Le Chardon d'argent

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

PAR ANDRÉ PONT, SIERRE

Avec un bois de l' auteur La Carline des Alpes, dite Chardon d' argent, n' est pas une fleur comme les autres. C' est une composée sans tige, reposant sur un oreiller d' épines terriblement acérées.

Malheur aux doigts qui tenteraient de s' en saisir! D' ailleurs, plutôt rares sont les passants qui y prêtent attention, car la pauvre Carline, humblement tapie au sol, est éclipsée par la multitude des fleurs de grand renom aux vives couleurs, perchées sur de hautes tiges pour mieux paraître.

Pourtant, la Carline des Alpes est d' une riche nature. L' abeille dorée et le bourdon velu, meilleurs psychologues que nous, ont su découvrir le cœur de cette plante aux apparences rébarbatives. Ils sont parfois plusieurs insectes à butiner ensemble sur un même chardon. Et celui-ci, consolé, reluit du bonheur de pouvoir distribuer à ces Lutins de la montagne autre chose que de cuisantes piqûres!...

L' automne venu, quelques gelées nocturnes suffisent à anéantir le monde des fleurs superbes, avant même qu' elles n' aient le temps de vaporiser leurs dernières gouttes de parfum.

La blanche Carline, cependant, a résisté victorieusement aux premiers assauts de l' hiver.

Après avoir subi l' humiliation, le dédain et l' abandon, le chardon d' argent règne à son tour sur les hauts pâturages confins des glaciers, jusqu' au jour où la neige s' y établira définitivement.

Le touriste tardif qui gravit le sentier conduisant à la cabane est charmé par l' aspect féerique de ces petites couronnes aux reflets de métal, jouant au soleil parmi les herbes rousses de novembre.

Ravissantes et innombrables constellations dans l' immensité alpestre! Dernières visions d' au, ultime sourire du pâturage durement éprouvé par la vague menaçante des frimas descendue des hautes cimes glaciaires.

Un tel spectacle est un don spécial de la montagne aux admirateurs solitaires de la nature, aux yeux de qui les tableaux les plus merveilleux ne sont pas forcément ceux que contemple la foule des touristes de saison.

Dernière vision d' automne, oui, mais aussi premier salut printanier!

Car dans sa conversation intime avec le Poète son ami, la Carline a dit tout bas: « Au revoir en mars. » Et lui, fidèle au rendez-vous, la retrouve intacte et brillante sur les gazons encore endormis, au déclin d' une journée lumineuse de ski de printemps.

Dans quelques jours s' ébranlera le cortège multicolore des fleurs printanières: soldanelles, crocus, primevères, anémones...

La Carline alors rendra à la terre sa couronne d' argent, tandis que les bourrasques qui lui auront été si familières durant sa vie emporteront triomphalement vers le ciel ses fruits empanachés.

Feedback