Yves Lambert sur les traces de son père. 1952: le col Sud de l’Everest

Yves Lambert sur les traces de son père

Le 15 mars 2002, à l' occasion du cinquantenaire de la tentative des Genevois, une nouvelle expédition suisse a pris le chemin de l' Everest. Le fils de Raymond Lambert, Yves, va tenter d' achever et de réaliser le rêve qui, un demi-siècle plus tôt, avait échappé à son père. Avant de partir, il nous a livré quelques impressions.

Dominique Roulin: Yves Lambert, peux-tu me présenter brièvement les membres de l' expédition 2002 qui t' accompagne?

Yves Lambert: Notre expédition est composée de six Sherpas, dont le célèbre Appa Sherpa qui a gravi onze fois l' Eve, Jean-Jacques Asper, membre de l' ex de 1952 qui nous accompagnera jusqu' à Namche Bazar, Tashi Tenzing, le petit-fils de Sherpa Tenzing, Stéphane Schaffter, le chef d' expédition et coréalisateur du film, Jean Troillet, chef technique, un médecin, un photographe et l' équipe du film.

Quelles sont tes motivations pour cette expédition?

Il s' agit surtout du film. Plus que du sommet lui-même, en fait. Du film en tant que commémoration de ce magnifique exploit: ils étaient les premiers à sortir de l' Ice Fall jusqu' à 8600 mètres, ce qui représente 90% de la voie actuelle. Je voudrais donc rendre hommage à une équipe ( et pas seulement à mon père ), ainsi qu' aux Sherpas qui ont tellement contribué aux succès des alpinistes en Himalaya en général, et plus particulièrement sur l' Everest.

Faire le sommet? Oui, bien sûr... mais surtout en essayant de me replonger, comme mon père, dans cette ambiance du Khumbu et des Sherpas. Recréer cette amitié avec des Sherpas comme Appa et Tashi Tenzing. Un lien bien réel s' était ainsi tissé entre Tenzing Norgay et mon père. Comme on le sait tous aussi, cette amitié ne s' est pas vue dans les autres expéditions, où le côté « sélection nationale », voire organisation militaire, primait sur le reste.

Quels sont tes sentiments concernant les environs de 8600 mètres, là où ton père et Tenzing se sont arrêtés?

LES ALPES 5/2002

Ça a l' air très aérien et très beau. Mon père me racontait qu' il n' arrivait plus à lire la montre. J' ai également en mémoire le bivouac Scott/Haston. Je crois surtout que ce sera très dur!

Quelle importance revêt pour toi le sommet en lui-même?

Le sommet reste le sommet, et plus encore à l' Everest! Et comme me disait mon père, si tu n' y as pas posé les fesses, tu ne l' as pas fait! L' Everest est un rêve pour beaucoup d' alpinistes et par conséquent pour moi aussi. J' essayerai d' y arriver, ne refusant pas l' oxygène, mais je ne serai pas non plus « porté » par deux Sherpas transportant un stock de bouteilles sur le dos. Est-ce que tu te sens mis sous pression et obligé de réussir?

J' essayerai le sommet pour moi surtout, mais aussi pour mon père, car je pense qu' au printemps 52, s' ils avaient eu de l' oxygène et non pas ces appareils de mineurs qui ne fonctionnaient pas, Tenzing et lui seraient probablement arrivés au sommet. Je ne veux cependant pas ressentir une quelconque pression à ce niveau. Je ferai personnellement le maximum, mais ce ne sera pas à n' im quel prix. Et je veux aussi en redescendre...

Et pourrais-tu me parler un peu plus en détail de ce projet de film?

C' est Stéphane Schaffter, guide de haute montagne, qui est à l' origine de ce projet et sera le coréalisateur du film, Sur les traces de mon père. Ce film poursuit plusieurs buts. D' une part il se veut commémoration de la belle entreprise que fut l' expédition de 1952 et de son esprit d' aventure. Ce film se veut aussi un hommage à l' amitié qui existait alors et qui continue d' exister entre les Genevois et les Sherpas. D' autre part, il s' agit de comparer, à travers les documents, le matériel et les souvenirs des anciens, la situation de 1952 avec les conditions et les connaissances actuelles. Le spectateur pourra revoir des images de l' époque, revivre les émotions d' alors, les confronter à celles d' aujourd et mesurer ainsi la distance parcourue. a

Dominique Roulin, Presinge Philippe Arvis ( médecin ) Guillaume Vallot ( photographe ) Stéphane Schaffter ( chef d' ex, caméraman d' altitude ) Jean Troillet ( chef technique ) Yves Lambert ( fils de Raymond Lambert ) to s: Coll.

AG EC -R ou lin Pho to :C oll.

AG EC -H of st ett er LES ALPES 5/2002

Guides

Guide

Bergführer

Feedback