Rencontre culturelle du CAS 2004. Un lien entre culture et alpinistes

Rencontre culturelle du CAS 2004

C' est la huitième fois déjà que les préposés à la culture des sections du CAS se sont retrouvés pour leur rencontre annuelle. Les points forts de la réunion ont été l' exposé de David Streiff, directeur de l' Office fédéral de la culture, la rencontre d' acteurs de la vie culturelle et d' alpinistes et la discussion de fond sur la culture au sein du CAS.

C' est, par tradition, la commission de la culture qui avait convoqué la rencontre tenue fin octobre 2004. Le Musée des beaux-arts de Thoune avait été choisi à dessein puisque s' y déroulera, du 10 juillet au 18 septembre prochains, l' exposi du CAS Tout en haut. La directrice du musée, Madeleine Schuppli, a présenté les grandes lignes de cette exposition à laquelle plus d' une douzaine d' artistes ont été conviés.

Des points communs

C' est l' exposé de David Streiff, directeur de l' Office fédéral de la culture, qui s' est trouvé au centre de la rencontre. Dans son analyse des points communs entre les alpinistes et les acteurs de la scène culturelle, Streiff a montré que la confrontation à la montagne tout comme la confrontation à la culture exigent de la sensibilité et de l' habileté manuelle. Les alpinistes, mais aussi les artistes, doivent s' exercer et s' atteler à ce qu' ils entendent faire avec la plus grande concentration – jusqu' à en avoir parfois des crampes parce qu' ils s' investissent totalement dans ce qu' ils entreprennent. lls ont également en commun le fait de créer, la recherche d' un cheminement, une capacité d' adap aux changements, un regard ouvert vers leur objectif. A cela s' ajoutent encore l' enthousiasme pour la beauté des paysages et l' étonnement devant la création. La culture et les montagnes procurent un sentiment de liberté physique et psychique. L' intérêt pour les montagnes amène également à se pencher sur les témoins du passé et, par ce biais, à les préserver et les maintenir dans la durée.

Des divergences

Alors que les alpinistes, en règle générale, peuvent savourer leurs exploits, certains artistes sont rarement satisfaits de leurs œuvres. Si la descente est, pour un alpiniste, une étape qui réclame de la rapidité et beaucoup d' attention, l' achèvement d' un projet peut être pour l' artiste un moment qui n' en finit pas, négatif et douloureux. Alors que la camaraderie est une composante importante de l' alpi, ce qui domine dans le domaine de l' art, c' est la lutte pour la survie et la carrière personnelle. Les alpinistes ressentent un amour pour leur patrie alors que les artistes s' expriment souvent de manière violente et critique à ce même propos.

Culture en Suisse

Selon David Streiff, la Suisse est une nation culturelle avec un complexe d' infé et qui, souvent, semble porter des La rencontre culturelle 2004 a eu lieu au musée des beaux-arts de Thoune, là où se tiendra la 23 e exposition du CAS. La directrice du musée Madeleine Schuppli au cours d' une visite guidée de l' exposition actuelle Werner Schildknecht ( à d. ) souhaite la bienvenue à David Streiff, directeur de l' Office fédéral de la culture, au nom de la commission de la culture du CAS Un des points d' orgue de la rencontre culturelle a été la conférence de David Streiff sur les similitudes et les différences entre les alpinistes et les artistes. Celle-ci a été suivie d' une discussion très animée Photos: Dieter Spinnler

Escalade libre / Compétition

Arrampicata libera e di competizione

Sport- und Wettkampfklettern

œillères. Tout comme le système politique fédéraliste, les petites localités ont pour la plupart une vie culturelle riche – ce qui peut d' ailleurs aussi présenter des inconvénients. Il y a en effet peu de performances exceptionnelles qui sortent largement du lot. Nous ne sommes pas, collectivement, fiers de la culture de notre pays, comme c' est souvent le cas ailleurs. Un autre problème que connaît la Suisse est celui des luttes pour la répartition des moyens financiers disponibles. Selon David Streiff, l' Etat devrait mener une politique culturelle sur le long terme, assurer les conditions-cadre mais aussi promouvoir la création, soutenir les jeunes artistes et rendre possible les expériences. La diversité est un objectif majeur de la politique culturelle.

Le CAS et la culture

On a constaté, au cours de la discussion qui a suivi l' exposé, qu' il y a diverses expressions de la culture qui se juxtaposent et qui remplissent des fonctions différentes. Au sein du Club alpin, la culture signifie notamment découvrir et comprendre ce que l'on rencontre lors d' acti en montagne. Cela veut aussi dire s' intéresser à l' histoire des montagnes, des lieux, de la roche ou encore de l' habi. Transmettre de la culture entraîne dès lors que l'on sache présenter ce qu' il faut au bon moment et au bon endroit et d' une manière qui capte l' attention et soit proche de la vie. Le délégué à la culture devrait pouvoir transmettre la conviction qu' il existe des choses intéressantes et que l' information est disponible, que les questions et les activités de découverte rendent plus aisé le chemin des connaissances. C' est ici que s' ouvre pour le CAS un vaste domaine dans lequel il peut tisser un réseau et faire circuler des informations. La culture au CAS doit également servir de contrepoids à l' individualisme et permettre à chacun de s' exprimer de manière critique sur les développements non conventionnels de la culture. Ces vues sont d' ailleurs exactement dans la ligne du concept retenu par le Conseil de l' Europe qui dit que la culture est tout ce qui permet à un individu de se situer face au monde, à la société et au patrimoine de son pays; c' est aussi tout ce qui conduit l' homme à mieux comprendre sa situation, à pouvoir la modifier et l' adapter aux circons-tances. a Urs Kneubühl, membre de la commission

Feedback