Un pas sur ce rocailleux chemin

Le soutien apporté à l’initiative pour les glaciers par l’Association centrale du CAS est un pas important sur «le rocailleux chemin des sports de montagne respectueux du climat». C’est ainsi que s’intitulait mon premier éditorial («Les Alpes» 6/2012), où je montrais comment nous autres amateurs de sports de montagne contribuons au réchauffement climatique par nos activités. En soutenant l’initiative (voir p. 25), le CAS approuve l’objectif de réduire à zéro les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050, conformément à la Convention de Paris. Nos sections et les domaines de l’association sont si différents qu’il faut s’attendre à des mises en œuvre très variées.

Pour atteindre l’objectif fixé d’ici à 2050, des mesures concrètes seront nécessaires. Faisons-le avec pondération et démocratiquement, comme cela se fait traditionnellement au CAS, sans s’adresser mutuellement des reproches. Les décisions réfléchies et intelligentes, comme nous en prenons en montagne, sont aussi indiquées en ce qui concerne les changements de comportement pour mieux protéger le climat. Les bonnes décisions diffèrent selon la course et le domicile de chacun. Peut-être devrons-nous préférer des courses sur plusieurs jours, des traversées entre plusieurs sommetsou des courses dans notre région accessibles en transports publics. Il nous faudra certainement aussi revoir nos exigences en matière de confort et de consommation lors de nos nuitées en cabane. Chacun peut facilement trouver des possibilités à son niveau.

Si l’initiative pour les glaciers est acceptée, nos représentants politiques négocieront les conditions-cadres. En tant que citoyens, nous aurons toutefois notre mot à dire. Le CAS aidera les amateurs de sports de montagne à pratiquer leur passion en respectant l’environnement. Contribuons, en tant qu’individus, sections et Association centrale, à la sauvegarde de notre paysage de montagne unique!

Feedback