Le pont de neige

Guide, écrivain et cinéaste, Denis Ducroz vit dans la région de Chamonix, où il situe l’intrigue de son roman. Ses descriptions précises et rigoureuses des endroits où se passent les différents épisodes de cette histoire - qui tient fermement en haleine le lecteur - donnent à l’intrigue une apparence d’authenticité que seul un grand connaisseur du massif du Mont Blanc peut proposer. Le protagoniste, un guide marié à une jeune femme de la ville, représente en quelque sorte l’archétype idéalisé de sa profession. L’homme se situe à la limite entre l’exercice à l’ancienne de son métier et les conceptions modernistes des jeunes. C’est un idéaliste. Excellent professionnel, indépendant, facile de contact et pédagogue remarquable, il ne se sent à l’aise qu’en montagne et il n’accorde aucune importance à ce qui se passe «en bas», encore moins aux règles que la gendarmerie est censée faire respecter et aux méandres alambiqués des assurances. Deux incidents vont bouleverser sa vie: la grave chute d’un de ses clients et amis qui descendait seul d’un refuge après une course particulièrement réussie, et une altercation avec le garde-champêtre chargé d’empêcher le franchissement d’un pont abîmé par la crue du torrent. Très bien construit, le récit conduit le lecteur vers un dénouement qu’il peut supputer dès les premières pages. Mais les épisodes heureux et les descriptions magnifiques des courses et des Alpes ménagent un suspense quant à l’issue du récit, qui n’est révélée que dans les toutes dernières lignes de l’ouvrage.

Auteur

Denis Ducroz

Source

Editions Glénat, 2018, ISBN 978-2344-02671-7, prix: 33 fr. 50