Tentes à deux plutôt que foire d’em poigne Camp de base temporaire au pied du Cervin

En raison de la rénovation de la Hörnlihütte, un camp de base provisoire de 25 tentes à deux verra le jour 400 mètres en dessous du chantier. Mais à partir de l’été suivant, il sera définitivement interdit de camper au pied du Cervin.

Cet été, de grands engins de chantier et des ouvriers casqués prédomineront sur les contreforts du Hörnligrat. En effet, jusqu’en 2015, les deux hébergements de montagne nécessitant une rénovation, la Hörnlihütte et l’hôtel Belvédère, seront transformés en une nouvelle cabane pour près de 8 millions de francs. Pour les alpinistes, cela signifie que l’utilisation de la Hörnlihütte comme point de départ pour l’ascension du Cervin sera impossible.

Les exploitants de la cabane ont cependant fait de la nécessité une vertu. Leur idée d’édifier un camp de base temporaire composé de 25 tentes à deux en aluminium, ainsi que de tentes réfectoire et séjour fait la une des médias internationaux. Le camp de base, dont le permis de construire n’avait pas encore été délivré au moment de mettre sous presse, constituera aussi un challenge pour le personnel de la cabane. «Mais nous sommes contents d’avoir trouvé une variante attractive à la cabane en dur», affirme Kurt Lauber, gardien et sauveteur en montagne de longue date. Ce camp, érigé à 2880 mètres, servira durant près de deux mois et demi. Une fois les tentes démontées et revendues, le terrain sera réhabilité et rendu à la montagne.

Préserver la montagne

Ce sera la dernière occasion de passer la nuit sous tente au pied du Cervin. Lorsque la nouvelle cabane ouvrira ses portes en 2015, le camping sera interdit. «Cela sera indispensable car la prise d’eau potable de la nouvelle cabane sera située en dessous de l’unique endroit pouvant accueillir un campement», explique Kurt Lauber. Dans la nouvelle cabane aussi, les choses auront changé. «Elle offrira moins de couchettes et sera plus confortable grâce à de plus petites chambres», promet le gardien. Sa conception n’est pas celle d’une cabane pour randonneurs, mais celle d’un hébergement pour alpinistes. Selon lui, moins de monde en cabane signifie également moins de bousculade et de stress sur la montagne. Cela se révèle un avantage aussi bien pour les conquérants des sommets que pour l’équipe de cabane et les sauveteurs.

Le sommet devient plus sélect

La cohue au Cervin devrait ainsi appartenir au passé, et le nombre d’interventions des secours devrait en conséquence diminuer. Kurt Lauber s’attend à ce qu’encore plus d’alpinistes se rabattent sur le refuge Solvay en été 2014 en raison de la fermeture de la Hörnlihütte. Cet hébergement d’urgence est situé à 3835 mètres et s’était déjà avéré plus que bondé durant l’été 2013. Et il y a de fortes chances que l’ascension du Cervin depuis Breuil-Cervinia par la Capanna Carrel et l’arête italienne soit plus fréquemment utilisée comme itinéraire de remplacement.

Le gardien Kurt Lauber pense cependant que peu de choses changeront en 2015 à la nouvelle Hörnlihütte. Le système de réservation demeurera inchangé. Les inscriptions continueront à être prises en compte par ordre d’arrivée. A l’avenir, il n’existera toutefois pas d’alternative lorsque la cabane sera complète. «Le matin, pour des raisons de sécurité, ceux qui connaissent l’itinéraire vers le sommet partiront les premiers. Cela a fait ses preuves au cours de la dernière décennie», explique ce sauveteur expérimenté.

Chantier exigeant

Ce chantier de haute altitude représente de grands défis pour les constructeurs. «Sur le Hörnligrat, nous nous trouvons à une altitude délicate, pas uniquement du point de vue climatique», explique l’architecte responsable Hans Zurniwen. Ce spécialiste de la construction zermattois a déjà assumé des responsabilités à la nouvelle Monte-Rosa-Hütte, où il a accumulé des expériences diverses. «A cette hauteur, tout est lié à des défis particuliers. Les précipitations, principalement sous forme de neige, les températures qui chutent aussi en été en dessous de 0° C, l’approvisionnement en énergie difficile et les transports de matériaux coûteux rendent les choses plus difficiles», explique l’architecte. Malgré tout, le calendrier a pu être respecté.

Toujours selon lui, la durabilité est l’élément-clé de ce projet. «L’installation s’autoapprovisionnera en énergie et en eau. Ainsi, les vols d’approvisionnement par hélicoptère pourront être réduits au minimum», conclut Hans Zurniwen.

Projet Hörnlihütte 2015

www.hörnlihütte2015.ch

Deux en une

En vue de la rénovation, la Hörnlihütte construite en 1865 et l’hôtel Belvédère ont déjà été transférés dans la Fondation Hörnlihütte 2015. La section Monte Rosa du CAS avait cédé la Hörnlihütte aux Zermattois en 2012 déjà.

Les travaux de construction ont débuté en juin 2013. La construction de remplacement de l’ancien bâtiment du CAS sera adossée au côté gauche de l’hôtel Belvédère, construit en 1911. Dès 2015, les deux bâtisses formeront une seule entité, dont l’exploitation se poursuivra sous le nom de «Hörnlihütte».

Feedback