La Cathédrale

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

La Cathédrale, 3166 m. ( chaîne des Dents du Midi ).

lre ascension de la paroi nord.

Avec I croquis. ParPar John Ramel.

Des sept pointes de la chaîne des Dents du Midi, face nord, il restait une face vierge, celle de la Cathédrale qui depuis 1937 déjouait toutes nos tentatives, soit à cause des saisons trop enneigées soit à cause des étés froids et pluvieux.

Il fallait trouver une voie d' ascension directe en partant du Glacier de Soix; mais l' accès du toit de la Cathédrale était défendu par une haute paroi verticale, d' environ 150 m. et finissant en surplomb. Comme dans toute ascension il y a une serrure crochetable, nous pensions l' avoir découverte sous forme de cheminée, à droite de la paroi verticale; mais cette cheminée, serait-il possible de l' escalader?

D' après mes nombreuses observations depuis le Glacier de Soix ou du Mont de Sonchaud, à l' aide d' une Zeiss, cela m' avait paru possible mais seulement une fois toute la neige disparue; de plus, il fallait compter avec le désenneigement du « Toit », l' orientation de ses névés les exposant au NNW .; de ce fait les eaux s' écoulent dans la direction de la cheminée et, dame !: du Glacier de Soix j' avais pu me rendre compte que toutes les tentatives seraient vouées à l' insuccès tant que toute la face NNW. ne serait pas dégagée de neige. Pour ce qui était de la glace ou des névés durcis par le froid, la chance pourrait nous sourire, si nous tentions l' ascension par une matinée de fin juillet-août, où la température reste basse jusqu' à 10 ou 11 heures et où le soleil a perdu de sa force dans l' exposition nord de la montagne.

Cheminée Tiffure latérale Paroi verticale LA CATHÉDRALE.

L' été 1942 fut idéal en tous points pour un essai; aussi de Sonchaud, « balcon du bleu Léman », je suivais avec joie les progrès de la fonte des neiges sur les parois abruptes des Dents du Midi. Le 14 août 1942, par une fraîche soirée, nous nous retrouvions à Chalin, chez papa Casimir, tout heureux de nous revoir après une absence de deux ans. Je présentais à sa famille un nouvel amant des parois nord des Dents du Midi, mon collègue John Mordasini de la section de Chaussy. La soirée au coin du feu fut exquise, la table abondante et la nuit demi-sereine: le carillon du troupeau de Chalin tenant souvent lieu de réveil-matin.

A 4% heures, après un déjeuner copieux — oh... coin solitaire, inconnu des grandes foules, qu' il est doux de te revoir, loin des cartes de coupons... Nous montons allègrement aux clairs rayons d' une « Leclanché »; la nuit est sombre, mais les myriades d' étoiles nous annoncent une belle journée. A 7 heures, John de Chaussy fait la connaissance du joyau de Soix, de son lac vert-émeraude, et moi, j' écoute les liaubas du bouèbe de Chalin qui appelle son troupeau pour la traite. Sur les flancs du « Dardeu » se déplace, à la recherche de la pitance, le grand troupeau au blanc lainage; quelques voix plaintives appellent les jeunets. En dessus de nous, la froide et fière paroi de la Cathédrale.

En quelques mots j' indique, en le montrant, le chemin que je propose de suivre, mais la clef de l' ascension, la cheminée, est invisible, masquée par un avancement rocheux.

Nous nous élevons jusqu' au bord du glacier, le traversons et attaquons les grandes dalles grises; la température est normale, pas de verglas sur le rocher; en moins d' une heure on se trouve au pied de la cheminée, haute de 40 m ., qui se présente assez bien: bon rocher, prises e::i nombre suffisant, pas trop de cailloutis, presque verticale. Mais dame... nous sommes accueillis par une douche abondante qui assurément n' est pas pour nous réchauffer les mains. Il va falloir passer vite. Je donne 15 m. de corde, et John avec ses vibrams attaque la paroi de gauche, je le rejoins, sous un surplomb. De ce point il faut croiser la cheminée à droite, le passage est scabreux; ce mauvais pas fait, l' eau diminue et l' ascension se présente dans de meilleures conditions: j' ai la conviction que le plus risqué est fait.

La cheminée s' élargit en forme d' entonnoir, la verticalité diminue, et deux longueurs de corde nous amènent au pied d' un mur qui se soude à gauche à la grande paroi verticale et à droite à l' arête qui domine le couloir de la Fenêtre de Soix. La serrure est forcée, mais avec du verglas ou de la neige elle serait incrochetable.

9% heures, un casse-croûte et je mets les espadrilles; il fait froid, un vent du nord s' est levé; devant nous une paroi abrupte dent nous ne pouvons juger la hauteur; quelques fissures et petites vires pour° reprendre haleine dans une dure montée, où l' emploi des chevilles-mousquetons rend de précieux services, demande une heure et demie d' efforts au leader pour vaincre cette dernière paroi, haute d' environ 60 m ., et nous débouchons dans des éboulis. A main gauche une fissure latérale que l'on traverse en rampant nous amène sur le toit de la Cathédrale.

Nous nous reposons quelques instants et prenons un picotin; John est tout excité; il veut forcer la marche, car il sait que des Vuergnérands1 ) sont en train de battre un record à la Dent Jaune; il tient à les saluer par un vigoureux yodel à leur arrivée, mais moi, je dois compter avec les années; aussi suis-je moins pressé. Aussi lentement que sûrement, de névés à pierriers dépourvus de neige, nous gagnons le sommet, il est midi et le dîner est servi sur les dalles schisteuses. Ma ténacité est récompensée et je déclare à mon compagnon que pour moi l' ascension des parois nord de mon domaine préféré est achevée. Ce fut de courte durée, puisque, un mois plus tard, la paroi nord de la septième pointe était gravie en compagnie de trois collègues de Chaussy qui tous remportèrent un excellent souvenir du cirque enchanteur de Chalin-Soix-Anthémoz.

Feedback