Les sept miroirs du Mont-Blanc Du col des Montets au col d'Anterne

l existe dans les Alpes des paysages époustouflants. Bien cachés dans les massifs des Aiguilles Rouges et des Rochers des Fiz, les lacs alpins en font partie. Au programme de cette course, pas moins de sept lacs alpins bénéficiant pour les plus caractéristiques de panoramas superbes sur les sommets du massif du Mont-Blanc ou sur la falaise calcaire des Fiz.

En partant du col des Montets, le panorama qui se dévoile à nos yeux nous indique que le programme des prochains jours va combler nos espérances. Après une nuit d' orage où le tonnerre nous a donné l' impression que le ciel allait nous tomber sur la tête, les premiers rayons de soleil sèchent les rochers et arbres alentours. C' est d' un bon pied que nous parcourons les premiers lacets du sentier qui grimpe jusqu' au pied de l' Aiguillette d' Argentière. On fait route pendant la première heure dans un paysage de montagne presque riant. Ici de belles pelouses alpines d' un vert à faire pâlir d' envie un jardinier anglais et là un spectaculaire parterre de fleurs avec des lys bordant le chemin. Au niveau de l' Aiguillette, le décor change brusquement. L' itinéraire aborde une falaise que l'on gravit à l' aide d' échelles métalliques posées en pleine paroi, puis le chemin se rétrécit pour grimper de plus en plus raide dans un premier temps à l' alpage et aux lacs de Chéserys et par une dernière rampe bien éprouvante pour les jambes jusqu' au lac Blanc. Le but de cette étape est atteint au refuge du Lac Blanc, un joli petit chalet de bois au charme incontestable. Installés sur la terrasse, nous profitons de la pause pour admirer la vue sur le Mont-Blanc, avant d' entreprendre la longue et harassante descente ( presque 1300 mètres de dénivelé ) jusque dans la vallée de Chamonix où nous avons décidé de passer la nuit. 

A la deuxième étape du circuit, nous allons devoir monter d' abord au lac Cornu puis aux lacs Noirs en franchissant le col du Lac Cornu puis le col de la Glière, pour au retour passer le Brévent et descendre sur le refuge de Bellachat. Dès le site de Planpraz atteint, nous filons sur un sentier qui court à flanc de montagne en direction du col du Lac Cornu. Sur toute la longueur de ce tronçon, la perspective sur toute la chaîne du Mont-Blanc nous dévoile une foule de détails: le Mont-Blanc semble si proche que l'on peut même apercevoir à l' œil nu la longue trace d' ascension du toit de l' Europe depuis le refuge des Grands Mulets.

Arrivés au premier col, d' un côté nous dominons du regard le lac Cornu posé en contrebas et de l' autre nous avons l' Aiguille Verte et les Drus en version grand écran. Nous poursuivons l' ascension directement vers les lacs Noirs et notre itinéraire se faufile sur le versant ouest du massif des Aiguilles Rouges où la montagne devient plus tourmentée. Lors de cette traversée sous l' Aiguille Pourrie, nous progressons avec prudence au milieu d' un amas d' énormes blocs rocheux parfois instables et il nous faut redoubler d' attention pour ne pas perdre l' équilibre lors du passage d' un bloc à un autre.. " " .Vigilants à suivre un balisage discret ( cercles jaunes ), car le sentier se perd parfois dans cet austère paysage de rochers et d' éboulis avant de rejoindre le superbe site des lacs Noirs.

Au retour, le premier tronçon est consacré à la descente jusqu' à Planpraz. Puis, d' ici, la montée sur le sommet du Brévent ( 2524 m ), un belvédère incomparable sur l' ali d' aiguilles, de dômes et de pyramides qui constituent le versant savoyard du massif du Mont-Blanc, exige que l'on ne compte pas ses forces avant d' entamer, par un bref parcours sur le fil de l' arête, la descente jusqu' au refuge de Bellachat. En abordant le petit refuge posé là sur le flanc de la montagne, nous admirons ce spectaculaire panorama sur les énormes fleuves de glace qui descendent des pentes du Mont-Blanc.

Pour la troisième étape, le temps s' annonce au beau fixe. Réveillés de bonne heure, nous partons du refuge pour rejoindre le col du Brévent, point de passage obligatoire avant d' entamer la longue descente qui mène au Pont d' Arlevé. Après avoir admiré les montagnes qui nous entourent, c' est le long du torrent où tourbillonne une eau limpide que nous prenons une pause bien méritée. Nous sommes maintenant sur le territoire de la Réserve naturelle de Passy et le paysage, dans ce massif calcaire, semble s' adoucir avec des alpages où pâturent de nom-breuxmoutons. Après ces quelques heures de marche dans une nature intacte, nous parvenons au refuge de Moëde-Anterne, une cabane moderne construite sur un petit promontoire engazonné juste sous le col d' Anterne et qui offre un panorama étendu sur le versant tourmenté des Aiguilles Rouges et sur l' immense barrière de calcaire des Rochers des Fiz.

Pour notre dernier jour, impatients de découvrir les superbes sites d' Anterne et de Pormenaz, c' est à la lueur de nos frontales que nous commençons la courte ascension du col d' Anterne. Au passage du col, nous admirons le lever du soleil, puis, nous nous engageons dans la descente menant au lac d' Anterne dans un paysage préservé: pas de ligne haute-tension, de route pour 44 ou de barrage en béton. Aucune intervention humaine à signaler, rien si ce n' est la nature dans toute sa splendeur. Après avoir apprécié la beauté du lieu, c' est à nouveau le franchissement du col d' Anterne avant de découvrir une autre merveille, le lac de Pormenaz. Moins grand que le précédent, il est encaissé dans une cuvette de roches moutonnées, et c' est depuis sa rive sud que la perspective sur les Fiz est la plus saisissante!

Feedback