Une maturité sexuelle trois fois plus précoce l’hermine

Saviez-vous que la première et parfois unique fécondation de l’hermine se passe souvent à son berceau, avant même son sevrage, et que papa est probablement le géniteur? Il serait préférable que non! De quelle mauvaise réputation souffrirait l’hermine si cela venait à se savoir!

On a célébré sa fourrure d’hiver, symbole de pureté morale, mais on a haï et pourchassé sa sanguinaire cruauté. Aujourd’hui, on apprécie ses jeux espiègles. Va-t-elle devenir l’incarnation de l’abjection morale contemporaine? Ces réputations fluctuantes sont-elles un révélateur des sociétés humaines, une projection de nos fonctionnements sur les animaux, à l’image des fables de La Fontaine? En tout état de cause, elles se nourrissent de certaines caractéristiques bien réelles de nos amies les bêtes.

L’hermine est un prédateur hyperspécialisé. Imaginez qu’elle a le diamètre de sa proie principale, le campagnol! Cela lui permet de suivre ce tunnelier dans ses galeries. Mais il se trouve que celui-ci joue l’arlésienne, notamment en bouchant ses galeries pour se protéger du monstre! Imaginez que votre salade, à la vue de votre fourchette, saute hors de l’assiette et se cache sous la table! C’est le destin du prédateur... A peine aperçoit-il sa nourriture qu’elle disparaît déjà… La quête de nourriture est l’activité principale de notre hermine. Sa technique de chasse n’est pas l’affût, comme le chat, mais consiste en de longues errances. Elle «furette» et «fouine» pour combler son insatiable appétit: un campagnol matin, midi et soir. Notre prédateur est devenu tellement dépendant de ses proies que les fluctuations de celles-ci ont des répercussions directes sur ses effectifs, son domaine vital. Elles ont même probablement contraint l’espèce à d’étonnantes stratégies reproductives. D’un côté, on a un mâle polygame et, de l’autre, une femelle fécondée pour la première fois à l’âge de 3 semaines alors qu’elle n’est pas encore sevrée. Cette dernière connaît une interruption temporaire de grossesse de pratiquement une année avant de reprendre la gestation, qui ne dure que 28 jours. De ses huit tétines, elle allaite ses quatre à huit jeunes (parfois 18), leur apporte ensuite des proies, avant de leur enseigner la chasse. Une vie terriblement éreintante! Bien souvent elle meurt à 18 mois, alors que le dernier petit vient de prendre son indépendance. Allez savoir pourquoi!

Hermine

1 mois/18 mois

(sa maturité sexuelle correspond à 6 % de son espérance de vie)

Feedback