Un métier de rêve ? Non: une belle réalité à vivre Les gardiens de cabanes CAS retournent à l’école

C' est un métier avec des tâches innombrables et une lourde responsabilité comparable à celle du capitaine d' un navire de haute mer. Si l'on travaille dans l' accueil et que l'on veut suivre une formation de gardien de cabane, ce sera une belle plus-value.

En 2009, on a compté quelque 360 000 nuitées dans les 153 cabanes CAS. Chaque client sait exactement ce qu' il attend de son hôte, comme il ressort d' une enquête menée à la Hollandiahütte: une bonne nourriture, un accueil amical, un service disponible presque 24 heures sur 24, des compétences techniques, une intuition d' alpiniste et une connaissance de la météo. Ce n' est pas rien, mais Katrin Müller, la nouvelle tenancière de cette cabane qui domine la Lötschenlücke, tient à compléter la liste: il faut aussi de l' empathie et de la psychologie.. " " .Venue à l' âge de 38 ans de Biberist, où elle était boulangère, elle déclare qu' il ne suffit pas de simuler le plaisir de l' accueil s' il n' est pas ressenti. Et si l'on n' est pas d' une égalité d' humeur à toute épreuve, on se prépare à de cruelles déconvenues. L' illusion d' une image romantique du métier Bruno Lüthi, responsable du marketing des Cabanes au CAS, sait bien que le métier de gardien(ne)est glorifié et idéalisé: si les participants aux cours apportent de leurs divers parcours professionnels des connaissances et savoir-faire appréciés, on a pu constater lors des deux premières sessions qu' ils ne réalisaient pas tous la portée et la charge de la responsabilité d' une cabane. Pour renforcer le sens des réalités chez les candidats à la formation et leur éviter de futures déceptions, on exige d' eux un stage pratique à suivre si possible avant le début du cours. Les intéressés ont ainsi la possibilité d' accumuler des expériences enrichissantes et de connaître l' envers du décor. Cette partie pratique est un élément précieux et nécessaire de cette nouvelle formation. Assurer la qualité En lançant il y a deux ans une unité de formation en emploi à l' intention des futurs gardiens de cabane, le CAS a posé les bases d' une réjouissante évolution. Actuellement, la mise au concours d' une place de gardien de cabane ne comporte pas encore l' exigence d' avoir suivi le cours. Bruno Lüthi le souhaite pourtant, même s' il ne tient pas à imposer trop de réglementations aux sections, qui sont propriétaires des cabanes et partenaires de l' Association centrale. A l' avenir, les postes de gardiens de cabane ne seront plus attribués qu' à des personnes formées en conséquence ou à celles qui s' engageront à suivre la formation. Ce n' est qu' une question de temps. Il est incontestable que la nouvelle formation améliore sensiblement la garantie de qualité des divers services offerts dans les cabanes CAS. 360 000 nuitées et plus d' un demi-million de passages, c' est un travail énorme, et c' est aussi un défi de maintien de la qualité. La formation en emploi est structurée en cinq modules de trois jours. Elle concerne tous les domaines importants pour un hôte: économie d' entreprise, conduite du personnel, administration, marketing et droit. S' y ajoutent les techniques d' entretien du bâtiment, des connaissances météorologiques et médicales, ainsi que la gestion du personnel dans des conditions difficiles. Les responsables de la formation insistent sur la référence à des situations pratiques, importante dans tous les domaines enseignés. Un des modules se déroule dans une cabane CAS. Ainsi, les participants au cours 2011, qui commence à la mi-mars et se termine à la mi- octobre, auront une représentation claire des exigences du métier. Formation de gardien de cabane: une situation particulière en Valais Si l'on souhaite prendre la gestion d' une cabane dans le canton du Valais, la législation en cours impose de bénéficier d' une formation reconnue ou d' une expérience dans les métiers de l' accueil, ou alors de réussir l' examen cantonal de capacité. Le cours de gardien de cabane en langue allemande ne recouvre que partiellement la matière de cet examen et n' est pas reconnu par le canton comme cours préparatoire à l' examen. C' est pourquoi le CAS et l' association Cabanes suisses, organisateurs du cours, ont renoncé à le proposer en langue française. En Valais, des modules spécifiques sont proposés dans le cadre de la plateforme de formation continue ritzyinfo.ch, dont les cours sont accessibles gratuitement aux gardiens de cabanes et à leurs employés.

Feedback