Les hôtels du glacier du Rhône. Hôtels et palaces de la Belle Epoque

Les hôtels du glacier du Rhône

Au cours de la seconde moitié du XIX e siècle, quatre établissements hôteliers importants virent le jour dans la région du col de la Furka: l' hôtel de Gletsch, le Belvédère, au bord du glacier du Rhône, et les hôtels Furka et Furkablick, au sommet du col. Leur architecture austère de « construction à usage touristique » contrastait vivement avec celle des hôtels de style pompeux de la même époque, édifiés au bord de nos lacs.

Les hôtels de la région de la Furka sont d' authentiques témoins de l' apparition et du développement de l' hôtellerie de montagne dans les cols alpins vers la fin du XIX e siècle, apogée de l' ère des diligences. Le modeste bâtiment de pierres, construit à la croisée des chemins de Gletsch, s' est transformé, entre 1830 et 1900, en un monumental établissement de plus de cent lits. Toutefois, son aspect extérieur est resté beaucoup plus sobre que celui des façades richement décorées des palaces qui s' élevaient sur les rives des lacs suisses à cette époque-là. De même que les autres hôtels de la région de la Furka, celui de Gletsch constitue un exemple typique des constructions hôtelières réalisées en montagne au XIX e

siècle. Alors que les palaces de la Belle Epoque, sis au bord de nos lacs, reflètent, à l' intérieur comme à l' extérieur, le charme romantique et désuet de la tradition hôtelière de naguère, l' hôtel du pied du glacier du Rhône ne sacrifie à ce style que dans la salle à manger et dans les salons de réception, voire dans le hall d' entrée.

L' hôtel de Gletsch, au fond de la vallée Depuis le Moyen Age, le col de la Furka, reliant le Valais au pays d' Uri, constituait la seule voie de communication ouest-est des Alpes suisses. Le plus célèbre voyageur qui a emprunté cet itinéraire, Johann Wolfgang Goethe, a traversé le col déjà enneigé le 12 novembre 1779. Jusqu' au début du XIX e siècle, il n' exis presque aucune possibilité d' héber le long de cette route, comme partout ailleurs dans les montagnes suisses. Peu avant 1835, le Valaisan Josef Anton Zeiter a ouvert un établissement de douze lits au pied du glacier du Rhône,

L' hôtel de Gletsch à la fin du XIX e siècle. Situé près de l' impo glacier et à la croisée des chemins de Gletsch, il a été transformé en un monumental établissement L' hôtel de Gletsch aujourd'hui. En 1837, une brochure fait mention d' une auberge à Gletsch, repris par la famille Seiler en 1857. Cette dernière fit remplacer l' auberge par l' hôtel Glacier du Rhône En 1882, Josef Seiler, propriétaire de l' hôtel de Gletsch depuis de nombreuses années, ouvre l' hôtel Belvédère édifié à un virage de la route du col de la Furka, non loin du glacier du Rhône Pho to s:

ar chi ve s R ol an d Fl üc kige r Pho to :Sc hr ey er out doo rpho tog ra ph y LES ALPES 12/2003

l' une des premières entreprises hôtelières de l' arc alpin. Une brochure publicitaire de 1837 mentionne fièrement « l' auberge récemment bâtie par Antoine Zeiter ». Pourtant cette modeste maison de pierres de deux étages, surmontée d' une toiture en bâtière, ne se distinguait guère des chalets d' alpage des alentours. En 1857, l' établissement est repris par le notaire Franz Seiler, frère d' Alexander Seiler, futur roi de l' hôtellerie zermattoise, qui avait peu auparavant acheté l' hôtel Monte Rosa de cette localité. Ce changement de propriétaire a relancé la construction hôtelière aux abords du glacier du Rhône. Le 22 juin 1858, en effet, le Conseil d' Etat du Valais donnait son accord au « plan de construction de l' hôtel à Gletsch ». Dans son édition de 1862, le guide Baedeker recommandait « un nouvel hôtel à Gletsch, tenu par les frères Seiler, en remplacement de l' an auberge ». Dans les années 1860, la construction d' une route accessible aux diligences, permettant de relier Brigue à Andermatt par la Furka, a augmenté le nombre des nuitées dans des proportions jusqu' alors inconnues. L' hôtel de Gletsch est ainsi devenu un important relais de poste entre ces deux localités.

Le règne de Josef Seiler sur le glacier du Rhône En 1882, Josef Seiler, déjà propriétaire de l' hôtel de Gletsch depuis de nombreuses années, ouvrit à 2270 mètres d' altitude, soit cinq cents mètres plus haut, l' hôtel Belvédère, édifié à un virage de la route du col de la Furka, non loin du glacier du Rhône. L' année suivante, le guide Baedeker annonçait l' existence du « nouvel hôtel Belvédère, construit par Monsieur Seiler près du deuxième tournant de la route ». C' est ainsi que Seiler put héberger ses hôtes intéressés à une vue panoramique et à la découverte du glacier tout proche.

En 1895, date de l' inauguration de la route du Grimsel, Gletsch est devenu un nœud routier alpin de première importance, bénéficiant de liaisons avec Brigue, Andermatt et Meiringen. Josef Seiler a tiré profit de cette situation favorable en créant une entreprise de voitu-rage, comprenant jusqu' à cent cinquante chevaux et des écuries à Andermatt, Airolo, Meiringen et Brigue. Grâce à son esprit d' initiative, l' établissement hôtelier de Gletsch a vécu sa dernière grande rénovation: le bâtiment principal a été rehaussé d' un étage et une aile lui a été ajoutée qui abrite une grande salle de restaurant. A la même époque, Seiler a également agrandi la dépendance et aménagé un jardin d' agrément de belle apparence, de l' autre côté de la route. En 1907/08, il a finalement fait construire une chapelle anglicane, attribut très fréquent des grands hôtels de montagne de ce temps-là. Peu après le changement de siècle, l' hôtel Belvédère a également subi une transformation qui lui a conféré son aspect actuel et son toit à mansardes.

A la fin du XIX e siècle, le tourisme était en plein essor dans la région de la Furka. Une énorme construction cubique fut adjointe à l' hôtel Furkablick peu après le tournant du siècle L' hôtel Furkablick est évoqué pour la première fois en 1895 par Baedecker. Aujourd'hui, on ne sait pas ce qu' il deviendra: depuis l' été 2003, il est fermé L' Hôtel de la Furka, sur le col de la Furka, a été agrandi en 1867, peu après la construction de la route. Parmi les voyageurs célèbres qui y ont passé la nuit, mentionnons la reine Victoria de Grande-Bretagne. La Première Guerre mondiale marqua le déclin de l' hôtel. Il fut détruit en 1982 Pho to :Sc hr ey er out doo rpho tog ra ph y LES ALPES 12/2003

Gare Peu après le début du XX e siècle, des projets de lignes de chemin de fer ont été développés pour ouvrir cette région au tourisme, notamment celui d' un train allant de Meiringen à Gletsch, plan qui ne se réalisa jamais. A la suite de longues tractations, une voie ferrée reliant Brigue à Gletsch a été inaugurée en 1914, peu avant le début de la guerre. Après d' énormes difficultés financières, le prolongement de cette ligne jusqu' à Andermatt et Disentis a été achevé en juin 1926. De 1930 à 1981, l' Express des Glaciers a transformé la station de Gletsch en un célèbre relais hôtelier de haute montagne, aisément accessible. En outre, depuis l' été 1921, un trafic automobile postal alpin s' est mis en place sur les cols de la Furka et du Grimsel, Gletsch devenant du même coup un important arrêt de cars postaux.

Les hôtels du col de la Furka Selon la description du guide Baedeker, une « auberge de vingt lits environ » offrait, depuis 1852, un logement aux voyageurs fatigués traversant la Furka. C' était une maison de bois que son propriétaire, l' Uranais Franz Karl Müller, avait transportée de son village natal au sommet du col. Cet établissement répondait certainement à un besoin qu' en 1867, peu après la construction de la route, il s' appelait Hôtel de la Furka et comptait déjà cinquante lits. Une voyageuse de grand renom, la reine Victoria de Grande-Bretagne, y a logé quatre jours en été 1868; elle s' est également rendue à Gletsch par la même occasion. Transformé en un bâtiment de dimensions respectables comprenant plusieurs pignons, l' hôtel du col a subi une décadence continue pendant et après la Première Guerre mondiale. En fin de compte, cette bâtisse dégradée a

Vues panoramiques extraites d' une brochure publicitaire des hôtels de la Furka Ill ustr at ion :a rc hi ve s R ol an d Fl üc kige r LES ALPES 12/2003

été détruite en 1982 lors d' un exercice militaire. Il ne reste aujourd'hui, à l' em de l' ancien et fier Hôtel de la Furka, qu' une vaste surface aplanie, appréciée des automobilistes pour garer leur voiture.

L' hôtel Furkablick, construit directement au bord de la route, a connu un meilleur sort. En 1895, Baedeker le mentionne comme nouvel établissement. Peu après le passage au siècle suivant déjà, une énorme construction cubique percée de cinq rangées de fenêtres fut adjointe à sa façade est. Cet hôtel, qui a aussi passé par des péripéties économiques difficiles pendant et après les deux guerres mondiales, a traversé tout le XX e siècle sans dommages majeurs. En 1986, il est racheté par le galeriste neuchâtelois Marc Hostettler, puis rénové et modernisé par l' architecte hollandais Rem Kolhaas. Les années suivantes, dans le cadre du projet « FurkArt » d' Hostettler, de nombreuses œuvres d' art y ont vu le jour, inspirées par le paysage alpin du col de la Furka. Ce mouvement artistique s' est peu à peu essoufflé et l' élan de son initiateur refroidi. L' hôtel Furkablick est fermé depuis l' été 2003 et son avenir reste très incertain. a

Roland Flückiger-Seiler, Berne 1 ( trad. ) 1 Directeur du projet du Fonds national « Constructions hôtelières en Suisse de 1830 à 1920 », l' auteur de cet article a étudié l' histoire de l' hôtelle suisse durant le XIX e et le début du XX e siècle. En 2001 est paru aux éditions Hier + Jetzt, de Baden, le livre Hotelräume zwischen Gletschern und Palmen, contenant des textes sur l' histoire des hôtels et du tourisme, la vie hôtelière, les pionniers et les rois de l' hôtellerie, ainsi que sur les établissements hôteliers au bord des lacs Léman, de Thoune, de Brienz, des Quatre-Cantons, et en Valais. La même maison d' édition a publié, en 2003, un second volume, Hotelpaläste zwischen Traum und Wirklichkeit, traitant de l' architecture des hôtels de la Belle Epoque, des architectes hôteliers, des plans des hôtels et de leurs installations techniques, ainsi que des établissements des régions suivantes: Grisons, Tessin et lac de Constance.

De 1930 à 1981, l' Express des Glaciers a transformé la station de Gletsch en un célèbre relais hôtelier de haute montagne, aisément accessible. Depuis l' ouver du tunnel de la Furka, les amis des chemins de fer se sont engagés pour que l' Express des Glaciers soit de nouveau en service durant l' été Photo: Schreyer outdoorphotography LES ALPES 12/2003

Histoire, culture et littérature alpines

Storia, cultura, letteratura alpina

Alpine Geschichte, Kultur, Erzählungen

Feedback