Les paysages en terrasses en Suisse. Un héritage culturel à protéger

Les paysages en terrasses en Suisse

Les paysages en terrasses existent un peu partout dans le monde. Ils permettent de pallier les difficultés que les terrains en pente présentent à l' agriculture. En Suisse, divers projets ont été mis sur pied pour sauver les paysages en terrasses menacés de disparition.

Les cultures en terrasses des Andes et les rizières d' Asie sont des motifs que l'on retrouve souvent en photo. Cependant, peu de gens soupçonnent leur présence en Europe – en particulier dans les pays méditerranéens – ou même en Suisse. Qui connaît l' existence des cultures de céréales, des prairies, des vignes ou des châtaigneraies en terrasses en Basse- Engadine, en Valais, au Tessin ou au Bergell? Si leurs dimensions sont plus modestes que celles des pays plus lointains, elles n' en sont pas moins impressionnantes. Pendant des siècles, les hommes ont construit des escaliers de pierre, des systèmes d' irrigation, des murs de pierres sèches et autres édifices dans le but d' exploiter les terrains en pente. Il en est résulté une mosaïque de petites structures et de superficies utiles précieuses à la flore et à la faune. D' un point de vue économique, la création de terrasses est l' une des premières formes de défrichage qui a permis à l' homme de lutter contre l' érosion et le manque d' eau, mais aussi qui lui a facilité le travail.

Le paysage en terrasses de Ramosch

Situé à 1236 m d' altitude, le village de Ramosch, autrefois le grenier de la Basse-Engadine, se caractérise par des paysages en terrasses millénaires. Aujourd'hui, ces terrasses qui s' étendent à perte de vue tout autour du village et jusqu' à 1700 m d' altitude sont principalement utilisées comme prairies. Elles ont acquis une grande valeur historico-culturelle puisque leurs premières traces remontent à l' âge du bronze. La datation a été établie grâce à l' analyse du sol, du carbone et du pollen 1. Les premiers sédentaires ont peu à peu transformé les pâturages d' été en petits champs de céréales destinés à leur propre approvisionnement. Ce faisant, ils ont travaillé le sol et converti pour la première fois les surfaces de culture existantes en terrasses, en particulier les terrains situés à plus de 1500 m d' altitude. Elles n' étaient toutefois pas encore clairement démarquées par des talus et des murs de pierres sèches comme celles qui se trouvent aujourd'hui à proximité du village. Du Moyen-Age à la Seconde Guerre mondiale environ, ces terrasses ont été utilisées pour la culture de céréales, telles que l' orge et le seigle d' hiver. Depuis, l' agriculture a peu à peu disparu des terrasses. Aujourd'hui, elles sont tout au plus utilisées comme prés.

Uniformité du paysage ou prolifération forestière

Ces terrasses de grande valeur historico-culturelle comptent aujourd'hui parmi les formes de paysage les plus menacées d' Europe – une conséquence de l' intensi de l' exploitation. Les amendements prônés par la politique agraire ont conduit à un regroupement des parcelles et à la monotonie du paysage. En raison Une exploitation respectueuse de la nature aide à sauvegarder les paysages en terrasses, aujourd'hui menacés. Terrasses près de Salgesch/VS Photos: ar chiv es SL On trouve souvent dans ces paysages des structures marquantes comme des murs de pierres sèches. Salgesch/VS Dans le passé, on construisait des terrasses pour prévenir l' érosion des sols et économiser l' eau, mais aussi pour faciliter le travail des agriculteurs. Terrasses dans la vallée de la Maggia/TI 1 A. Raba, Historische und landschaftsökologische Aspekte einer inneralpinen Terrassenlandschaft am Beispiel Ramosch, 1996.

de l' accroissement de la mécanisation, les haies, les tas de pierres et les blocs erratiques disparaissent. Souvent, le caractère de ces régions se trouve modifié en raison de la construction de routes d' ac, de murs en béton ou de maisons de vacances. De plus, l' exploitation des terrasses au Tessin, en Basse-Engadine ou en Valais diminue et les forêts gagnent du terrain. La majorité de la population ignore souvent la destruction progressive de ces biens culturels.

Lutter contre la disparition des paysages en terrasses

Pour contrer cette disparition, divers projets d' encouragement et de financement ont été mis sur pied: travaux d' en par des bénévoles, réaménagement des terrasses en cultures d' herbes, de céréales biologiques ou en pâturages pour le petit bétail. En Valais, par exemple, la culture traditionnelle du seigle connaît un renouveau dans le village d' Erschmatt grâce à la Fondation suisse pour la protection et l' aménagement du paysage FP qui soutient, entre autres, la création d' un jardin d' espèces traditionnelles. L' objectif est de pouvoir, un jour, cultiver de nouvelles espèces plus résistantes en tirant profit de leur potentiel et de leur inépuisable diversité. Dans la vallée de la Maggia, les habitants recommencent à s' intéresser à leurs terrasses vitico-les. A Ramosch, des volontaires ont enlevé les arbustes, amélioré l' accès, taillé les haies et restauré ou érigé des murs de pierres sèches. Un pain biologique de Basse-Engadine a été lancé sur le marché pour promouvoir la culture des céréales.

Les petits ruisseaux font les grandes rivières

Les partenariats engendrés entre les autochtones et diverses institutions qui collaborent avec des bénévoles et des classes d' écoles sont prometteurs 2. La campagne Proterra 3 lancée en 2003 par la FP va dans le même sens. Ces actions de sensibilisation sont extrêmement bé-néfiques, autant pour les acteurs locaux et étrangers que pour la nature, le paysage et le tourisme. a Christine Neff, géographe, Fondation suisse pour la protection et l' aménagement du paysage FP ( trad. ) 2 Par exemple les Ateliers forêt de montagne ( Silviva ), la Fondation action en faveur de l' environnement FAFE 3 Elle comprend la création d' un répertoire, l' élaboration d' un concept pour l' entretien des paysages en terrasses en Suisse, l' encouragement de projets concrets tout comme un aspect relations publiques avec des conférences, des expositions, etc. Pour de plus amples renseignements: Fondation suisse pour la protection et l' aménagement du paysage FP, Schwarzenburgstrasse 11, 3007 Berne, tél. 031 377 00 77, courriel: info(at)sl-fp.ch, www.sl-fp.ch.

Photos: ar chiv es SL/C. Neff Sur les terrasses de Ramosch, on a trouvé des traces de cultures céréalières remontant à l' âge du bronze. Jusqu' après la Seconde Guerre mondiale, on y cultivait surtout de l' orge et du seigle d' hiver Aujourd'hui, les céréales, qu' on cultive à nouveau, sont utilisées par le boulanger de Ramosch pour fabriquer des pains biologiques spéciaux Dans le village de Ramosch/GR ( 1236 m ), en Basse-Engadine, des paysages en terrasses millénaires

Livres / Médias

Libri / Media

Bücher / Medien

Stéphane Maire

Feedback