L’île-montagne La Corse vue du GR20

«Le GR20, c’est le sport national des Français!», lance un marcheur allemand à l’auteur alors qu’ils arpentent les chemins fréquentés du célèbre «GR». Avec ses 180 kilomètres de longueur et ses 11 000 mètres de dénivelé, généralement avalés en 16 étapes entre mi-mai et mi-octobre par quelque 25 000 randonneurs chaque année, ce mythique sentier traversant l’île de Beauté est parfois présenté, non sans une exagération assez corse, comme le plus dur du monde… Pour l’alpiniste et écrivain Gilles Modica, c’est surtout l’un des plus beaux. Son ouvrage est une succession de chroniques bien troussées mêlant histoire, géographie, impressions et descriptions. La plupart donnent envie de lui emboîter le pas, un sac de 10 kilos sur le dos contenant notamment deux sacs de dattes et les Essais de Montaigne. C’est que marcher appelle à philosopher, surtout dans pareil cadre. Le GR20, ce sont aussi 14 «refuges-auberges-épiceries» jalonnant le parcours comme autant d’occasions de rencontres et de goûteux repas... Pour Modica, ce sentier est au randonneur ce que le Mont Blanc est à l’alpiniste: un incontournable, mais surtout une entrée en matière appelant quantité d’autres aventures. Son livre en témoigne joliment.

Auteur

Gilles Modica

Feedback