Furka - Paradis de l'alpiniste

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Paradis de l' alpiniste

Heinz Bächli, Volketswil

II est certainement difficile de citer une autre région des Alpes où une superficie comparable offre une telle concentration de courses classiques, d' escalades dans tous les degrés de difficulté, et de courses à ski. Le massif de la Furka présente vraiment des possibilités capables de répondre à presque tous les vœux des diverses catégories d' alpinis: varappes de choix, escalades en parois verticales, ascensions sans problèmes, mais dans un paysage exceptionnel, trajets de style pour skieurs, traversées solitaires et grandioses. La chaîne nord ( bassin du Glacier du Rhône—Winterstock—Miieterlis-horn ), en particulier, possède des possibilités presque inépuisables. La chaîne sud ( Lucendro-Rotondo-Nufenen ) est intéressante pour les skieurs et surtout pour les courses et promenades de montagne aux altitudes moyennes, mais elle est moins riche pour l' alpinisme d' été. Il manque dans cette chaîne des courses de glace et de glacier de grande envergure, et, à part quelques exceptions, des varappes difficiles.

Le résumé des courses que nous présentons ci-dessous n' est pas complet, et de loin. Le choix se limite aux ascensions les plus intéressantes, dont la plupart se déroulent sur un rocher sûr; quelques-unes sont connues loin à la ronde pour leur splendide granit, qui n' est surpassé que par les ressauts monolithiques du Salbitschijen.

CARTES ET GUIDES L' ensemble de la région est représenté sur l' as Gotthard, feuille 5001 de la Carte natio- nale, à l' échelle 1:50000. La moitié nord figure sur la feuille 255, Sustenpass, au 1:50000, et la moitié sud sur la feuille 265, Nufenenpass, à la même échelle.

Au 1:25000, la feuille 1231, Urseren, couvre toute la partie nord, à l' exception de la rive occidentale du Glacier du Rhône. Cette partie manquante ( Gerstenhörner—Hintere Gelmerhörner— Tieralplistock ) se trouve sur la feuille adjacente 1230, Guttannen. Au sud du Col de la Furka, la feuille 1251 Val Bedretto devrait suffire, tant qu' on n' en cherche pas les sommets les plus occidentaux ( Mittaghorn-Blasenhorn ).

Le guide du CAS Urner Alpen West décrit toute la région presque complètement. Quelques escalades récentes, surtout de grande difficulté, n' y sont pas encore publiées. Il y manque notamment une description de toutes les varappes du bassin du Sidelengletscher, parfois courtes, mais exceptionnellement plaisantes. Le guide Valais V ( Simplon—Furka ), qui va sortir de presse, décrit en détail la chaîne Nufenen—Rotondo-Muttenhörner.

Un choix des plus belles courses à ski se trouve dans le guide des skieurs édité aussi par le CAS: Centralschweiz- TOPOGRAPHIE DE LA CHAÎNE NORD ( Bassin du Glacier du Rhône-Winterstock-Müeterlishorn ) Le chaînon Galenstock—Dammastock, qui débute au nord du Col de la Furka, étire son faîte du sud au nord. Les forteresses ébréchées des Furkahörner, du Sidelengrat et du Galengrat mènent au sommet le plus marquant de la région, le Galenstock, haut de 3583 mètres.

Plus au nord, au pivot formé par le Tiefenstock ( 3515 m ), le chaînon Gletschhorn—Winterstock se détache vers l' est. Il s' abaisse à l' Aelpergenlücke, continue par des sommets d' environ 3000 mètres, le Müeterlishorn et le Mittagstock, pour se terminer non loin d' Andermatt par les sommets moins hauts des Spitz Berge.

La chaîne principale culmine aux 3630 mètres du Dammastock, au nord du Tiefenstock. Le versant oriental de ce chaînon ( Winterberge ) tombe sur le Vallon de Göschenen en parois verticales et en étroits couloirs de glace, alors que son versant occidental s' abaisse en pentes douces vers les éten- dues neigeuses des glaciers du Rhône et du Trift. Au nord du Tiefenstock, le versant oriental des sommets ne fait plus à proprement parler partie de la région de la Furka. Il est expressément déconseillé aux alpinistes qui ne sont pas expérimentés d' essayer de descendre ce versant sur la Göscheneralp. La plupart des voies de ce versant sont exposées à de grands dangers objectifs ( chutes de corniches et de pierres ), et elles exigent autant de sécurité dans le pied que dans le choix de l' itiné.

Le Glacier du Rhône est bordé à l' ouest par un autre chaînon dont l' axe court du sud au nord, celui des Gerstenhörner, des Hintere Gelmerhörner et du Tieralplistock. Les courses des versants sud et est de ce faîte se font au départ de la Furka. Le versant ouest tombe sur le Grimsel en vallons encaissés.

Au sud-est du Galenstock se rattachent les sommets secondaires des Büelenhörner ( Grand Büelenhorn [3206,8 m], Petit Büelenhorn [2940 m] ), qui n' en sont pas moins intéressants pour l' alpinis.

Les montagnes du chaînon Galenstock—Dammastock sont fortement revêtues de glaciers; il en va de même pour le groupe Gletschhorn—Winterstock et pour les sommets de la rive occidentale du Glacier du Rhône, qui parfois n' émergent que de loo ou 200 mètres du névé.

Sur le flanc nord du chaînon Lochberg—Müeterlishorn, les arêtes ravinées s' élèvent entre des névés raides et de petites combes glaciaires. A part quelques névés, le versant sud est libre de neiges.

TOPOGRAPHIE DE LA CHAÎNE SUD ( Lucendro-Rotondo-Nufenen ) Ce territoire groupe les sommets entre les cols de la Furka, du Gothard et du Nufenen.

L' épine dorsale du massif est formée par le faîte qui va du Pizzo Lucendro, par le Pizzo Rotondo, au Pizzo Gallina, et qui borde au nord le Val Bedretto. Mais on accède aux sommets à l' ouest du Chüebodenhorn par le côté du Nufenen. Au sens strictement touristique, il faut, en revanche, rattacher à la région de la Furka le chaînon des Muttenhörner, qui s' avance vers le nord et que l'on gravit généralement de la Furka.

Diverses arêtes secondaires n' ont pas de sommets caractérisés, et sont d' un intérêt limité.

Compte tenu de l' altitude des montagnes ( 3000 m environ ), la glaciation est importante. Le recul général des glaciers se fait pourtant remarquer en bien des endroits de façon désagréable par l' importante des pentes de débris et de moraines.

ÉTAT DE L' EXPLORATION En tant que successeurs de troisième ou quatrième ligne de ceux qui ont connu la gloire alpine, nous ne pouvons que suivre leurs traces dans leurs ascensions audacieuses. Où reste-t-il une prise qu' une main n' ait pas encore touchée, que des douzaines de pieds n' aient pas encore utilisée? Et les aînés nous exhortent paternellement: « Assez varappe; il ne reste plus que des variantes, et des cliquetis de pitons... !» Et pourtant, il reste encore suffisamment de terrain neuf; pas énormément, peut-être, mais de belles escalades dans du rocher solide et exposé, au-dessus de glaciers éblouissants.

En hiver, une proportion considérable des voies a déjà été parcourue. Il reste pourtant beaucoup de parois, d' arêtes et de piliers. Les grandes traversées n' ont pas encore été faites en hiver. L' a nous fait signe...

REVUE DES SAISONS Deux facteurs marquent le caractère de haute montagne des parties supérieures de la région: D' abord les très importantes différences de niveau ( le Galenstock avec ses 3500 m domine Realp de 1600 m, le Dammastock et ses 3600 m sont 2000 m au-dessus de la Göscheneralp !), ensuite l' exposi aux fronts de mauvais temps venant du nord et du sud. Les tempêtes de haute altitude venant du nord-ouest font souvent tomber les températures de façon importante, même en plein été.

Dans des situations typiques de fœhn, il n' est pas rare que les sommets restent cachés des jours entiers dans un brouillard épais. D' autre part, la région est une frontière météorologique ( surtout entre le nord et le sud ), et il est par conséquent souvent possible d' utiliser pour des courses brèves des éclaircies tout à fait inattendues et en contraste avec les régions avoisinantes. Du fait de leur raideur et de leur exposition au sud, de nombreuses voies se libèrent rapidement de neige et d' humidi.

Le Col de la Furka est bloqué au printemps par d' importantes masses de neige. Avec la fonte et l' ouverture de la route, on peut visiter en mai et juin les terrains de ski du Glacier du Rhône et du Tiefengletscher. Plus tôt dans la saison, les points de départ sont fermés ( Belvédère et Furka ), ou atteignables seulement de Realp ( cabane Albert-Heim ). En mars et avril, et en plein hiver si les conditions de neige sont sûres, les sommets de la chaîne sud ( Lucendro—Rotondo—Nufenen ) offrent, en revanche, une série de très belles courses à ski.

La chaîne du nord ( chaînon Gletschhorn-Win-terstock-Lochberg-Müeterlishorn, et les Biielen-hörner ) présente des parois au soleil où l'on peut déjà grimper au printemps, en général en venant à ski jusqu' au pied des voies. Dès les environs de la mi-juin, on peut aussi visiter les plus hauts sommets à pied. Mais comme les arêtes faîtières de la région sont souvent fortement « cornichées » jusqu' à la mi-juillet, il faut tenir compte de ce danger, surtout dans les couloirs et les parois dominées par des corniches.

En fin de saison ( septembre ), les crevasses et rimayes compliquent les itinéraires ordinaires, mais sans jamais présenter de véritables problèmes pour les alpinistes expérimentés.

La saison d' été est en général close par les premières chutes importantes de neige, à la fin septembre ou au début d' octobre. Il suit encore d' habitude une série de très beaux jours d' arrière, qui permettent des courses inoubliables sous un ciel d' un bleu profond.

Avec l' hiver reviennent le calme et la solitude.

Et avec les ascensions hivernales, l' alpinisme reprend sa forme originale...

CABANES ET ACCES Cabane Albert-Heim ( 2541,6 m ), chaîne nord Admirablement placée, cette cabane du CAS se trouve sur une tête rocheuse à l' est du Tiefengletscher. C' est le point de départ de courses innombrables autour de ce glacier. Les samedis de beau temps, elle est à coup sûr fortement occupée.

Accès de Tiefenbach ( auto postale ): une heure par Älpetli, le long du torrent du Tiefenbach, par la combe morainique au sud de la cabane, et par l' ouest sur les rochers qui portent la cabane.

La plupart des automobilistes prennent la petite route qui part derrière le hameau de Tiefenbach et conduit à Tätsch ( places de part ). De là un bon chemin qui se maintient vers 2400 mètres mène au nord, dans la combe morainique située au sud et sous les rochers de la cabane ( trois quarts d' heure ).

De Realp, Faces est nettement plus pénible ( trois heures ). Le sentier traverse la forêt de protection contre les avalanches, d' abord au sud, puis au nord du torrent du Lochbach, sous les rochers de Sunnig Berg pour atteindre par un large détour le pied ouest des rochers de la cabane.

A ski, on descend par le chemin d' été ou par le P. 2591 jusqu' à Tätsch. De là à l' Hôtel Galenstock ( P. 1995 ) et par le flanc oriental abrupt du P. 1891,g jusqu' à Realp par une piste balisée.

Cabane de Sidelen ( chaîne nord ) Située à 271 o mètres, exactement au sud du Gross Büelenhorn, à l' extrémité supérieure de la moraine du Glacier de Sidelen. Propriété de l' Ecole d' alpinisme d' Andermatt, la cabane n' est pas ouverte à tous.

Chalets dans la chaîne nord Quand les alpages sont occupés, on peut se loger de façon simple sur le versant sud du chaînon Müeterlishorn-Spitz Berg, ce qui permet de raccourcir les marches d' approche, dont certaines sont très longues depuis la vallée.

Logement le long de la route du col Les divers hôtels ( Belvédère, Col de la Furka, Tiefenbach, Galenstock ) sont ouverts aussitôt que la route est carrossable de bout en bout. Ils sont fermés le reste du temps.

Plusieurs des courses ( surtout dans le bassin de Sidelen ) peuvent s' effectuer en partant directement des parcs à voitures le long de la route.

Cabane Rotondo du CAS ( 2571 m ), chaîne sud Elle est située dans les rochers qui dominent la moraine nord du Witenwasserengletscher. Accès de Realp en trois heures et demie par le Vallon de Witenwasseren. Le chemin d' hiver, qui est bien marqué, est relativement à l' abri des avalanches, même en plein hiver après une période de beau temps.

On peut rayonner vers le Pizzo Lucendro, le Pizzo Rotondo et jusqu' au Chüebodenhorn. Il est possible de rejoindre la Furka par le Leckihorn et les Muttenhörner.

TRAVERSÉES DANS LA CHAÎNE NORD Nägelisgrätli ( 2661 m ) Liaison la plus courte entre la Furka et le Grimsel. Chemin intéressant et souvent parcouru, qui permet aussi d' accéder aux flancs sud et est du Vorderes Gerstenhorn. Il y a malheureusement un certain danger de crevasses sur le Glacier du Rhône au début de l' été, du fait de la vieille neige.

Gelmerlimmi ( 3050 m environ ) Traversée de montagne entre la Furka et la cabane Gelmer ( Handegg ). Le col au milieu duquel se trouve le P. 31 oo offre la traversée la plus simple entre les tours des Hintere Gelmerhörner. Le col au nord de l' Hinteres Gerstenhorn ( P. 3172,6 ) est plus mauvais sur son versant ouest.

Triftlimmi ( 3080 m environ ) Cette selle neigeuse ( Untere Triftlimmi ), au nord-est du Tieralplistock, sépare le Glacier du Rhône du bassin du Trift. La splendide région de ski entourant la cabane du Trift s' atteint très facilement en traversant le Triftlimmi ( en combinaison avec l' ascension du Dammastock ou du Tieralplistock ).

Untere Büelenlücke ( 2880 m environ ) Traversée facile du Col de la Furka à la cabane Albert-Heim. Le névé faiblement incliné du versant nord est presque dépourvu de crevasses. Ce petit col offre la communication la plus courte entre la cabane Albert-Heim et le Glacier de Sidelen.

Tiefensattel ( 3335 m ) Le Tiefensattel nord présente la traversée la plus courte et la plus sûre entre le glacier de Tiefen ( cabane Albert-Heim ) et le bassin supérieur du Glacier du Rhône. Combiné avec l' ascension du Tiefenstock, il offre au skieur alpiniste expérimenté un admirable accès à la région de la cabane du Trift.

Winterlücke ( 2854 m ) Cette brèche permet de traverser de la cabane Albert-Heim à la cabane Damma. Son versant nord ne présente pas de difficulté pour un alpiniste entraîné ( prendre le dos du Winteregg si le couloir est glacé ).

Lochberglücke ( 2815 m ) et Aelpergenlücke ( 2782 m ) Cols très fréquentés, sans glaciers, entre la Göschener Alp et la Vallée d' Urseren. Du Vallon de Göschenen, la Lochberglücke conduit à la cabane Albert-Heim, et l' Aelpergenlücke à Realp. Les deux cols sont skiables.

Plus à l' est, les brèches du chaînon Miieterlis-horn-Mittagstock-Spitz Berg n' ont pas d' utilité en traversée. Ils servent pourtant de voie d' accès aux itinéraires des arêtes.

TRAVERSEES DANS LA CHAINE SUD Nous ne mentionnerons que les principaux parmi les nombreux points où l'on peut franchir cette chaîne. Quoique partiellement glaciaires, ils sont sans difficulté pour les habitués, même à ski. Ces traversées n' entrent guère en ligne de compte comme buts de courses. Elles sont le plus souvent combinées avec des ascensions.

Passo Orsino ( 2580 m environ ) et Gatscholalücke ( 2528 m ), Passo Orsirora Situés au sud du Winterhorn, ces deux cols relient la Vallée d' Urseren au Col du Gothard. En combinaison avec le Passo di Lucendro ( 2524 m ) ils permettent d' atteindre le bas du Val Bedretto par une belle marche en montagne.

Passo di Cavanna ( 2613 m ) et Hüenersattel ( 2Ôg$ m ), Ronggergrat Ces deux brèches offrent une traversée facile de Realp ( cabane Rotondo ) au Val Bedretto.

Witenwasserenpass ( 2841 m ) Au centre de la chaîne, entre le Witenwasserenstock et le Leckihorn, ce col glaciaire relie le Col du Rotondo à la cabane du même nom; de la région de cette cabane, il permet aussi de descendre directement sur Oberwald. ( Le Gerental est extrêmement exposé aux avalanchesPasso di Rotondo ( 2jg2 m ) Situé entre le Chüebodenhorn et le Pizzo Rotondo, ce col permet de passer d' Ali ( Val Bedretto ) à Oberwald, et à Realp en liaison avec le Col de Witenwasseren. ( Du fait que le Gerental est très exposé aux avalanches, on ne peut que rarement tenter la descente sur Oberwald. ) Leckipass ( 2900 m ) Ce col, situé au pied nord du Leckihorn, permet de passer de la cabane Rotondo aux Muttenhörner.

En y ajoutant la Schwärzüücke ( au nord du P. 2808 ), dans la crête des Stotzige Firsten, on peut continuer jusqu' au Col de la Furka, ou à la station Furka du train Furka Oberalp.

ASCENSIONS DANS LA CHAÎNE NORD Ascensions simples, courses glaciaires ou à ski Klein Furkahorn par le sud Gross Furkahorn par le sud-ouest Klein Büelenhorn par l' Untere Büelenlücke ( ski ) Eggstock Schneestock Dammastock Hinterer Rhonestock Tieralplistock Par le Glacier du Rhône, ces sommets offrent des courses de glacier assez longues, mais faciles; ils peuvent aussi se traverser et se combiner. Pour les skieurs, qui partent du Belvédère, ce sont des buts splendides. Tiefenstock du Glacier du Rhône ou de Tiefen ( un peu plus sérieux, surtout à ski ) Lochberg, par l' ouestou l' est ( à ski; pas de glacier ) Blaubergstock par la brèche du Lochberg ou d' Aelpergen Spitzi et Spitzigrat ( beaux points de vue ) Varappes et courses peu difficiles Gerstenhörner ( diverses escalades, généralement courtes, points de vue admirables ) Hintere Gelmerhörner ( la description détaillée n' en est pas encore publiée; on atteint les sommets par diverses variantes ) Galenstock, arête sud ( course classique, fréquentée aussi à ski; assez difficile en cas de glace ) Sidelengrat, P. 3115, arête sud Gletschhorn, versant sud-ouest ( voie normale, quelques dalles dans les premières longueurs ) Winterstock, sommet sud, arête sud Müeterlishorn, sommet principal par le nord-ouest ou le nord-est Varappes et courses assez difficiles Les possibilités sont presque inépuisables. Dans le bassin de Sidelen et le chaînon Winterstock- Müeterlishorn en particulier, beaucoup d' arêtes offrent de splendides varappes de pur plaisir, sans passages spécialement difficiles si on s' en tient à l' itinéraire.

Klein Furkahorn, arête ouest ( jolie varappe brève ) Sidelenhorn, P. 3217, arête sud Galenstock, arête nord ( belle montée, aussi fréquentée au printemps ) Galenstock, arête sud-est ou nervure sud-est ( deux belles ascensions AD ) Klein Büelenhorn, arête ouest ( court, diverses variantes ) Vorderer et Hinterer Rhonestock, traversée du sud au nord ( course recommandable, rarement effectuée ) Gletschhorn, arête sud et nervure sud-est ( belles escalades connues; la nervure sud-est, moins parcourue, est un peu plus difficile ) Winterstock, parois sud du sommet principal et du sommet ouest Winterstock, traversée Blauberg, traversée Müeterlishorn, traversée Hinter Feldschijen par le sud ( de la cabane Albert-Heim par la Lochberglücke ) Mittagstock, arête sud-ouest et traversée à la Mittaglücke Spitz Berg Escalades difficiles et très difficiles Vorderes Gerstenhorn, arête est Vorderes Gerstenhorn, face sud Schwarzes Bügeleisen et Türme ( bassin de Sidelen ) Via Ispano-America ( bassin de Sidelen ) Via Ispano-Suiza ( Bergfalkenturm, bassin de Sidelen ) Gross Furkahorn, arête est-sud-est Gross Furkahorn, pilier est Sidelenhorn, P. 3217, pilier est Galengrat, P. 3252, face sud Galengrat, P. 3252, pilier sud-est Galenstock, paroi nord-ouest Galenstock, face sud Klein Büelenhorn, face sud ( actuellement quatre voies ) Gross Büelenhorn, arête est Gross Büelenhorn, arête sud-est et Düsgrat Gross Büelenhorn, face sud-ouest ( actuellement cinq voies ) Gross Büelenhorn, pilier ouest Tiefenstock, face sud Dammazwillinge, voies de la face sud Gletschhorn, face est, plusieurs variantes Gletschhorn, éperon sud-ouest Gletschhorn, pilier de l' arête est Graue Wand et Graue Platten ( dans la face sud du P. 3172 de l' arête est du Gletschhorn ) Winterstock, sommet sud, arête sud-est Sunnig Berg, face sud Lochberg, face sud Blauberg Stock, pilier sud-ouest Müeterlishorn, face sud directe Müeterlishorn, sommet principal, arête sud Spitz Berg, angle sud-est et arête sud-est Spitzigrat, P. 2694, face sud-est ( deux voies ) Courses mixtes très difficiles et grandes traversées Du fait que les parois sont d' une hauteur limitée, les grandes courses mixtes et les courses de glace difficiles ne sont pas nombreuses. Les flancs orientaux du groupe du Dammastock n' appar pas strictement aux courses de la région de la Furka; il y a, en revanche, de nombreuses possibilités de longues et très longues traversées. Galenstock, nervure nord-ouest ( meilleur moment: juin ) Galenstock, couloir de la face est ( non sans dangers objectifs ) Tiefenstock, paroi nord ( grande course très difficile, chutes de pierres, à n' entreprendre que par bonne neige. Accès de la cabane Albert-Heim par l' Oberes Gletschjoch ) Dammazwillinge par le nord-est ( même accès ) Traversée Furkahörner-Galenstock Traversée Galenstock—Tiefenstock—Rhonestock— Dammastock-Schneestock-Eggstock ( course splendide, très longue ) Traversée Winterstock-Gletschhorn-Tiefenstock ( longue course mixte, AD ) Traversée Blauberg-Müeterlishorn-Mittag- horn-Spitz Berg ( très longue course purement rocheuse ) ASCENSIONS DANS LA CHAÎNE SUD Tous les sommets sont d' accès facile. Quelques-uns demandent une courte varappe facile, par exemple les chemins ordinaires du Pizzo Rotondo, du Stotzig Muttenhorn et du Gross Muttenhorn. La plupart des courses se font aussi à ski.

On trouve de vraies escalades au Pizzo Lucendro, au Witenwasserenstock, au Pizzo Pesciora, au Pizzo Rotondo ( arête sud-est ) et dans la traversée des Saashörner et des Muttenhörner.

L' arête nord du Pizzo Rotondo et l' arête sud-ouest du Witenwasserenstock sont des voies difficiles. Pour les difficiles Tours de Rovino, au sud du Pizzo Rotondo, le point de départ est All' Acqua dans le Val Bedretto.

Cette chaîne manque complètement de courses de glace et de grandes courses mixtes. Les voies des flancs nord du Stotzig Muttenhorn et du Pizzo Rotondo seraient les plus difficiles du genre, mais elles n' ont guère d' intérêt.

La traversée du Hüenerstock au Pizzo Rotondo est une très belle course, mais assez longue.

Les sommets à l' ouest du Chüebodenhorn n' ap plus au champ de la cabane Rotondo.

Traduit de l' allemand par Pierre Virtoz

Feedback