Le Sénin: pour les familles. Haut lieu de l'escalade et de la randonnée

Avec près de 50 itinéraires dans trois secteurs distincts et une école d' es offrant des difficultés de 3 c à 6b, de larges possibilités de randonnées et d' activités de plein air, le Sénin – en allemand: le Sanetsch – est un paradis pour les familles.

Lorsque les grimpeurs parlent du Sénin, ils pensent d' abord aux voies difficiles ouvertes par les frères Rémy, situées dans la partie centrale des Montons, ces parois orientées sud-est. Mais au cours des années 1999/2000, toute une série de voies ont été aménagées au Petit Monton par Michel et Suzanne Glesser, voies parfaitement adaptées aux enfants et aux familles. Le large passage du col du Sénin est situé entre les massifs englacés du Wildhorn et des Diablerets. Un intérêt tout particulier est offert par les grandes formations karstiques, les « lapis de Tsanfleuron », des parois horizontales qui semblent tirées au cordeau. Le lac du barrage, quoique situé au nord du col, appartient encore au Valais; le paysage y vaut le coup d' œil.

Il y a trois secteurs très différents vers l' extrémité orientale de la chaîne des Montons, le Petit Monton; l' un d' entre eux se trouve à proximité immédiate du barrage. L' environnement de la cabane Prarochet propose en outre une école d' escalade, avec de nombreuses combinaisons possibles, à la mesure des familles qui viennent pour plusieurs jours. La région offre par ailleurs de nombreuses possibilités de randonnées et le tour du lac, sur un bon chemin, est praticable avec des enfants en bas âge. Les traversées vers la cabane des Diablerets et vers la cabane Gelten sont nettement plus difficiles.

Secteur A « Barrage » Ce secteur, coord. 588.850/134.300, 2120 m, est le plus simple d' accès. A l' extrémité ouest du barrage, où s' arrête le car postal, des marques oranges sont immédiatement visibles

Le Sénin est un paradis pour les randonneurs. Sur le chemin qui longe le lac de Sénin Photo: R. + R.M.eier Coup d' œil sur la région du Sénin LES ALPES 9/2004 Topo Secteur A, « Barrage » 1 Schnick, 4a 2 Schnack, 4a 3 Bebbisagg, 4a+ 4 Snow Time, 4a, 5a 5 Paillasse, 4a 6 Navone org., 4a 7 W Nuss fo Basel, 4 c 8 Ziploc, 4b 9 Himmelblau, 4b 10 Rock Watsch, 4a 11 Only for Friends, 4a L' école d' escalade du secteur « Barrage » Vue du restaurant de montagne sur les secteurs A, « Barrage », et B, « Terrasse » 12 Dr Hit Hit, 5a, 5b+ 13 Spaghetti Code, 4b 14 Haschen nach Wind, 4a 15 Starkstrom, 5b+ 16 Schwachstrom, 5b 17 Röstigraben, 4 c+ 18 Electric Lady, 4 c 19 Kermit, 4 c 20 Muhh, ( moulinette ), 3 c 21 Määh, ( moulinette ), 3 c Pho to s: R.

M eie r De ss in ti ré de Su iss e pl ai si r W est de Jür g v on Kä nel LES ALPES 9/2004

qui conduisent en quelques minutes au pied des rochers. On découvrira alors 21 itinéraires de 3 c à 5b+, pour la plupart d' une seule longueur. Ils offrent d' excellents points d' assurage qui permettent à des enfants de grimper en tête. Une corde de 50 m suffit pour installer une moulinette dans la plupart des voies. Les voies plus longues en haut à droite exigent deux rappels. Dix sangles sont à prendre avec soi. Cette école d' escalade est tournée vers l' est et, au début de l' été, on y trouve encore parfois des plaques de neige. En cas de mauvais temps, d' éven chutes de pierres sont à craindre.

Secteur B « Terrasse » Ce secteur, coord. 588.600/134.100, 2230 m, se trouve à gauche au-dessus du « Barrage ». L' accès est parfaitement balisé, mais il passe par des endroits exposés et doit donc être déconseillé s' il y a des enfants. On y trouve quatre itinéraires d' une à trois longueurs d' une difficulté de 4b à 6b.

Secteur C « Stierenberg » Ce secteur, coord. 588.450/134.550, 2000 m, sur le côté nord du Petit Monton, est un peu caché. Il n' en est pas moins intéressant pour tous ceux qui apprécient le cadre alpin et une certaine solitude lorsqu' ils grimpent. De l' auberge de montagne ou de la station du téléphérique, on suit un bout le chemin en direction de Gsteig, puis au-dessous des bâtiments, à 2042 m, on descend par un sentier direction NW vers la grande selle du P. 1953. On traverse la Sarine, encore minuscule à cet endroit, puis on prend un sentier au pied des rochers, montant légèrement vers le SW. Après environ 300 m, on quitte le sentier et on monte vers le pied des rochers, par des gazons et des gradins rocheux. Durée: environ 30 minutes.

Douze itinéraires de 3 c à 5 c+ d' une ou deux longueurs ont été équipés sur ces belles dalles gris clair 1, où les semelles adhèrent bien. En raison de son orientation nord, on ne peut toutefois pas grimper très tôt dans ce secteur qui reste humide pendant un certain temps après une pluie. Matériel: une corde de 50 m et 10 sangles. Ecole d' escalade « Prarochet » Cette école d' escalade, coord. 588.500/129.150, vers 2530 m, se trouve à quelques minutes de la cabane du même nom, juste au-dessus du chemin d' accès. Elle a la forme d' un mur très redressé. Le secteur sud ( à gauche ) atteint près de 15 mètres et offre 8 voies de 3b à 6b. Juste à l' angle, on découvre le secteur est avec des voies de 4 à 12 m, de 4a à 7a. Les voies sont parfaitement assurées 2 et aménagées pour des moulinettes. Les anneaux de renvoi ne sont pas facilement accessibles depuis le haut, car ils se situent au-dessous de l' arête.

1 Aménagés par Peter Schoch, avec un cours d' escalade J+S 2 Aménagées par Daniel Blanc Versant nord du Petit Monton, avec le secteur C « Stierenberg » Topo secteur C « Stierenberg » 1 S chunnt nöd drufaa, 2 c, 5a 2 Säg doch Du, 4 c 3 Mir isch glich, 2b, 5a 4 Söli oder söli net, 4b, 4b 5 Mambazamba, 4 c, 5a 6 Heissi Wädli, 5a 7 Stieregrind, 5a 8 Präs, 4b 9 Schnupftour, 5b 10 Put your balls 5 c+ 11 Squeeze Box, 3 c 12 Chnüschlotteri, 4 c De ss in ti ré de Su iss ep la is ir W est de Jür g v on Kä nel LES ALPES 9/2004

Tout autour de la cabane, au milieu des rochers, on trouve de petits lacs. En peu de temps, par des champs d' éboulis, on peut gagner le nord du glacier de Tsanfleuron. Un itinéraire marqué mais sans trace conduit par des plaques de neige et des lapis au baraquement qui se trouve au pied de la Tour St Martin, 2908 m, d' où le regard peut plonger vers Derborence. Une trace le plus souvent visible mène au Sex Rouge, station du téléphérique Diablerets 300O. Ouvrir l' œil, nous sommes sur un glacier! L' Olden, 3122 m, facile à atteindre par des marcheurs expérimentés, offre un vaste panorama. Informations générales Accès: Soit on utilise le petit téléphérique, horaire 2397, à partir de Gsteig et de la ligne de cars postaux Schönried– Gstaad–Les Diablerets, horaire 12O.15, soit on monte du Valais par le col du Sénin jusqu' au barrage; course quotidienne de car à partir de Sion, horaire 135.23.

Pho to s:

R.

M eie r La cabane Prarochet avec le glacier de Tsanfleuron et l' Oldenhorn 1 Cool papa cool, 3b 2 Tronche de cake, 6b 3 Edmée la douce, 5b 4 Bouche d' amour, 4b 5 Géraldine, 4 c 6 Cric crac, 4b 7 Tant plaisant, 4a 8 Fumant désir, 4a L' école d' escalade de « Prarochet », secteur sud

¥

1

¥

2

¥

3

¥

4

¥

8

¥

1

¥

5 ¥

6

LES ALPES 9/2004

Hébergement: Auberge de montagne du Sénin, 2060 m, entre la station du téléphérique et l' arrêt des cars, parc de stationnement à proximité. Dortoir et quelques chambres, réservation recommandée, tél. 033 755 12 32 ou 027 395 24 1O. L' hôtel Tsanfleuron, côté valaisan du col, est actuellement fermé. Peu après Gsteig, direction col du Pillon, camp de camping disponible. Cabane Prarochet, 2555 m, au SW au-dessus du col du Sénin, près du glacier de Tsanfleuron: 44 places dans des dortoirs, boissons et repas. Réservation: tél. 027 395 27 27 ou 027 395 13 66. Du col, de l' arrêt et du parc de stationnement, un sentier balisé conduit vers la cabane. Un autre itinéraire balisé indique la direction du glacier de Tsanfleuron qui mène à la cabane par les célèbres lapis. En cas de mauvais temps, la plus grande prudence est de mise car la cabane n' est visible qu' au dernier moment. Durée: 2 h du col du Sénin, 3 h de l' auberge de montagne. Cartes: CN 1: 25 000, feuilles 1266 Lenk, 1286 St-Léonard et éventuellement 1285 Les Diablerets, CN 1: 50 000, feuilles 263 T Wildstrubel, 272 T St-Mau-rice, 273 T Montana, Assemblage 1: 50 000, feuille 5009 Wildstrubel. Guides: Jürg von Känel, Suisse plaisir West, Edition Filidor, 1996, Daniel Blanc, Escalade en Valais central 3, Philippe

Metzker, Randonnées en montagne. Chablais et Valais francophone, Editions du CAS, Berne 2002, Philippe Metzker, Randonnées alpines en Suisse – d' une cabane du CAS à l' autre, Editions du CAS, Berne 2004, Ueli Mosimann, Guide des Alpes bernoises, du Sanetsch au Grimsel, Editions du CAS 2002. a

Ruedi Meier, Auvernier ( trad. ) 3 Peut être obtenu chez Daniel Blanc, rte de Saxonne 10, 1966 Ayent. N' indique que des itinéraires difficiles.

9 T' as un blème, 5b 10 Ambiance montagne, 4a 11 Il tête Anne-Lise, 6b+ 12 A boudii-don, 7a L' école d' escalade de « Prarochet », secteur est

¥

7

¥

8

¥

9

¥

12

¥

11

¥

10

LES ALPES 9/2004

Histoire, culture et littérature alpines

Storia, cultura, letteratura alpina

Alpine Geschichte, Kultur, Erzählungen

Tournée des Alpes 2004

Danza! Alleanza!

Collectionner, enregistrer et enrichir de nouveaux éléments les danses traditionnelles des diverses régions de l' Arc alpin: voilà l' affaire du groupe de danseurs et de danseuses de la Compagnia Vitale 1. Leur tournée 2004 les a menés, en compagnie de Bandella Jeger, tout au long de l' Arc alpin.

Niesen 2004. Heureusement, contre toutes les prévisions météorologiques, les nuages et traînées de brouillard se sont dissipés en ce soir de juillet. Le soleil couchant illumine la Blüemlisalp et fait briller la neige et les névés des autres sommets.

Connu, mais un peu bizarre Sur la terrasse panoramique de l' Auberge de montagne du Niesen, les derniers projecteurs sont installés. Puis apparaît l' orchestre Bandella Jeger qui ouvre la soirée avec une mélodie populaire qui devient bientôt un peu étrange.. " " .Arrive alors la Compagnia Vitale avec une danse populaire comme nous les connaissons. Mais peut-être n' est pas tout à fait ça? La directrice artistique du groupe de danse, Corinna Vitale, s' en explique: « La danse populaire est une partie de ma culture et elle est très importante pour moi. Je veux contribuer par mon travail à protéger et à conserver cette culture. Pour montrer sa richesse, je joue avec ses éléments et je me permets d' en ajouter d' autres, venus d' ailleurs. Pour beaucoup de gens, l' accès en est ainsi facilité. » Aussi les quatre couples de danseurs professionnels de la Compagnia Vitale font-ils revivre les plus belles danses de l' Arc alpin tout en les enrichissant avec divers éléments dont ceux de la « Modern Dance »; ils nous donnent par ailleurs une excellente « Suite pour 14 cuillères de bois et un tambour ».

Joie de danser Stefan Bütschi, en maître à danser Vespucci, inspire ainsi toute la soirée et marche à travers l' histoire transcrite en danses et musiques. Mais là n' est pas réellement l' important; ce qui est décisif, c' est que « l' homme danse parce que cela le rend heureux ». Et ce constat lapidaire: « On danse encore dans les montagnes ». Comme le montre « Danza! Alleanza !», cette danse prend des formes diverses, par exemple celles de passes de lutte par-

Bandella Ben Jeger fait intervenir des instruments que l'on n' utilise pas habituellement pour interpréter des mélodies populaires La tournée estivale 2004 du spectacle de la Compagnia Vitale a débuté en juillet sur le Niesen Pho to s:

Die te r S pinnle r LES ALPES 9/2004

faitement mises en scène du point de vue musical. Elles sont complétées par une impressionnante réponse chorégraphique des danseuses, lesquelles parviennent à transformer les affrontements de la lutte en mouvements communs. La danse, c' est aussi une fête pour chacun.. " " .Au terme de la représentation des quatre couples de professionnels, les spectateurs sont d' ailleurs invités à leur tour à prendre part à la joie de la danse sous la conduite et les rythmes de Bandella Jeger. a

Margrit Sieber ( trad. ) 1 Cf. www.compagniavitale.com « Danza! Alleanza !»: un couple de danseurs de la Compagnia Vitale et le danseur Vespucci devant le décor grandiose des Alpes bernoises Le maître de danse Vespucci alias Stefan Bütschi: « L' homme danse parce que cela le rend heureux. »

P O R T F O L I O D E S

A L P E S

Voyages dans les Alpes

Né en 1961, le photographe et alpiniste Mario Colonel se destinait à devenir professeur d' histoire. C' est finalement l' histoire des hommes et de la montagne qu' il raconte à travers ses photos. Autodidacte, sa passion pour la photographie et sa fascination pour la montagne sont nées à travers le prisme de l' amitié. Un ami lui ouvre les portes de ce monde envoûtant et, du haut de leur seize ans, ils parcourent ensemble les Alpes qu' ils écument sans répit. Si les clichés de Mario Colonel témoignent de cette flamme qui l' anime et d' une recherche esthétique dont les pères spirituels sont les photographes Pierre Tairraz et Galen Rowell, ils portent aussi la trace de ces amitiés qui ponctuent sa vie et sans lesquelles son travail de photographe lui serait inconcevable. Ce « je ne sais quoi de magique, de surnaturel, qui ravit l' esprit et les sens » éprouvé par Saint-Preux devant les montagnes valaisannes, s' apparente à ce que Mario Colonel tente de capturer dans ses images. Le Valais pour son aspect sauvage, l' Oberland bernois, les Dolomites pour leurs verticales et le massif du Mont-Blanc sont ses domaines de prédilection. Il pose sur ces régions un regard personnel et renouvelé qui nous fascine et nous invite à les redécouvrir. Des projets? L' avenir de ce photographe se déclinera aux couleurs de l' arc alpin!

Karine Begey

P H O T O S Mario Colonel

Sommet du Mont-Blanc, automne 1998. Une cordée arrive sur la cime Photos: Mario Colonel La Française Isabelle Patissier dans un 7b à La Ciotat, Provence ( F ), avril 1995 L' Arête des Cosmiques ( massif du Mont-Blanc ) par vent fort: ambiance garantie! Décembre 2001 Lac du Sorapis, encore peu fréquenté début juillet, Cortina d' Ampezzo ( I ), Dolomites, 2003 Coucher de soleil sur les séracs du Mont Maudit ( massif du Mont-Blanc ), juin 2000 Face nord du Mont-Blanc, vue aérienne à 4800 m d' altitude, juillet 2001 Glacier du Tour vu depuis le sommet de l' Aiguille du Tour, Valais, octobre 2003 Alpinistes arrivant au sommet de l' Alphubel, Valais, avril 1997 Face nord-ouest du Mont-Blanc à la chambre panoramique 6ϫ17, juin 2002 LES ALPES 9/2004

Voies et sites nouveaux

Vie e siti nuovi

Neue Routen und Gebiete

Feedback