Une édition riche en émotions. Festival du film des Diablerets

Une édition riche en émotions

Après une semaine de projections et de rencontres, le Festival du film des Diablerets s' est achevé le 16 août par la traditionnelle raclette des guides. Son directeur, Jean-Philippe Rapp, avait de quoi arborer un large sourire: cette édition 2008, marquée par plusieurs innovations, a été un véritable succès. Deux soirées faisant salle comble, des films gratuits en journée, des après-midi riches en échanges et en émotions, un programme dense, et plus de 5000 visiteurs

Les plus pessimistes imputeront cet engouement au temps maussade, véritable invitation à se rendre à la Maison des Congrès en pleine saison d' été. Les plus optimistes y verront le résultat d' un renouveau pour ce festival, fringant qua-dragénaire ( 40 ans l' été prochain ) soutenu par une vingtaine d' infatigables bénévoles. De la technique à la billetterie, de la librairie au bar, l' équipe, authenti- Les lauréats présents à la re mise des prix ( de haut en bas ): Loris Falquet, Jean-Yves Michellod, Nicolas Falquet, Erik Lapied et Sam Beaugey.

que âme du Fifad, œuvre avec bienveillance et efficacité. Sous la tente de la cantine et dans son enceinte émanent bien plus que les odeurs conviviales de fondue, mais un esprit.

A vous la moitié de la gloire

Placée sous le sceau de l' Himalaya et du dépassement de soi, cette édition a connu quelques points forts. Le prix du mérite alpin a été remis à un Jean-Jacques Asper remarquable d' humilité et de santé. Son mémorable franchissement de l' immense crevasse de l' Ice Fall sur les flancs sud de l' Everest en 1952 a fait vibrer une salle admirative. Ce clin d' œil historique était également relayé par une remarquable exposition de documents d' époque avec, entre coupures de presse et traces de yéti, le magnifique hommage de Sir Hillary: « A vous revient la moitié de la gloire. » La pureté de cet exploit et l' état d' esprit lumineux de ces pionniers rappellent que les aventuriers de 2008 ont eu de prestigieux prédécesseurs et n' ont souvent… rien inventé!

D' autres beaux moments ont jalonné la semaine: la présence rayonnante de Nicole Niquille a également déplacé les foules. Le rendez-vous du jeudi réunissant plusieurs sportifs amputés ( dont Frank Bruno, président de l' association Bout de Vie, et Dominique Benassi, huit fois champion du monde de triathlon handisport ) a débouché sur une table ronde chargée d' énergie positive renvoyant chacun à quelques questions existentielles.

Films en compétition

Si les projections libres de 15 h 30 et les rencontres de 17 h 00 rythment les journées, le cœur du festival bat néanmoins autour des soirées et des films en compétition dans leurs différentes catégories ( montagne, environnement, exploits/ aventure, sports extrêmes/free- ride ). Le jury a été séduit par la qualité de cette cuvée marquée par des films truffés d' humour et d' émotions. On signalera le très beau reportage Sibéria de Philippe Sauve, coup de cœur du jury: 3800 kilomètres en canoë le long de la Lena nous mettent en présence d' un réalisateur authentique; sans effet, avec un minimum de moyens, il nous livre ses peurs, ses hésitations et la fascination qu' exerce peu à peu sur lui cette Sibérie traversée au rythme de la pagaie.

Le public a longuement applaudi le film des frères Falquet, JYM, skieur libre, qui a obtenu le prix de sa catégorie mais aussi le Prix des jeunes de la Fondation Photos: Fabrice Wagner

La posta dei lettori

Leserbriefe

Courrier des lecteurs

Feedback