Les nouvelles voies d'accès aux cabanes. A l'écart des glaciers

A l' écart des glaciers

Les nouvelles voies d' accès aux cabanes

De plus en plus de sentiers de cabanes dans les hautes Alpes subissent les conséquences du recul des glaciers. Pour l' accès à la cabane CAS d' Oberaletsch, des mesures ont déjà été prises; ailleurs, on cherche encore des solutions.

Fin mai 2005. Coup d' œil sur un chantier hors du commun. A 2650 m d' alti, on travaille dur sans se laisser distraire par le paysage. Suspendus à des cordes, le chef artificier Simon Krucker et l' équipe de « Suro », entreprise spécialisée dans le travail sur rocher, percent un pan de roche vertical, y insèrent des cartouches de Gamsit et dégagent ainsi ce qu' on appelle un profil en sac à dos. Plus loin, le maçon Adrian Ruppen déplace de lourdes plaques de rocher à l' aide d' un levier, les réduit à la taille voulue pour en faire un chemin solide et élégant qui soit en harmonie avec le pierrier environnant. Peter Schwitter, guide, chef des secours et du service d' avalanches de la région, spécialiste de la sécurité sur le chantier et gardien de la cabane d' Oberaletsch, définit le tracé exact. Il surveille les travaux pour s' assu que, comme prévu, la nouvelle voie d' accès puisse accueillir randonneurs et alpinistes dès début juillet.

Un problème récent

Depuis le chantier, on a une vue plongeante sur le glacier. Sur la glace parsemée de gros blocs de rocher, on distingue des petits points: le guide Peter Stucky et ses collègues récupèrent les perches qui marquaient l' ancien accès à la cabane. Après plus de 100 ans, ce passage par le glacier va être abandonné pour le nouveau sentier en cours de construction. C' est en 1890 que la première cabane, de 14 places, fut construite à l' intersection des glaciers d' Oberaletsch et de Beich. De vieilles photographies prouvent qu' elle ne se trouvait qu' à quelques mètres au-dessus du glacier et qu' on l' attei facilement depuis ce dernier. Mais depuis lors, le niveau du glacier s' est tellement abaissé que la cabane se trouve Photos: Marco Volken Un passage exposé sur des échelles pour aller du glacier à la cabane. Comme le glacier est de moins en moins épais, les échelles se rallongent d' année en année Autrefois il fallait descendre sur le glacier en passant par une moraine glissante pour monter à la cabane d' Oberaletsch Repr oduit av ec l' autorisation de swisstopo ( BA 057 156 ) Extrait: CN 1:50 000 Jungfrau, feuille 264, 640–645/138–143 ancien sentier ( ne plus l' emprunter ) nouvel accès à la cabane sentiers existants échelles cabane CAS d' Oberaletsch bivouac du Fusshorn moraine Belap Blatten sentier existant glacier d' A letsch Rieder alp nouv eau sentier panor amique ancien accès par

le glacier

sur un promontoire s' élevant loin au-dessus de la glace. Une situation élégante et panoramique, mais isolée. Pour atteindre la cabane, il fallait franchir de hautes dalles de granit vertical et lisse, équipées d' échelles et de cordes fixes. Comme le glacier s' abaissait en moyenne de 10 mètres par an, Peter Schwitter devait rallonger les échelles d' année en année – pendant la canicule de 2003, il dut les prolonger de 16 mètres. Bien des visiteurs potentiels tournaient les talons, effrayés par la perspective de cette ascension exposée.

Un nouveau tracé

Mais le plus gros problème se situe plus bas, à l' endroit où, en venant de Belalp, on prend pied sur le glacier. Dans le guide CAS de 1948, on lisait que la transition se faisait sans perdre de l' altitude. Mais ici aussi, la glace s' est retirée, si bien que pour l' atteindre, on doit descendre par une moraine instable faite de sable, de caillasse et de gros blocs de rocher. Malgré des travaux d' entretien réguliers, on ne peut plus assurer la sécurité des randonneurs. Le nombre de visiteurs et de nuitées a beaucoup diminué au cours des dernières années alors que la cabane se trouve dans une région particulièrement spectaculaire de la zone Jungfrau-Aletsch-Bietschhorn, inscrite au Patrimoine naturel mondial de l' UNESCO. Le gardien, Peter Schwitter, a donc pris l' initiative et développé avec la section Chasseral du CAS un projet pour une nouvelle voie d' accès, qui ne passerait plus du tout par le glacier. Il s' agissait de construire un nouveau sentier bien assuré sur le versant sud-ouest des Fusshörner.

Un long processus

Entre les premiers plans, conçus fin 2001, et l' inauguration, près de quatre ans ont passé. Les phases de projet et d' autorisa ont pris beaucoup de temps. Le processus impliquait la section Chasseral, propriétaire de la cabane, ainsi que les commissions des Cabanes et de l' Envi du CAS, mais aussi la municipalité de Naters, la bourgeoisie de Naters, propriétaire du terrain, l' Associa valaisanne de la randonnée pédestre Valrando, des organismes liés au tourisme, la surveillance de la faune et les associations Pro Natura et WWF Valais. Et comme la région fait partie des paysages d' importance nationale ( Inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels ), la Commission fédérale pour la protection de la nature et du paysage avait elle aussi voix au chapitre. Elle a cependant donné son accord sans grande hésitation, car sur environ 3 kilomètres de parcours, seuls 300 mètres nécessitaient des travaux d' envergure dans le rocher. Le reste du tracé ne touche pratiquement pas au paysage naturel.

Dans le cadre de ce projet, on a créé une communauté d' intérêts avec des représentants de toutes les parties concernées: l'« IG Wanderwegverlegung Belalp-Oberaletschhütte » 1. Cet organisme s' est avéré d' une grande utilité notamment lorsqu' il s' agissait du financement du projet 2.

Accessible aux familles

Après toutes ces heures passées en réunions, les gardiens, Peter Schwitter et Ariane Ritz, se réjouissent d' accueillir les nouveaux visiteurs. Depuis le nouveau sentier, on bénéficie en permanence d' une vue sur les sommets alpins entourant le Nesthorn et le glacier d' Ober. En outre, les randonneurs et les familles pourront eux aussi accéder à la cabane. Un sentier géologique sera bientôt mis en place. Pour les alpinistes, on a équipé ces derniers temps de nouvelles voies en plus de la voie normale de l' Aletschhorn: notamment au Torberg, La cabane d' Oberaletsch, construite en 1890 tout près du glacier, se trouve aujourd'hui loin au-dessus du fleuve de glace Simon Krucker, chef artificier, remplit les trous percés dans la roche avec des cartouches de Gamsit pour dégager un « profil en sac à dos » Construction d' un sentier à travers la moraine: Adrian Ruppen utilise un levier pour déplacer de lourdes plaques de rocher et taille les blocs pour leur donner la forme voulue Photos: Mar co Volken au Distelberg, sur les Fusshörner et l' éperon central du Nesthorn. Le passage aérien par les échelles ne disparaîtra pas. Au contraire, il s' allon d' année en année pour permettre d' atteindre la cabane en hiver, mais aussi pour accéder au glacier et aux grandes courses dans la cuvette de l' Ober.

Le CAS face au défi

Le recul des glaciers dans l' espace alpin, qui s' est accéléré ces dernières années, pose problème à d' autres cabanes de haute altitude. Près de la cabane de Trift/ BE, un pont suspendu long de 100 m permet depuis peu d' éviter le glacier – une solution spectaculaire qui, en plus de résoudre le problème, amène une nouvelle attraction à la région 3. Pour la Capanna del Forno/GR, on a conçu un projet pour un nouveau sentier. Des solutions sont en cours d' élaboration pour les cabanes du Mont Rose/VS et des Vignettes/VS. Il va falloir s' attaquer aussi aux voies d' accès hivernales, notamment pour la cabane Gauli/BE par le Obri Bächli-Licken ou la cabane des Dix/VS par le Pas de Chèvre. C' est pourquoi la commission des Cabanes a élaboré des directives pour que ces projets puissent êtres soutenus dans un cadre équitable en tenant compte des moyens limités à sa disposition. En principe, l' aide de l' Association centrale ne concerne que les voies d' accès aux cabanes; les sentiers menant aux sommets et les traversées d' une cabane à l' autre en sont exclus. Le CAS a du pain sur la planche, car comme le dit Peter Büchel, responsable de la construction cabanes à la commission des Cabanes: « Une cabane sans voie d' accès ne nous intéresse pas. Il faudrait à terme la transformer en bivouac. » a Marco Volken, Zurich ( trad. ) 1 La présidence était assurée par Remo Salzmann, conseiller communal responsable des sentiers de randonnée à Naters. 2 Pour réaliser ce projet, on avait prévu 4000 à 5000 heures de travail et un coût total de 400 000 francs. Initialement, l' armée s' était déclarée prête à assumer les deux tiers du travail, mais l' unité des troupes du génie qui devait s' en charger a été dissoute un an trop tôt. Finalement, une partie des dépenses a été couverte grâce à l' aide aux investissements dans les régions de montagne. La plus grande contribution individuelle, à hauteur de 100 000 francs, a été versée par la commune de Naters. Ont également participé au financement la Loterie Romande, la commune de St-Imier, siège de la section Chasseral, et de nombreux donateurs privés. La commission des Cabanes du CAS soutient le projet à hauteur de 50 000 francs, c.à-d. le plus haut montant autorisé en vertu du règlement interne. 3 Cf. Les Alpes 7/2005 Le gardien Peter Schwitter installe une chaîne pour l' assurage. C' est lui qui définit le tracé du nouveau sentier Sur le nouveau sentier panoramique qui monte à la cabane d' Oberaletsch. Vue sur le Nesthorn Un tronçon du nouveau sentier, pavé de rochers plats. Au- dessus, dans le brouillard, l' un des 13 sommets des Fusshörner

Feedback