Les plats végétariens fournissent tout ce dont un alpiniste a besoin

A propos du courrier de lecteur «Pourquoi ne pas passer aux menus végétariens dans les cabanes?» paru dans «Les Alpes» 3/2020

Oui, j’y pense souvent, et pas seulement pour des raisons de protection du climat et d’efficience énergétique, mais parce qu’il serait bien plus simple pour les gardiennes et gardiens de cabane de cuisiner la même chose pour tout le monde. Parce que les repas végétariens sont plus variés et plus sains, et surtout parce que toutes les légumineuses peuvent être conservées au sec pendant des années (sans frigo). Il existe tant de possibilités variées de currys et de potées à base de lentilles, de haricots et de pois chiches avec des légumes. Bien cuites et bien assaisonnées, les légumineuses sont tout à fait digestes et fournissent tout ce dont a besoin un alpiniste. Essayez par exemple de préparer une soupe à l’orge avec des haricots rouges plutôt que du lard! Et ceux qui ne veulent pas renoncer à la viande malgré l’apport sain en protéines pourraient y rajouter du lard ou de la viande en payant un supplément. Les possibilités d’être rassasié avec un repas végétarien sont nombreuses. Je transmets volontiers quelques suggestions aux cuisinières et cuisiniers intéressés.