Les cabanes du CAS se lancent. Partenaires du tourisme local et régional

et régional

Les cabanes du CAS

se lancent

Une collaboration étroite entre une cabane du CAS et une vallée ouverte au tourisme est une affaire qui consiste à donner et à prendre. Elle exige des responsables des cabanes non seulement des décisions inhabi- tuelles, mais elle donne aussi de nouvelles possibilités de subsister, comme le montre l' exemple de la cabane Länta ( GR ).

Lorsqu' en 1913 la section Bodan construi- sit la première cabane Länta au pied du Rheinwaldhorn lançant ainsi le tourisme alpin local, Vals n' était qu' un village reti- ré de paysans de montagne. Quelques décennies plus tard, la situation se pré- sentait tout autrement: Vals s' était large- ment développé en une station de va- cances alors que la cabane Länta, recons- truite à neuf en 1968, se retrouvait topo- graphiquement et touristiquement tou- jours plus à l' écart. La section proprié- taire regrettait cette évolution – tout comme les habitants de Vals. Lorsque, en 1997, le gardiennage fut l' objet d' un nouveau règlement et d' une nouvelle attribution, tout le monde était d' accord sur la nécessité d' une collaboration étroite entre le village et la cabane. De- puis lors, c' est une histoire réussie qui s' est déroulée et qui pourrait servir d' exemple à d' autres vallées alpines. L' authenticité comme règle Située tout en haut du Valsertal, la ca- bane Länta convient à Vals et au tourisme de la vallée. L' architecture sans préten- tion de la cabane s' insère parfaitement dans la culture de la vallée, avec son ac- cueil simple et son histoire touristique non conventionnelle. La nature impres- sionnante des lieux a toujours poussé les gens de Vals à regarder par-dessus les montagnes. La vision des responsables de la cabane leur ressemble: sans craindre l' utopie et les rêves, ceux-ci ont créé, les premiers, les conditions et les contrats qui assurent au gardien une existence dans la vallée et procurent à la cabane une nécessaire continuité. Une extension adaptée de la durée de gardiennage, un entretien adéquat des sentiers de la ca- bane ainsi que des propositions de me- nus qui soutiennent les produits locaux lui ont amené de nouveaux hôtes. Mais il faut plus pour une exploitation réussie, c' est ce que montre le projet « Passo So- reda ».

Une relation claire avec la vallée Avec le projet « Passo Soreda » soutenu par la commune et son office du tou- risme, aujourd'hui « Visit Vals », la cabane Länta a réaménagé en deux ans le pas- sage historique de la vallée de Vals vers le Tessin, passage qui avait été laissé à l' abandon. Le chemin qui exige aujour- d' hui encore de l' endurance a libéré la cabane Länta de son isolement topogra- phique. Elle dépend maintenant un peu moins de sa clientèle d' alpinistes et, après des années de stagnation, les nui- tées et les recettes augmentent régulière- ment. Grâce à la navette qui circule le long du lac du barrage et aux possibilités de gagner Zerfreila et l' Alp, le sentier de la cabane est devenu plus attrayant. La cabane Länta est aujourd'hui un but d' excursion apprécié dans la vallée de Vals et offre toutes les qualités d' un lieu tranquille qui n' est accessible qu' à pied.

Avec trois dortoirs pour 33 person- nes, la cabane Länta, même après les transformations de l' été 2003, reste une des plus petites cabanes gardées du CAS.

Cette taille régule le flux des visiteurs dans le monde très sensible de la haute montagne – ce qui est voulu et fait d' ail leurs partie intégrante de la philosophie du tourisme de Vals. Le fait que le tout puisse fonctionner sans règlement et sans interdictions est également prouvé par le domaine d' escalade sportive de Länta ( cf.

l' article pp. 24–31 ). Les grimpeurs font d' ailleurs partie d' un groupe d' hôtes de plus en plus nombreux à la cabane.

Participer peut avoir un certain coût L' introduction de la taxe de séjour n' a pas été bien accueillie, au début, par les responsables de la cabane. Mais, en fin de compte, c' est elle qui garantit la partici- pation et le lien de la cabane avec le tou- risme local et régional. En été 2002 par exemple, « Visit Vals » et la cabane Länta ont réalisé en commun une nouvelle carte de randonnées à pied et à ski; Tschi- fera, journal d' information destiné aux La cabane Länta, autrefois surtout visitée par des adeptes de haute montagne, est de plus en plus appréciée par les randonneurs et les familles. Pour cela, il faut bien sûr que les chemins qui relient les cabanes voisines et les vallées alentours soient balisés et bien entretenus Photos: Thomas Meier L E S A L P E S 9 / 2 0 0 3 touristes, traite fréquemment dans ses articles des thèmes touchant à la cabane.

L' Office du tourisme est également une plate-forme publicitaire pour la cabane:

outre les moyens habituels tels que les prospectus, les propositions d' excursions, les itinéraires et les guides d' escalade éla- borés principalement en faveur de la ca- bane suscitent beaucoup d' intérêt.

Vers l' avenir Le Parc national prévu, Adula–Rhein- waldhorn, intéresse aussi bien Vals que la cabane Länta. Les gens qui recher- chent la détente en montagne sont préci- sément le public-cible souhaité pour la cabane. Les gardiens et le responsable de la cabane travaillent également à un concept de marketing qui devrait assurer l' exploitation de la cabane à moyen mais aussi à long terme. a T h o m a s M e i e r, gardien de la cabane Länta CAS ( t r a d. )

Feedback