées et converties en pâturages, en prés et en terres cultivées pour couvrir les besoins alimentaires de la population. Le développement économique a toutefois entraîné au cours des dernières décennies un abandon des surfaces exploitées, surtout en montagne, et la forêt a repris le dessus. Une histoire que l'on retrace si l'on chemine entre Soazza et la cabane de Buffalora, en passant par l' Alp de Bec.

Soazza, dans la Mesolcina

Les routes goudronnées sont généralement peu appréciées des randonneurs. Mais qui veut connaître l' histoire de la forêt qui domine Soazza doit s' en accommoder pour un bout du parcours. Cette course débute sur la colline surplombant la vallée, où se dresse l' église de San Martino ( 1 ) 2, réputée pour ses orgues du XVIII e siècle et son plafond décoré de rosaces en bois. Au-dessous de la colline, on distingue le tracé de l' an ligne ferroviaire Bellinzona– Mesocco, inaugurée en 1907 et fermée soixante-cinq ans plus tard, avec ses tunnels et ses ouvrages encore intacts.

1 Les lieux-dits sont ceux de la carte synoptique au 1: 10 000 utilisée par les auteurs. 2 Les nombres figurant en italique se réfèrent aux points d' observation sur l' extrait de carte en p. 27.

Le Mont Grand en 1935. Les zones de forêt sont rares Soazza avec Mont Grand en 2001. La forêt a presque reconquis les pentes du Mont Grand Vue du Mont Grand en 1963. La forêt s' est quelque peu étendue Photo: archives Aurelio Ciocco Photo: archives Aurelio Ciocco Photo: archives Aurelio Ciocco Photo: Claudia Schreiber Extrait de la carte 1: 25 000, feuille 1274 Soazza, avec le sentier didactique 1 Eglise de San Martino 2 Cróusgia 3 Ai Drin 4 Pont/Nosáll 5 Vieux châtaigniers 6 Clairière de Posséira 7 Tingès 8 Versant NE du Mont Grand 9 Cassan 10 Les sapins dominent 11 Vue sur le Val Buffalora Sentier de randonnéeSentier didactique

Le téléphérique à foin

Dans la partie sud du village de San Martino, la combe située à la hauteur de la maison n o 75, la « Cróusgia », était autrefois le terminus d' un téléphérique à foin, le « Drahtseilriese » ( 2 ): entraînées par leur propre poids et freinées seulement par la résistance de l' air, les charges, principalement des balles de foin, glissaient jusque dans la vallée, suspendues à un câble porteur. Qui soupçonnerait aujourd'hui qu' il y a quarante ans, le versant boisé du Mont Grand servait encore, avec ses 60 hectares de prés, de « grange à fourrage » aux paysans de Soazza?

Les essences pionnières: le sapin et le bouleau

Peu après les dernières maisons de Soazza, on aperçoit au-dessus de la route les terrasses autrefois cultivées d'« Ai Drin » ( 3 ), où l'on met aujourd'hui des ânes à pâturer. Le recours à ces animaux pour l' entretien des terres implique cependant une grande charge de travail: les ânes nécessitent des soins réguliers et ils broutent sélectivement, si bien qu' il faut faucher à la main les plantes qu' ils ont dédaignées. Le sentier didactique proprement dit commence après le premier bout de forêt, de l' autre côté d' un pont ( 4 ). De petits sapins pyramidaux buissonnent sous les bouleaux. Ces deux essences, qui ont colonisé le Mont Grand au cours des cinquante dernières années, montrent l' avancée de la forêt sur les terres autrefois cultivées. Le Mont Grand est orienté au nord-est ( 8 ) donc exposé aux vents du nord, qui dominent dans la Mesolcina. Ces courants ont apporté de grandes quantités de semences de sapin et de bouleau, qui ont trouvé des conditions favorables sur les prés plutôt humides laissés à l' abandon à partir des années 6O. Les bouleaux furent les premiers à s' im et ils poussèrent très vite. Aujourd'hui, ils sont presque trois fois plus hauts dans le bas du Mont Grand que les sapins du même âge. Broutés par le gibier, ceux-ci prennent souvent une forme de boule ou de pyramide.

Dans la clairière de Posséira, ces deux étages de la forêt sont clairement reconnaissables. Mais il ne s' agit là que d' un stade intermédiaire. Dans quelques années, les sapins prendront le dessus comme ils l' ont déjà fait dans la partie supérieure du Mont Grand ( 9 ), car la durée de vie du bouleau, essence pionnière, est limitée. Le passage de la domination des bouleaux à celle des sapins est parfois brutal: en novembre 1966, des averses de neige mouillée terrassèrent littéralement les vieux bouleaux, permettant aux sapins de s' imposer ( 10 ).

Une évolution bien documentée

En dirigeant le regard depuis cette clairière ( 6 ) vers le haut de la vallée, on peut apercevoir, lorsque la visibilité est bonne, le château de Mesocco. C' est grâce à lui que l' histoire du Mont Grand est si bien documentée, du moins depuis que la photographie existe, car pour présenter Vue depuis le Mont Grand sur l' église de San Martino et la combe de Cróusgia, ancien terminus du téléphérique à foin ( points 1 et 2 sur la carte ) Vieux châtaigner sur le chemin de l' Alp de Bec. Dans la commune de Soazza, on trouve la plus grande densité de châtaigniers géants de Suisse ( 5 ) Reproduit avec l' autorisation de swisstopo ( BA057120 ) Photo: Claudia Schreiber Photo: Claudia Schreiber le château tout à son avantage, il faut le photographier du haut vers le bas de la vallée. Autrement dit, les photos ont toujours en arrière-plan le Mont Grand avec ses nombreux mayens et lieux-dits, ce qui a permis de fixer sur pellicule l' évo de la forêt au fil des ans. Sur les clichés du mois de juillet, par exemple, les châtaigniers en fleurs sont reconnaissables à leur couleur lumineuse et vert olive.

Le châtaignier

La clairière de Nosáll abrite une châtai-gneraie plantée au prix de grands efforts sur un hectare de terrain déboisé avec l' aide financière du Fonds suisse pour le paysage ( FSP ). Car les châtaignes ont été pendant des siècles l' aliment de base de la population de la Mesolcina, et les nombreux châtaigniers géants ont longtemps marqué le paysage ( 5 ). L' inventaire des châtaigniers a révélé que la commune de Soazza est, dans le sud de la Suisse, celle qui compte le plus grand nombre de ces spécimens, atteignant au moins 7 m de pourtour et 1,3 m de haut 3. Leur âge force également le respect: au cours de cette randonnée, vous rencontrerez un spécimen qui affiche au moins 600 ans!

Coup d' œil dans la vallée de Buffalora

La toute jeune végétation de l' Alp de Bec ( 11 ) a sa propre histoire: en avril 1975, une énorme avalanche détruisit la forêt de mélèzes au-dessus de Bécc de sott. Près de 8000 m 3 de bois furent précipités dans le lit du torrent de Buffalora. Le dernier cône d' avalanche ne devait fondre qu' une année et demie plus tard, en automne 1976. Pour assurer l' écoule de la rivière, le bois en grande partie inutilisable dut être débité sur place en tronçons de 1 à 1,5 m. Ceux-ci restèrent dans le lit du torrent et furent petit à petit entraînés par les eaux dans la vallée. En été 1977, après de fortes précipitations, on lisait dans un quotidien tessinois que de grandes quantités de bois de mélèze de provenance inconnue avaient été retrouvées dans le lac Majeur. Il provenait en fait du lit du torrent de Buffalora. Ce qui explique aussi pourquoi l'on observe dans la zone touchée par cette avalanche un rajeunissement inhabituel – et naturel – de la forêt de mélèzes. a Aurelio Ciocco, Mesocco et Claudia Schreiber, Bienne ( trad. ) 3 Ces données se basent sur l' inventaire des châtaigniers établi en 2003 par la « Sottostazione sud delle alpi » de l' Institut fédéral de recherche sur la forêt, la neige et le paysage ( WSL ).

Dans la clairière de Posséira, on voit particulièrement bien la structure à deux étages de la forêt, avec des bouleaux et des sapins. Aujourd'hui, les bouleaux dominent encore, mais dans quelques années, les sapins auront pris le dessus ( 6 ) En juillet, on reconnaît de loin les châtaigniers en fleurs à leur éclatante couronne vert olive ( 6 ) Vue sur Soazza depuis Tingès. L' un des rares terrains du Mont Grand qui soit resté un pâturage ( 7 ) Photos: Claudia Schr eiber De Soazza à la cabane de Buffalora Point de départ de la randonnée: le village de Soazza, 620 m, dans la vallée de la Mesolcina, sur la route du San Bernardino; liaisons régulières par car postal. Construit au XVI e siècle, le village compte aujourd'hui 385 âmes. Pour rejoindre le sentier didactique illustrant l' avancée de la forêt, suivre la route goudronnée en direction de l' Alp de Bec, 1515 m ( environ 3 h ). De là, prendre le sentier facile et bien balisé qui traverse les pâturages pour atteindre le col de Buffalora, 2261 m ( environ 2 h ). Après 20 min de descente, on arrive à la cabane de Buffalora, www.buffalora.ch. Courses possibles au départ de la cabane: chemin d' altitude menant à San Bernardino ( au nord ) ou à Santa Maria, dans le Val Calanca, descente dans le Val Calanca. CN 1: 25 000, feuille 1274 Mesocco.

Alpinisme et autres sports de montagne

Alpinismo e altri sport di montagna

Feedback