L’Unesco au Mont Blanc

Depuis sa première ascension, en 1786, le Mont Blanc est devenu le théâtre d’épopées humaines et sportives, et son massif, le «terrain de jeu de l’Europe» comme le nomme dans un livre célèbre l’alpiniste et écrivain anglais Leslie Stephen. Mais c’est à une autre épopée que nous convie Bernard Debarbieux, professeur à l’Université de Genève, spécialiste des imaginaires modernes de la montagne. Une épopée qui dure depuis 25 ans: celle de la patrimonialisation du massif du Mont Blanc. Une première phase s’est achevée récemment, puisque depuis décembre 2019, l’alpinisme fait partie du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Cette nomination ne s’est pas effectuée sans douleur et sans débat. Un débat qui se poursuit encore pour l’autre volet, puisque le massif du Mont Blanc attend toujours son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO. Inventaire des forces en présence, controverses sur la notion de patrimoine, enjeux culturels, économiques voire philosophiques, l’auteur dresse les points de frictions qui retardent la validation du dossier et fait l’inventaire des nombreux acteurs impliqués dans sa constitution. Un itinéraire de haute difficulté encore loin d’être achevé. Le Mont Blanc se laissera-t-il domestiquer?

Auteur

Bernard Debarbieux

Source

Edition Paulsen, 2020, ISBN 978235221-307, 25 francs

Feedback