Vols touristiques en montagne en Suisse. Des guides critiques prennent la parole

tives sur l' énergie a compromis les chances d' une avancée positive dans ce domaine.

Que pouvons-nous faire à titre privé? L' influence individuelle sur la problématique du climat paraît si ténue, que l'on ne se sent guère concerné à titre personnel. Pourtant, en Suisse, la moitié des émissions proviennent des ménages privés ( cf. fig. 3 ). Que chaque individu adopte un comportement responsable jouerait donc un rôle certain. Comme premières mesures individuelles, citons une approche raisonnable des besoins en mobilité et une utilisation rationnelle de l' énergie dans les ménages. C' est dans ce sens que la future campagne de mobilité du CAS préconisera une réflexion sur les déplacements liés à la pratique de l' alpi touristiques en montagne en Suisse

Des guides critiques prennent la parole

Comme il reste encore à contrôler la délimitation des aires d' atterrissage en montagne avant la version définitive du « Plan sectoriel de l' infrastruc aéronautique » ( PSIA ), les débats autour des vols touristiques en montagne et, tout particulièrement, autour du ski héliporté se font de plus en plus fréquents. L' Association des guides Berne-Jura bernois prend la parole.

L' Association des guides Berne-Jura bernois ( BJb ) se montre critique à l' encontre des vols touristiques en montagne et, tout particulièrement, à l' encontre du ski héliporté. Le groupe de travail « Heli BJb » aspire à susciter un large débat autour des vols touristiques. La plupart des guides de montagne sont favorables à une diminution à long terme de ces vols et à une limitation des nouvelles formes d' offre en matière d' aventures héliportées. Les nuisances sonores en montagne provoquées par de trop rares bénéficiaires causent un préjudice déraisonnable en troublant la qualité du repos. Le calme et l' intégrité du monde alpin en hiver sont un bien précieux pour les guides et leurs clients. La BJb préconise les vols en montagne pour le secours en montagne, l' approvi des cabanes et pour autant qu' ils servent à des fins de constructions ou à toute autre fin utile. La BJb appuie pleinement la politique adoptée par le Comité central du CAS en décembre 1997 au sujet du ski héliporté 1 et soutient

les demandes qu' elle formule.

Pour la BJb: Andreas Leibundgut, guide, Spiez ( trad. ) 1 La position du Comité central du CAS est reproduite dans les Alpes 3/1999. On peut la consulter sur le site Internet du CAS, www.sac-cas.ch.

Les glaciers se retirent depuis de nombreuses années déjà. Leur décrue ultérieure aurait des conséquences durables sur le paysage, l' économie hydraulique et l' alpinisme. Ainsi, l' ascension des glaciers du Strahlhorn et de l' Allalin est de plus en plus difficile en été Bâtiments officiels et commerciaux 12% Industrie ( énergie ) 10% Industrie ( production ) 4% Agriculture 10 % Ordures 5 % Autres 6 % Trafic ( reste ) 10 % Voitures privées 19 % Ménages 24% Graphique 3 Origines des émissions de gaz à effet de serre en Suisse ( CO2, CH4, N2O ), 1996, pourcentage par groupe de provenance Photo: archives Jürg Meyer So ur ce :BU WA L(1998)

nisme ( plus de transports publics, moins de voitures privées ).

Les modifications du climat ont une origine aussi bien naturelle qu' humaine, mais l' influence de l' homme continuera de gagner en importance. En outre, l' évaluation des conséquences reste liée à de grandes incertitudes. Cependant, lorsque nous saurons avec précision ce qui se passera, il sera trop tard pour prendre des mesures préventives. a

Christian Plüss et Urs Neu 4 ( trad. ) 4 Christian Plüss, docteur en géophysique, secrétaire scientifique de l' « Organe consultatif sur les changements climatiques » ( OcCC ) de 1997 à 2000. Ce comité d' experts assiste les départements fédéraux de l' Intérieur ( DFI ) et de l' Environnement ( DETEC ) pour les questions relatives au climat et à ses modifications.

Urs Neu, docteur en géographie, conseiller scientifique de Proclim, forum sur le climat et les changements globaux de l' ASSN ( www.proclim.unibe.ch ).

mage pour ces places qui restent vides: plus on est de fous, plus on rit!

Mieux tirer parti des compétences! D' un côté, le manque de moniteurs compétents est l' épée de Damoclès qui menace constamment les organisateurs de camps suroccupés. De l' autre, les moniteurs J+S auraient parfois envie de s' insérer dans un camp « étranger ». Dommage, ici aussi, pour ces compétences qui restent inemployées!

Inscrire et chercher par Internet Vous voulez attirer l' attention sur une offre donnée? Vous cherchez un renseignement précis? Internet résout ces problèmes! Vous trouverez dès maintenant sur le site web du CAS une page où les sections pourront inscrire leur offre en matière de camps jeunesse et famille et indiquer les places vacantes, ouvertes aux participants « étrangers ». Le secrétariat administratif du CAS se limite à entrer les données et à publier les offres. Les intéressés s' adressent ensuite directement auprès des organisateurs. Les moniteurs en quête d' un « job » pourront, de leur côté, proposer leurs services, ce que ne manqueront pas de consulter les organisateurs de camps qui cherchent encore des moniteurs.

Comment cela fonctionne La nouvelle page se situe sous www.sac-cas.ch, rubrique Jeunesse. Elle se subdivise en trois parties: « il reste des places libres », « on cherche des moniteurs », « moniteurs cherchent camps ». Pour publier une annonce, il suffit de demander le formulaire ad hoc auprès de Fabienne Wütrich, tél. 031/370 18 18, e-mail fabiennewuetrich@sac-cas.ch.

Feedback