Crépuscule à 4000 m

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

PAR E. STUDER-DE SIEBENTHAL, TEGNA ( TESSIn )

Au Grand Combin par Valsorey. Un dimanche de septembre sans nuage. La grimpée est laborieuse; trop de vieille fatigue et pas d' entraînement. Le jour approche de sa fin. Le soleil, immense fruit savoureux, touche à l' horizon. Lentement mes pas marquent la neige vierge et délicatement rose. Lentement le sommet s' abaisse.

Tout à coup, l' espace est devant moi. Mon saisissement est si grand que je ne puis que pousser un cri et tirer à moi la corde qui me relie à mon père.

L' espace? mais quel espace?... Au nord, à l' est, au sud, aussi loin que porte le regard, tout est noyé d' ombres. De cette mer au violet intense émergent d' indescriptibles géants dont la base semble infiniment profonde. Un enchevêtrement désordonné de formes tourmentées, d' à formidables, de crêtes, d' ondulations, de glaciers déroulant leur ruban. Seuls dans ce chaos, les plus farouches de nos sommets reçoivent une dernière lueur. Et le dernier rayon est rouge.Nos sommets flambent d' une ardente flamme.

Si puissante, si fascinante est cette vision que, hormis elle, plus rien n' existe. Il faut voir. Voir encore cette lune qui se lève à l' est, si loin, si démesurément grande et verdâtre qu' elle n' a plus rien de la placide lune d' argent. Voir encore le dernier rayon de la lumière, le rouge, quitter la terre.

Voir encore la lumière décomposée, immense arc-en-ciel, se former à l' orient dans le saphir sombre du ciel, s' élever lentement, monter au zénith et descendre vers l' occident, poursuivant l' embrasse qui se devine.

Un tel arc-en-ciel - première grandeur - dont les bases se perdent au nord et au sud est une extraordinaire merveille.

Une heure s' écoule en contemplation. Engourdis, gelés, ne pouvant parler, nos lèvres ont perdu leur mobilité, devant tout ce qu' il nous est donne de voir. Mais hélas! nous faisons encore partie de cette terre et nous ne pouvons passer la nuit au sommet du Grand Combin.

La lune a sa clarté normale à présent. Elle nous aidera à descendre cette peu commode face sud et rejoindre la cabane de Valsorey. Là-bas, près du refuge, se trouve une fontaine et la lune s' y mire. Promesse de sécurité, de repos. Jusque là une prudence extrême s' impose. Mais que c' est passionnant!

Il est 1 heure lorsque nous poussons la porte de la cabane.

Avons-nous fait un rêve enchanteur?

Feedback