Les Alpes fête ses 80 ans. «Créer un organe bilingue est une faute»

Vita del club

Aus dem Clubleben

« Créer un organe bilingue est une faute »

Les Alpes fête ses 80 ans

Il y a 80 ans exactement, « Les Alpes », organe officiel du Club alpin suisse, paraissait pour la première fois. Occasion rêvée de jeter un regard rétrospectif sur cette montagne de publications.

Les Alpes – en allemand, Die Alpen – a connu un départ prestigieux en janvier 1925. Après un message du Comité central, rédigé en trois langues nationales, pour souhaiter la bienvenue à la nouvelle revue, l' alpiniste Alfred Zürcher avait écrit un article de huit pages sur les Bergfahrten im Bergell ( courses de montagne dans le Val Bregaglia ). Ce récit était divisé en deux parties: « Erste Überschreitung der Scioragruppe » ( première traversée du massif de la Sciora ) et « Piz Badile – Erste Besteigung über die Nordkante » ( première ascension du Piz Badile par l' arête nord ). En août 1923, Zürcher et son guide Walter Risch avaient hélas oublié leurs appareils photo, mais heureusement, ils avaient pensé aux « deux décilitres de cognac pour la route ». C' est pourquoi la narration de cette course, qui devait devenir l' une des plus célèbres de Suisse, a paru sans aucune illustration. Mais quelle description! « Avec gravité, nos mains ensanglantées se sont étreintes aussi vigoureusement que tout à l' heure sur la dalle où nous avons risqué nos vies. ‹ Je vous remercie, Risch – je vous remercie, Monsieur Zürcher › furent les seules paroles que nous avons prononcées d' une voix tremblante d' émotion à l' arrivée au sommet, dans la lumière dorée des rayons du soleil. »

Quatre langues

Ce sobre témoignage de respect mutuel s' affirme aussi dans la revue du Club alpin suisse. Les Romands apportèrent leur contribution dès le premier numéro. Emile Robert Blanchet, champion de diverses premières et écrivain renommé, était l' auteur d' articles sur Le Breithorn du Loetschental et sur sa Première ascension par l' arête sud. Quant à Julien Gallet, membre d' honneur du CAS et des sections La Chaux-de-Fonds et Argentine, ainsi que de l' Alpine Club britannique, il décrivait son ascension du « Pizzo Gallina, 3067 m, par le versant nord ». Le récit de Rudolf von Tscharner sur sa première traversée du Mont-Blanc à ski, de Courmayeur à Chamonix, du 17 au 24 avril 1924, fut son premier et dernier article, car il mourut peu après au Finsteraarhorn à la suite d' une rupture de corde. Rien qu' à sa lecture, ce compte-rendu déclenche des montées d' adrénaline, ce qu' on ne peut guère dire, de nos jours, du récit en italien d' une excursion dans la Léventine, et du poème en romanche, parus dans le même numéro. Mais celui-ci montre en effet que Les Alpes, organe officiel du Club alpin suisse, a respecté dès ses débuts les quatre langues helvétiques.

Une revue pour tous, publiée en deux parties

Cette caractéristique était mentionnée dans l' article premier du règlement des Dans le premier numéro des Alpes, on trouvait un article de l' écrivain romand Emile Robert Blanchet sur la première au Breithorn du Lötschental par l' arête sud – nommée aussi arête Blanchet. A droite sur la photo, le Gredetschhörnli, à gauche le Breithorn du Lötschental « Les croix indiquent le point de départ et le point d' arrivée de la voie suivie par M. E.R. Blanchet. » Photo: Die Alpen I/1925/photogr aphie Paul Montandon Photo: ar chiv es C A S Dernière édition de L' Echo des Alpes, lancé par la section genevoise pour ses membres. Cette publication était un porte-parole très apprécié des sections romandes Photo: Die Alpen I/1925/photographie J. Gaberell, Thalwil publications du 23 novembre 1924: « Le CAS publie pour ses membres une revue unique, tenant compte des quatre langues nationales et portant le titre Die Alpen – Les Alpes et les sous-titres ‹ Monatsschrift des Schweizer Alpen-Club, Revue du Club Alpin Suisse, Rivista del Club Alpino Svizzero, Revaisa del Club Alpin Svizzer › ». Par la suite, on a ajouté à l' en de la revue son nom italien Le Alpi. Chaque numéro mensuel se composait de deux parties, l' une rédactionnelle, l' autre commerciale. Les pages de chacune d' elles étaient numérotées sur toute l' année et brochées séparément. La partie rédactionnelle a souvent été reliée en volumes annuels de couleur brune, parfois épais de six bons centimètres. On les retrouve encore sur les rayons de maintes bibliothèques, contrairement aux recueils nettement plus minces qui englobent la chronique du club, la partie commerciale et les petites communications, à l' exclusion des pages de publicité. Il est regrettable que celles-ci aient disparu en majorité, car elles retraçaient de manière vivante l' historique des Alpes. En 1938, par exemple, une réclame pour Ovomaltine loue la première ascension complète de la paroi nord de l' Eiger, alors que la revue elle-même ne mentionne qu' en six brèves lignes cet exploit remarquable. Ce court récit a par contre été publié en allemand et en français, car le règlement des publications de 1924 garantissait chaque année à la langue française un tiers au minimum de l' es rédactionnel.

Dans la première édition des Alpes en janvier 1925, Alfred Zürcher décrivait entre autres la première ascension du Badile par l' arête nord. Sur la photo, le Piz Cengalo ( à g. ) et le Piz Badile avec son arête nord, appelée aujourd'hui l' arête Badile Blatten, Lötschental. Cette photo illustrait l' article d' Emile Robert Blanchet dans le premier numéro des Alpes en 1925 Le texte de Rudolf von Tscharner sur la première traversée à ski du Mont-Blanc de Courmayeur à Chamonix fut son unique article: il décéda suite à une rupture de corde sur le Finsteraarhorn. Sur la photo, le Mont Maudit, le Mont-Blanc et le Dôme du Goûter. A l' arrière, à gauche, Grivola et Paradiso, à droite les montagnes du Dauphiné Photo: L es Alpes I/1925/photogr aphie Boissonas, Genèv e Photo: L es Alpes I/1925/vue aérienne Ad Astr a Aer o S.A.Z.urich

Trois en un

Cette garantie d' espace réservé au français revêtait une importance majeure pour les clubistes romands, car la publication d' une revue commune et unique avait déclenché une petite crise entre les blocs linguistiques de la plus grande association suisse d' alpinistes. En 1885 déjà, le Comité central Uto ( Zurich ) s' était prononcé pour un « annuaire commun et des petits communiqués en allemand et en français, paraissant à un rythme plus fréquent ». L' Annuaire du CAS, édité depuis 1864, comprenait des articles généralement rédigés en allemand. A deux reprises, à la fin des années 1860, la parution d' une traduction intégrale en français s' était révélée un fiasco complet. Les sections romandes du CAS possédaient depuis un certain temps déjà leur propre organe L' Echo des Alpes, lancé par la section de Genève en mars 1865. Peu après, il s' est transformé en porte-parole très apprécié de toutes les sections de langue française. Après la Première Guerre mondiale, et le creusement d' un véritable fossé entre Suisses romands et alémaniques qui s' en était suivi, s' est formé le vœu de plus en plus pressant, surtout exprimé par les sections alémaniques, d' une publication commune et homogène du CAS. Outre l' annuaire, celles-ci disposaient depuis 1893 de la revue mensuelle Alpina, où les communiqués officiels du Club étaient rédigés en deux langues. Mais les alpinistes romands ne se sentaient guère concernés par cette publication, car leurs préférences allaient exclusivement à L' Echo des Alpes. Citation parue dans l' un de ses derniers numéros: « Bientôt, nous devrons abandonner la chambre de nos rêves, de nos joies et de nos amours. » Et la rédaction du journal résumait la situation par un commentaire clair et net: « Créer un organe unique bilingue est une faute. » Mais c' est précisément cette solution bilingue que les participants à l' Assem générale du 25 novembre 1923 à Berne ont approuvé par 121 voix contre 68 – donc grâce aussi à l' apport de votes romands –, à l' indicible surprise de la rédaction de L' Echo des Alpes. Cette même année, l' Annuaire paraissait pour la der- La partie « affaires » des Alpes avec sa chronique du club et ses petites communications était beaucoup moins importante que la partie littéraire. Malheureu- Photo: page de couverture 12/1995, escalade sur la cascade du Dar/Diablerets, photographie: Claude Remy, l' Eglise La page de couverture de la dernière édition du bulletin mensuel de 1995 montre l' évolution de l' alpinisme Photo: ar chiv es Daniel Anker sement, les pages de publicité n' ont pour la plupart pas été reliées. Pourtant, elles aussi sont une partie de l' histoire alpine 1 1 Interview d' un des vainqueurs de la paroi nord de l' Eiger Après avoir appris que les vainqueurs de la paroi nord de l' Eiger avaient consommé de l' Ovomaltine, nous avons interviewé Kasparek: « Je bois de l' Ovomaltine depuis plusieurs années déjà. Je la préfère à tous les autres aliments parce qu' elle est très digeste et ne cause aucune gêne même lors d' activités intenses et exigeantes. Pour vous faire une idée de la grande valeur de l' Ovomaltine, sachez que mon camarade Harrer et moi sommes partis avec 13 kg de provisions pour l' ascension de la paroi nord de l' Eiger et en avons ramenés 10 kg. Mais dans ces 10 kg, il ne restait pas un seul gramme d' Ovomaltine. Ovo Sport a tout particulièrement fait ses preuves et mon camarade Harrer en a consommé abondamment. » Pour finir, il souligne que de telles performances alpines ne seraient pas possibles sans Ovomaltine. Pour mener une vie paisible, n' importe quel aliment convient. Mais lorsque, au bureau, dans l' atelier ou en sport, il faut être extrêmement performant, seule Ovomaltine fait l' affaire. En boîte à 2 francs et 3 fr. 60, disponible dans le commerce D r A. Wander SA, Berne nière fois, suivi de la disparition d' Alpina et de L' Echo, douze mois plus tard. Depuis lors, il n' existe plus que Die Alpen – Les Alpes – Le Alpi. Face aux menaces grandissantes de la Seconde Guerre mondiale, le titre romanche Las Alps fut ajouté en 1939 pour rappeler nos quatre langues nationales, notion que les membres du CAS ont toujours ardemment défendue.

Deux parties, puis deux langues

En 1957, l' unanimité confédérale tant vantée était passée de mode. Les membres romands du club avaient, à bon droit, signalé à plusieurs reprises que dans Les Alpes figuraient trop peu d' arti dans leur langue maternelle. C' est pourquoi on décida de faire paraître la revue en deux éditions, l' une en allemand, l' autre en français. Des articles rédigés en italien ou en romanche et non traduits, ne paraissaient que très occasionnellement dans l' une ou l' autre version. Les responsables des publications du CAS tenaient pourtant aux quatre langues et à l' unité du contenu, tout autant qu' aux deux éditions. En effet, la partie consacrée aux articles de fond paraissait tous les trois mois, chaque fois agrémentée d' une photographie en noir et blanc sur la page de couverture, tandis que la chronique se transformait en un bulletin mensuel nouvellement illustré. Il faut donc faire la distinction entre la publication mensuelle des années 1925 à 1956, reliée généralement en brun, et le bulletin mensuel de 1957 à 1995, relié en gris.

La couleur apparaît dans Les Alpes dès janvier 1983. On a conservé le format A5 et le même mode de parution: bulletin mensuel avec les communications du club et de courtes annonces, et la revue trimestrielle comprenant des articles plus étoffés. Une autre innovation concernant les langues survient en même temps que les illustrations en couleur de la couverture et du texte: Die Alpen entièrement en allemand, Les Alpes entièrement en français. Citons une seule exception: dans le numéro en allemand de janvier 1983, Michel Piola présentait en français sous la rubrique « Premières ascensions » un Voyage selon Gulliver au Grand Capucin, et utilisait bien sûr la cotation française des degrés de difficulté. Quant au bulletin mensuel, il était en noir et blanc, de même que la publicité, et était relié en fin d' année. En d' autres termes, les volumes annuels contenant les parties rédactionnelles s' étaient La dernière édition du bulletin trimestriel d' après la maquette 1983–1995. Un long chemin reste à parcourir jusqu' à la conception de la nouvelle maquette! Depuis 1996, Les Alpes paraît en format A4, entièrement en couleur, dans une édition française et une édition allemande au contenu identique Photo: page de couv er tur e 4e tri - mestr e 1995/r andonnée à ski en Nor vègephotogr aphie: Thomas Ulrich, Unterseen Photo: Die Alpen 1/1996 d/Photogr aphie Rober t Bösch, Oberägeri

Vie et loisirs en montagne

Vita e tempo libero in montagna

Leben und Freizeit im Berggebiet

amincis, alors que ceux comprenant les communiqués officiels, les nouvelles et la réclame s' épaississaient!

Une revue en deux langues

La dernière modification majeure remonte à 1996. Depuis cette année-là, la revue Les Alpes a adopté le format A4, déjà usuel dans les autres revues d' alpi et ses numéros mensuels en couleur paraissent en deux éditions allemande, et française. Jusqu' en 2000, seuls le logo du CAS et un petit filet rouge portant de brèves indications de mois, d' année et de langue pour chaque numéro ( 1/1996 f, par exemple ) ornaient la page de couverture. Depuis janvier 2001, elle porte, à côté du logo, le nom du club en quatre langues et, dans le filet rouge, la mention Die Alpen ou Les Alpes. A l' exception des recensions de livres et de l' agenda, tous les textes sont traduits dans l' autre langue. Ainsi, la lettre adressée aux Alpes en 1925 par le célèbre guide Christian Klucker en réponse à la remarque d' Alfred Zürcher qui prétendait que son escalade de l' arête nord du Piz Badile le 11 juin 1892 n' était qu' une tentative, aurait porté la mention « trad. ». « Ce jour-là, écrivait Klucker, je n' avais emporté ni sac à dos, ni corde pour m' assurer; à l' entrée inférieure de l' arête, j' abandonnais même mon veston et mes chaussures de montagne et je l' ai gravie tantôt en chaussettes, tantôt pieds nus. » Cet exemple illustre à quel point non seulement Les Alpes mais aussi l' escalade se sont transformés en 80 ansa Daniel Anker, Berne ( trad. )

Sources

Die Alpen – Les Alpes – Le Alpi 1925. Monatsschrift des Schweizer Alpenclub, Revue du Club alpin suisse, Rivista del Club Alpino Svizzero, Revaisa del Club Alpin Svizzer; Chronik des S.A.C. und kleine Mitteilungen, Chronique du C.A.S. et renseignements divers Les Alpes 1957, revue trimestrielle, bulletin mensuel Les Alpes 1983, revue/bulletin mensuel Les Alpes 1996, revue du Club alpin suisse Les Alpes 2001, revue du Club alpin suisse Albert Roussy, « Literarische Tätigkeit des SAC » in Die Alpen – Les Alpes 1938 Max Oechslin, « Die Publikationen des SAC » in Die Alpen 1963 Daniel Anker, Die Kraft der vaterländischen Berge. La question linguistique au sein du Club alpin suisse de 1863 à 1925. Travail de séminaire, non publié, Université de Berne, 1983.

Feedback