Le désert: climat et espace vital. Une vie des extrêmes

Chameaux, nomades, sable, oasis: ces termes, très différents les uns des autres, évoquent tous le désert. Les conditions extrêmes qui règnent dans ces régions ont créé chez l' homme, les plantes et les animaux d' étonnantes habitudes de vie.

Les déserts sont des régions arides dans lesquelles l' évaporation est plus importante que les précipitations. Ils représentent environ 12 % de la surface globale de la Terre et sont situés, pour la plupart, à une latitude nord et sud de 20° à 30°, dans des régions soumises à une haute pression quasi permanente. La pluie y tombe de manière très irrégulière, voire jamais des décennies durant. Mais qu' il pleut enfin, les précipitations sont si abondantes que les innombrables vallées ordinairement desséchées ( les wadis ) se transforment en fleuves puissants. Ces précipitations s' arrêtent aussi rapidement qu' elles sont survenues et les grosses quantités d' eau tombées commencent immédiatement à s' évaporer.

Journées chaudes, nuits glaciales Le ciel est presque toujours dénué de nuages et l' air extrêmement sec, d' où les grandes variations de température entre le jour ( jusqu' à 50° C, voire plus ) et la nuit ( parfois en dessous de 0° C ). Ces différences de température entraînent un morcellement mécanique relativement rapide de la roche. Les débris de pierre s' effritent de plus en plus. D' abord se forment des déserts de pierres ( hama-da ) puis des déserts de graviers ( serir ). Dans les déserts de sable ( erg ), le vent parvient à déplacer les plus fines particules de sable et à former ainsi des dunes. Celles-ci peuvent atteindre jusqu' à 200 m de hauteur et menacer des villes entières.

De la vie ( presque ) sans eau L' homme capte l' eau dont il a besoin de sources qui se trouvent principalement dans les montagnes. Celle-ci ne provient pas, le plus souvent, des précipitations, mais circule par voie souterraine entre des couches imperméables. Lorsque l' eau

qui se trouve dans des bassins ou des cuvettes s' évapore, le sel qu' elle contient reste sur place. C' est ainsi que se créent les salines. Le sel est, aujourd'hui encore, une denrée commerciale importante pour les habitants du désert.

Le désert vit La végétation est clairsemée, dans certaines régions elle fait même entièrement défaut. Seules les plantes qui peuvent supporter une année entière de sécheresse grâce à leur oignon, leurs graines ou leur tubercule ont des chances de survivre. Après les pluies, les plantes éclosent puis fleurissent brièvement. Le désert ne doit la pauvreté de sa végétation qu' au manque d' eau. Dans les oasis par contre, où l' eau est disponible en permanence, une végétation très diversifiée se développe. L' arbre et la plante typiques des oasis tropicales sont le palmier et le cactus.

Les animaux aussi se sont adaptés au climat: la souris pygmée, le fennec, le scorpion ou encore d' innombrables insectes parviennent à survivre sans boire.

La vie des habitants du désert et des oasis Les habitants du désert se caractérisent généralement par leur minceur et leur vigueur. Nomades éleveurs de bétail, ils

Sur le chemin entre Midelt et le plateau d' Imilchil: végétation aride du Haut-Atlas marocain Imilchil est le centre de la zone de peuplement de la tribu berbère d' Ait dans le Haut-Atlas marocain. Les maisons de briques en pisé sont parfaitement intégrées dans le paysage Khaimas, une tente de nomades de laine noire dans le Haut-Atlas marocain. Les Berbères Sanhadscha habitent ici LES ALPES 8/2003 44 f_44_47.qxd 11.8.2003 11:09 Uhr Seite 44

traversent le désert avec leurs troupeaux ( chameaux, moutons, chèvres ) et utilisent au mieux la rare végétation disponible. La vie des habitants des oasis est très différente. Arbres fruitiers, céréales, légumes sont cultivés en abondance dans ces endroits. Contrairement aux nomades, ils vivent dans des habitations solides construites en briques séchées à l' air. Historiquement, les habitants des oasis dépendaient des nomades. En effet, sans leur aide ils ne pouvaient pas venir à bout des longues distances dépourvues d' eau du désert. De plus, les nomades guerriers dominaient les oasis et leurs habitants, en général des agriculteurs plutôt paisibles. Les camions ont remplacé des chameaux Aujourd'hui, l' irrigation croissante d' anciennes régions désertiques qui permet la culture de coton, de canne à sucre, de légumes et de fruits a contribué à faire des nomades des sédentaires. De plus, les réserves pétrolières qui font maintenant la richesse économique de nombreux Etats arabes ont été découvertes et exploitées dans ces régions. L' époque où les caravanes traversaient le désert avec des milliers de chameaux est maintenant révolue. Quant aux voies de caravanes, toujours plus nombreuses et de mieux en mieux entretenues, on y rencontre aujourd'hui plus de bus et de camions que de chameaux! Et pourtant, les habitants du désert ont su garder beaucoup de leurs particularités. a

Andreas Mühlebach, Frick ( trad. )

Feedback