Portrait d'une jeune grimpeuse aux élans migrateurs

Comment vit-on le fait d' être la fille d' un grimpeur célèbre? C' est la question que nous avons posée à Anouk Piola, qui tente de suivre la trace de son illustre père Michel. Née dans le milieu de la grimpe, sa passion pour cette activité n' est pourtant pas allée de soi au début. Rencontre

Anouk Piola, 19 ans, vit avec ses parents près de Genève. Les baies vitrées de la coquette maison familiale s' ouvrent au sud-ouest sur les promesses rocheuses du Salève, offrant un point de vue qui appelle à l' aventure. Communicative et décontractée, Anouk nous livre quelques-unes des étapes de sa jeune vie de grimpeuse, inscrite dans l' histoire d' une des familles helvétiques les plus actives en la matière. Il doit y avoir, en effet, tapi dans le patrimoine génétique de la famille Piola, un chromosome grimpant particulièrement actif. Nul n' est besoin de présenter son père Michel Piola, grand ouvreur et voyageur infatigable. Ce papa alpiniste et grimpeur, dont le nom est en particulier associé à nombre de grandes voies rocheuses incontournables des Alpes, de l' Atlas marocain ou de Madagascar, ne doit pas nous faire perdre de vue que chez les Piola, grimper est aussi une affaire féminine. Muriel, la mère, est également une grimpeuse aguerrie, qui a joué un grand rôle dans le parcours de compétitrice d' Anouk. Quant à Stéphanie, la demi-sœur d' Anouk, c' est l' une des grimpeuses de haut niveau les plus actives du pays.

Pourtant, à l' entendre, l' amour du caillou n' a pas toujours été au rendez-vous. « Au début, c' était pas mon truc, dit-elle, je préférais le cirque. » A l' âge de 4 ans, elle prend en effet des cours dans une compagnie genevoise et participe à diverses représentations publiques. La pratique précoce de disciplines comme le trapèze lui permet de développer des aptitudes gestuelles et physiques qui lui seront très certainement utiles par la suite.

Le déclic

Ses premiers contacts avec le monde vertical remontent à ses 9 ans. Elle suit alors les entraînements que sa mère donne aux jeunes espoirs genevois dans le cadre de l' association « Genèvescalade », créée par ses parents. Elle aime se retrouver en compagnie de jeunes de son âge, se pique Anouk Piola, concentrée, lors de la première compétition – qu' elle terminera quatrième – de la Coupe de Suisse 2008 Anouk avec son père sur le chemin de l' Envers des Aiguilles de Chamonix, sur la Mer-de-Glace Photo: Collection personnelle d' Anouk Piola Photo: David Schweizer au jeu de la grimpe sur résine, et commence à s' approprier la passion familiale. Puis les choses s' accélèrent: elle débute les compétions où elle rencontre de nombreux succès, tant à l' échelon national qu' international. Ce qu' elle apprécie particulièrement dans cette expérience, outre la compétition en elle-même, c' est l' ambiance propre au team. Les rapports tant avec les entraîneurs qu' entre jeunes grimpeurs sont stimulants. Elle passe avec cette équipe de nombreux « moments inoubliables », notamment durant les déplacements imposés par le calendrier chargé des compétitions internationales.

Sur les routes en famille

Michel Piola et sa femme ont beaucoup voyagé lorsqu' Anouk était plus jeune et ils emmenaient souvent leur fille avec eux. Et c' est notamment grâce à ses voyages en famille qu' Anouk va devenir accroc à la grimpe. A 11 ans, par exemple, elle passe des vacances inoubliables à Madagascar, où son père ouvre plusieurs secteurs de couennes sur des falaises calcaires proches de la mer. Elle y retournera à 14 et à 16 ans. Pour Anouk, les voies et les paysages sont magnifiques dans cette région mais elle ne garde pas que des bons souvenirs de cette époque: « Ce n' était pas toujours la joie d' accompagner mes parents et de les attendre en bas des falaises. Parfois, je m' ennuyais beaucoup. » Mais peu à peu, Anouk se prend au jeu. Lors de ces pérégrinations sur les rochers du globe, père et fille se mesurent de plus en plus sur des voies de même difficulté. Ils partagent considérations techniques et conseils tactiques pour venir à bout de plusieurs 8a.

Michel, en technicien expérimenté, a toujours une astuce de pieds à souffler à sa fille. Cette complicité avec son père ne pousse pourtant pas encore Anouk à s' avancer dans l' un des domaines de prédilection de Michel: l' ouverture de longues voies. « Mon père aimerait bien me faire partager sa passion, mais c' est un peu trop montagnard pour moi », dit- elle, en précisant qu' elle reste très impressionnée par la hauteur. Il faut dire que certains récits paternels ainsi que les Bloc en bord de mer sur les îles malgaches du nord En 1999, la petite Anouk était plus intéressée par le cirque que par l' escalade. La voilà en plein numéro de trapèze, à l' occasion d' une représentation Les incontournables d' Anouk Piola Ses premiers titres Anouk Piola a été sacrée championne suisse dans la catégorie « Vitesse » en 2002, 2003, 2004 et 2007. Elle a également obtenu ce titre dans la catégorie « Bloc » en 2004 et en « Diffi- cul té » la même année.

Son premier 8a En 2004, à Kalymnos avec Daniboy Son modèle Christina Schmid. « C' est une très bonne copine, j' aime beau- coup sa personnalité et elle représente pour moi la grimpeuse moderne. » L' aventure paternelle qui L' expédition internationale à l' Everest à laquelle Michel Piola a l' a le plus impressionnéeparticipé en 1982. L' un des membres de l' équipe a disparu sur le versant chinois.

moments d' inquiétude vécus aux côtés de Muriel, sa mère, en attendant ses retours d' expéditions n' ont pas toujours rassuré Anouk quant à la passion de son père.

Plus flemmarde que son père

Fière de son aventurier de père, elle se dit néanmoins « d' une génération un peu flemmarde ». Anouk est davantage intéressée par la difficulté et passe des heures à refaire les mêmes gestes. Sa pratique est proche de celle de sa sœur, Stéphanie. Elle a d' ailleurs accompli en sa compagnie un trip bloc à Hueco Tanks, au Texas, où elle a fait son premier 7b bloc, New religion.

Lorsqu' on la questionne sur ses rêves, Anouk se montre très pragmatique, et nous dit qu' en raison de ses études, elle renonce pour l' instant à être une « su-perchampionne ». Elle souhaite se concentrer sur sa formation à l' Ecole d' éducation physique et de sport à Genève, ce qui l' oblige à diminuer l' in de son entraînement. Elle espère ensuite enseigner et travailler dans le management du sport. Son intérêt pour l' enseignement s' est confirmé en donnant des cours à des enfants dans le cadre de Genèvescalade. C' est d' ailleurs de la même façon, dix ans auparavant, qu' elle avait elle-même pris goût à la grimpe. Quoi qu' il en soit, Anouk continue à tracer sa voie le regard rivé vers le sud. La liste, déjà bien étoffée, de ses balades en Lors d' un voyage à Madagascar, Anouk se fait un nouvel ami: un lémurien Photos: Collection personnelle d' Anouk Piola contrées lointaines risque donc de s' al au maximum... C' est le pire que l'on souhaite à cette jeune « roc-trotteuse » pleine de viea François Nicole

Histoire, culture et littérature alpines

Storia, cultura, letteratura alpina

Alpine Geschichte, Kultur, Erzählungen

Feedback