Le gel ne me fermera pas les yeux

Adam Bielecki est un des meilleurs alpinistes polonais d’aujourd’hui. Comme tous ses compatriotes, il a fait ses premières armes dans la chaîne des Tatras, non loin de chez lui. Dès son plus jeune âge, il s’est frotté aux voies les plus difficiles de son pays et, pour corser la chose, il les a réalisées durant les rudes hivers de cette région.

Mais très vite, il a voulu élargir son champ d’action, et après les Alpes, c’est vers l’Himalaya qu’il a tourné son regard. Comme tous les 8000 avaient déjà été gravis, entre autres par son compatriote Kukuczka, c’est en hiver qu’il affronte les géants de la Terre. Parmi ses nombreuses ascensions, mais il y a aussi ses échecs, mentionnons les premières hivernales du Gasherbrum 1 et du Broad Peak. Les conditions sont épouvantables avec des vents terrifiants et des températures à ne pas mettre un ours polaire dehors. En quelque sorte, le titre de l’ouvrage illustre ces conditions extrêmes. Les attentes d’une météo un peu moins mauvaise sont interminables, et l’incertitude la plus absolue règne dans les camps de base hivernaux. La description de la carrière de Bielecki est captivante, et sa façon de présenter ses réussites comme ses échecs rend l’ouvrage très attrayant. Il se termine par le récit d’un sauvetage improbable en janvier 2018, celui de la Française Elisabeth Revol au Nanga Parbat.

Auteur

Adam Bielecki

Source

Editions Paulsen, 2019, traduit du polonais, ISBN 978-2-35221-288-1, 35 fr. 80

Feedback