Dolomites helvétiques: les Gastlosen

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Avec Y illustration. ParPar Fred de Diesbach.

Il y a dans les Préalpes fribourgeoises une région pittoresque et solitaire qui mériterait d' être mieux connue; des montagnes qui sont ignorées et qui devraient être célèbres, car elles sont nos Dolomites helvétiques.

Allez de Gruyère en Simmental, c'est-à-dire de la Suisse romande vers la Suisse alémannique, et empruntez le passage qui joint le village fribourgeois de Bellegarde ( ou Jaun ) à la localité bernoise de Boltigen. Il vous faut gravir le col du Bruch. Mais au col, arrêtez-vous un instant et jetez un coup d' oeil en arrière: dans l' air qui tremble au grand soleil de midi, scintillent les toits de bardeaux, l' herbe grasse et fleurie bourdonne d' insectes qui volent; du lointain vaporeux parviennent des sonnailles. Car si l' alpe est morte, l' alpe de glace et de rocher, la préalpe, elle, est habitée. Etant habitée, elle est humaine, elle est vivante, et taillée à la mesure de l' homme. Région bucolique, intermédiaire entre la plaine et la montagne, où paissent les troupeaux, qui produit de la crème, du beurre, du fromage, d' ailleurs justement réputé. Herbages, prairies grasses aux courbes douces, coupées parfois de ruisseaux clairs, de ces « Rios » pleins de truites...

Mais au-dessus de tout cela des roches sont debout dans la lumière, roches grises, argentées comme les toits de chalets, roches rosés dorées par le soleil, pentes rapides que des sapins prennent d' assaut et qui dévalent jusqu' aux herbages par quelques raides couloirs. Cette chaîne qui file vers le lointain, ce vaste éventail de rochers, ce sont les « Gastlosen ».

« Gastlosen », c'est-à-dire montagnes sans visiteurs, sans hôtes, solitaires, inaccessibles? Tel est encore leur nom, bien que celui-ci ne soit plus qu' un anachronisme. Il était exact autrefois, sans doute, à la fin du XVIIIe siècle, à l' époque romantique, où, faute d' un autre nom, on eût qualifié ces rochers d'«horribles », c'est-à-dire inspirant l' effroi. Mais au début du XXe siècle ces cimes inabordables ont été escaladées par de hardis grimpeurs et vaincues une à une. Même les plus escarpées n' ont pas résisté à la conquête de l' homme. Trois alpinistes bernois, MM. König, Gysi et Bühlmann, avaient fait six premières ascensions. Mais en 1903, il y avait 21 cimes vierges encore. La plupart ont été conquises entre 1903 et 1905, mais en 1913 il n' en restait plus une qui n' eût été gravie au moins une fois.

C' est un géologue fribourgeois, le professeur Raymond de Girard, qui fut leur Saussure et leur Whimper, avec Georges de Gottrau leur premier photographe et les guides Olivier Rime de Charmey, Albert Böschung et Edouard Buchs. Sans doute depuis lors, a-t-on fait mieux. Mais ce furent eux les pionniers et les initiateurs et les conquérants de la première heure. Les progrès qu' on a fait plus tard, c' est à eux qu' on les doit. Et si leur matériel paraît aujourd'hui archaïque ou leurs méthodes dépassées, leur mérite reste entier, bien que la technique alpine ait beaucoup évolué depuis lors.

De quoi se compose donc cette chaîne des Gastlosen, longue arête qui commence à la vallée de la Jogne, à l' extrême limite du canton de Fribourg pour aller se terminer en pays de Vaud, à la cluse des Siemes Picats? Elle forme la limite entre les deux cantons et républiques de Berne et de Fribourg. Point de bornes sur la crête, mais au pied du rocher, et au confluent de trois sources, sont gravées les initiales des deux pays, B. pour Berne, F. pour Fribourg, séparées par deux symboles: un cœur, une croix de St-André... * ).

Les « Gastlosen » séparent deux vallées: au sud le vallon d' Abländschen qui est bernois, au nord la vallée fribourgeoise du Stillwasserwald, au nom si poétique qu' il semble tiré d' un conte arabe: la forêt des eaux tranquilles... Tel est le décor et le cadre.

Décrivons maintenant la chaîne et ses méandres. Cette chaîne est formée de deux parties bien distinctes. D' une part des arêtes effilées formant une série continue, à peine fragmentée par quelques coupures. D' autre part, un massif plus haut, formé de quelques sommités plus élevées, plus massives et dans l' ensemble plus accessibles. Entre ces deux moitiés de la chaîne un col herbeux, le Wolfsort ou col du loup, qu' on appelle aussi le Pertet du Pré.

La première partie de la chaîne commence au nord-est par quelques dômes gazonnés qui dominent Bellegarde et qui se nomment Grattfluh, Chemigupf, Glatte Wand, Gastlosenspitze, après quoi les roches s' effilent en une première série de clochetons, les Marchzähne, puis une coupure: la Lücke. Ensuite quatre sommités: VEggturm, le Daumen ( Le Pouce ), la Katze ( Le Chat ), la Pyramide et un abaissement, le col d' Oberberg, perché dans le rocher, passage déjà malaisé et raide. Alors commencent les Sattelspitzen qui sont peut-être la partie la plus accidentée de la chaîne et la plus curieuse, par les formes que prend la roche, formes animales, formes humaines, formes d' objets variés qui suggèrent les noms qu' elles ont reçus. Parmi elles cette roche percée qu' on dirait découpée par l' épée d' un Roland comme un rocher légendaire, l' Öfen, la Pfadfluh, le Sparrengrat, la Rote Spitze et un petit col, le col de la Hangfluh qui sépare ces petites Sattelspitzen des grandes Sattelspitzen. Celles-ci sont plus massives: le Grossturm, 1e Lochgrat, 1a Rüdigenspitze, 1a Birrenfluh...

Après le col du Loup, la seconde partie de la chaîne. Ce ne sont plus des clochetons fantastiques, mais des dents: d' abord un sommet facile, gros amoncellement de pierres, la Wandfluh, puis YAmelier, la Dent de Ruth au nom biblique, la Dent de Savigny ou Vanil du Pralet, dent qui, au bout de son arête se relève en un dernier accident, le Doigt. Après elles les trois Pucelles ainsi nommées parce que cimes vierges, et la Corne Aubert qui domine le col du Pertet à Bovey, parce qu' il est accessible au bétail. Au-delà, il n' y aura plus qu' une cime déjà vaudoise, la Dent de Combettaz.

A l' arête principale, il faut ajouter ses flanquements, comme elle très effilés et qui sont comme les arcs-boutants de ses clochers gothiques. Au sud, le petit et le grand Grenadiers, obélisques abrupts qu' on a gravis avec des échelles, puis avec des pitons et le capucin de Ruth qui imite la pointe d' un froc et dont la pente verticale domine le vallon d' Abländschen. Il faudrait pouvoir décrire, dans le détail, les formes imprévues et souvent fabuleuses du rocher, ses accidents et ses caprices: dômes, clochers, arêtes effilées, aiguilles, surplombs qui défient la pesanteur, tours penchées sur le vide, massifs abrupts, parois lisses. Grandeur dans le pittoresque, variété, beauté sauvage des Gastlosen qui attendent leur peintre et qui offrent au montagnard un spectacle prodigieux. Au matin, frappées par l' aurore, à midi dans leur gloire, et le soir, reflétant l'«Alpenglühn », elles se colorent: chair ou brique, rose saumonné qui tourne au carmin, et ce carmin se fonce à mesure que l' ombre l' envahit. Le dernier témoignage du jour est un petit point de feu qui disparaît à son tour. Alors la nuit recouvre ces rochers pour quelques heures, car la lune se lève et les illumine à son tour...

Sans doute, ces sommités, dont aucune ne dépasse les 2300 mètres ne sauraient rivaliser avec les neiges éternelles. Il y aura toujours en Suisse des montagnes plus célèbres, des panoramas plus grandioses, ceux qu' escaladent des funiculaires, ceux qu' enlaidissent d' énormes hôtels, ceux qu' ont popularisés l' imagerie et la propagande.

Mais justement, les « Gastlosen » ont la poésie des montagnes intactes. Ce sont des lieux perdus, coupés du monde. D' où leur silence que rien ne trouble, si ce n' est une pierre qui roule, détachée par la course d' un chamois, ou le murmure de l' eau qui coule, parfois la courbe d' un aigle dans le ciel ou le chant du coq de bruyère, au printemps. Alpe fleurie, où la gentiane abonde, et l' orchis vanillé, ou même l' Edelweiss, sur ses crêtes inaccessibles...

Par contre, les Gastlosen sont la patrie de la varappe, « ce corps à corps avec le rocher, dans l' azur infini » dira Raymond de Girard. Et, nous l' avons vu, elles offrent des parties périlleuses et des traversées difficiles, autant que les plus hauts sommets.

A quoi comparer les Gastlosen? Aux Mythen de Schwytz, aux Churfirsten de Wallenstadt, aux sommets du Muotatal, aux dômes de l' Argentine, qui eux aussi séparent deux vallées, et qui ont leurs miroirs? A rien d' autre, car ces petites Dolomites ont leur charme qui est unique, et leur pittoresque qui ne ressemble à aucun autre. Chalets gris, argentés par la lumière et qui ont pris la couleur du rocher, eaux dormantes, grottes et parmi elles ce « Heidenloch » qu' on appelle aussi le « Trou des Païens ». Les Gastlosen sont en Gruyère, elles sont encore romandes, mais germaniques déjà par leur mystère et par leurs sortilèges.

Sans elles le visage de la Suisse ne serait point ce qu' il est. Il y manquerait quelque trait, sans aucun doute. Et il est bon qu' on s' en souvienne en ce 650e anniversaire de la Confédération suisse où nous fêtons la patrie et donc ses montagnes, car ce sont elles qui en font la splendeur. Aux Alpes, il nous faut ajouter les Préalpes, et parmi elles les montagnes du Pays romand, valaisannes, vaudoises, fribourgeoises enfin, avec leurs Dolomites, qui sont aussi les Dolomites helvétiques, les « Gastlosen ».

Feedback