Qui a teinté le sommet de rose? | Club Alpin Suisse CAS

Qui a teinté le sommet de rose? Gross Mythen (1898 m)

La partie rougeâtre du sommet du Gross Mythen, qui se détache des parois de calcaire gris clair, se voit de loin. «Ilot» tectonique séparé du reste de la nappe par l’érosion, cette montagne nous donne une leçon sur la formation des nappes alpines.

Le Gross Mythen est la montagne la moins haute que nous présentions dans cette série. Mais c’est un fier sommet qui, flanqué de ses acolytes plus petits, le Klein Mythen et le Haggenspitz, tel un navire aux voiles gonflées par le vent, vogue sur le paysage vallonné de Schwyz. Même si son nom n’a rien à voir avec la notion de mythe, il est l’emblème de cette région empreinte de mythologie de la Suisse primitive.

Une klippe tectonique

Nous n’avons pas choisi au hasard l’image du voilier: le massif des Mythen est ce qu’on appelle une klippe tectonique dans le jargon géologique (en allemand, ce mot signifie écueil). Les Préalpes de Suisse centrale font partie de la «zone helvétique», composée de nappes de roches sédimentaires qui ont été plissées et empilées. Ces roches se sont déposées sur l’ancienne marge continentale européenne. Plus au sud, il y avait une autre mer, le bassin valaisan, puis un morceau de microcontinent, les contreforts du bloc ibérique. On dénomme cette zone le Pennique moyen. Des roches sédimentaires s’y sont aussi déposées. Lors de la formation des Alpes, elles ont été transportées sur la zone helvétique sur une centaine de kilomètres.

Et du fait du soulèvement de cet empilement de nappes qui s’est produit ensuite, la nappe pennique moyenne a subi une érosion presque complète dans les Alpes de Suisse centrale. Seuls des restes isolés, qu’on appelle les klippes tectoniques, ont été épargnés. Le Mythen est le plus connu parmi les klippes de Suisse centrale, aux côtés du Buochserhorn, du Stanserhorn et du Giswilerstock. Le massif des Mythen est donc une sorte d’îlot géologique.

Dans les Préalpes bernoises occidentales et vaudoises subsistent de vastes parties de la nappe pennique moyenne, appelée nappe des Préalpes.

Une coiffe rose

La série sédimentaire pennique moyenne est différente de celle de la zone helvétique. Comme dans cette dernière, d’énormes quantités de roches calcaires se sont déposées pendant le jurassique supérieur. Ce sont elles qui forment les parois claires du massif des Mythen. Mais ensuite, pendant le crétacé inférieur, la surface calcaire s’est comblée de sédiments et a subi une karstification. Ce n’est qu’au crétacé supérieur que la zone s’est de nouveau abaissée, laissant apparaître un bassin marin profond et calme.

Des sédiments argilocalcaires s’y sont déposés, ce qu’on appelle la marne. Ce sont ces roches qui constituent la partie rose du sommet du Gross Mythen. La coloration rougeâtre provient de la petite quantité de fer contenue dans minéraux argileux. En Suisse romande, par exemple sur le versant sud des Gastlosen, cette roche est appelée «couches rouges». Près de l’immense carrière de Roche, dans le Chablais, ces roches dites de Châble Rouge ont été extraites pendant longtemps.

La géologie des Alpes suisses

La géologie des Alpes est terriblement complexe, et la diversité des roches quasi infinie. Néanmoins, de nombreuses montagnes connues offrent des phénomènes géologiques faciles à reconnaître et à comprendre, même pour les novices en la matière. Jürg Meyer (www.rundumberge.ch), guide de montagne et célèbre géologue qui aime transmettre ses connaissances, nous en parle dans cette série.

Conseil pratique pour déterminer les roches→ Minéral rocheux n° 4: le mica

Les micas sont faciles à reconnaître. Ils forment des plaquettes brillantes, de taille minuscule à immense, qui peuvent être séparées et griffées avec la lame d’un couteau. On distingue le mica blanc (muscovite), aux reflets argentés, et le mica noir (biotite), de couleur noir-brun foncé. On les retrouve dans les granites, les gneiss et les schistes. Autrefois, on utilisait la muscovite pour fabriquer les vitres en cul-de-bouteille et les lanternes à bougie. Aujourd’hui, elle est utilisée pour les regards des fours et comme matériau d’isolation dans les installations électriques à courant fort. Dans l’Antiquité, on moulait le mica pour l’utiliser comme paillettes cosmétiques.

Feedback