Patrouille des glaciers 2000, un millésime record (La -). | Club Alpin Suisse CAS

Patrouille des glaciers 2000, un millésime record (La -).

Près de 2400 concurrents et trois gardes-frontières qui volent de Zermatt à Verbier en un peu plus de sept heures: la Patrouille des Glaciers 2000 aura été, le 6 mai dernier, celle de tous les records. Au-delà de la performance sportive et du succès populaire considérable, l' épreuve phare du ski-alpi-nisme suisse poursuit sa trajectoire sur une orbite qui lui est propre, loin de celles du CAS et de l' ISMC. Dommage!

Les dés sont jetés Les observateurs pensaient que la lutte pour la victoire serait très serrée cette année. Plusieurs équipes pointaient parmi les favorites. Les formations étrangères paraissaient plus fortes que jamais. Or, après une heure et demie de course, les dés étaient jetés. Emmanuel Buchs - désormais seul avec quatre victoires - Rico Elmer et Damien Farquet s' envolaient vers un nouveau succès et un nouveau record. Seule la première formation du Swiss team ( Rey - Masserey - Taramarcaz ) a maintenu le suspense qu' au lac de la Dixence. Après le lac, le trio a dû se résoudre à l' évidence: « Ils étaient imbattables .»

Chez les hommes, ce succès des gardes-frontières récompense les seuls professionnels de la course. Chez les dames, par contre, Sandra Zimmerli, Catherine Mabillard et Cristina Favre-Moretti ont puisé dans leurs dernières énergies pour sauver, de justesse, la couronne conquise en 1998. Quelques minutes seulement les séparent de Véronique Ançay, Christine Luyet et Nicole Gillioz.

Outre le record de 7 h 03 ' ." " .44 ( avec un parcours rallongé à Zermatt !), le niveau des performances a été remarquable. Chez les hommes, huit équipes sont à moins de huit heures et deux équipes féminines passent sous la barre des dix heures. A noter que les femmes, autre record, étaient quelque quatre cents au départ des différents parcours.

Le futur immédiat de la Patrouille des Glaciers est assuré, même si l' épreuve est un enfant de l' armée et que celle-ci va de réformes en réformes. Fin avril 2002, la PDG repartira. Est-ce rêver de souhaiter qu' elle entre dans le nouveau millénaire avec un règlement qui donne des chances égales à toutes les équipes, à l' image des autres épreuves suisses et internationales? Est-ce rêver, comme pour certaines courses italiennes, d' imaginer qu' il y ait -à défaut d' une seule - des catégories distinctes selon les skis ( alpins ou de patrouilles )?

Dans ce rêve, l' orbite de la PDG rejoint celles du CAS et de l' ISMC...

Feedback