Un bourreau de travail en quête de perfection

Stefan Forster (34 ans) aime les environnements sauvages, extrêmes, ainsi que les changements de météo. Il s’impose parfois beaucoup de travail pour réaliser une seule image. Ce photographe de la nature, qui a grandi à Uzwil, dans le canton de Saint-Gall, se rend plusieurs fois par année au Groenland, en Islande, en Patagonie ou encore en Norvège. «La météo y est rude et il n’y a souvent personne, ce qui constitue une base parfaite pour mon travail.» Lors de ses voyages, il guette des moments uniques, à l’image du soleil qui perce les nuages, embrasant le ciel après une journée de pluie et de tempête. «Je faisais partie du CAS quand j’étais enfant, mais je ne suis pas un bon grimpeur, je suis plutôt un voyageur et un mulet», déclare-t-il. En effet, sa passion le pousse à transporter souvent plus de 30 kg de matériel sur une montagne et à dormir dans les endroits les plus reculés. Depuis 2014, il utilise aussi des drones pour obtenir des perspectives encore jamais vues. Avec succès, puisque ses vidéos sur les paysages de glace du Groenland ont été vues plus de 10 millions de fois sur des plateformes Internet comme YouTube. Depuis 2008, il dirige à Wil, avec son épouse, un centre de formation consacré à la photographie numérique et aux voyages photo. Son conseil pour réaliser une belle image? «Mets le réveil à 3 h du matin et rends-toi dans un endroit magnifique. Sois-y au moins une heure avant le lever du soleil pour assister à l’heure bleue et pouvoir l’immortaliser.» Etre debout pendant que les autres dorment encore constitue selon lui la clé pour de bonnes photos.

Feedback