Les cabanes du CAS et la tendance actuelle de leur développement

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

PAR J. ESCHENMOSER, ZURICH

Lorsqu' on examine la situation actuelle dans le domaine de la construction des cabanes, on constate que le CAS a encore de nombreux problèmes à résoudre. Etonnant en somme, quand on y songe car, voici peu de temps encore, un sentiment avait amplement cours: on estimait que la période de construction de cabanes était révolue pour le CAS. Il faut bien reconnaître, en effet, que dans notre pays il n' existe plus guère de régions éloignées inconnues, attendant encore un équipement touristique grâce à l' érection d' abris. Situation paradoxale: les problèmes actuels reposent au contraire sur un suréquipement du domaine alpin, et les opinions les plus courantes qui nous parviennent concernent la nécessité d' agrandir les cabanes existantes et de rajeunir celles qui ont trop vieilli. Les raisons qui amenèrent à ce développement encore impossible à évaluer sont d' ordre divers et ne peuvent être qu' effleurées dans cet article. La cause en est avant tout la pénétration toujours plus grande des Alpes grâce à des routes ( dues souvent à la création de centrales électriques ), et des téléfériques rendant nombre de cabanes plus facilement accessibles. En outre il ne faut pas méconnaître qu' une grande partie des touristes sont dans une situation financière leur permettant l' emploi de ces moyens d' accès faciles. Que ce dernier fait soit aussi une raison de la fréquentation accrue des cabanes peut prêter à discussion; mais l' énorme développement du ski et, dans une certaine mesure, aussi la tendance vers un tourisme social, un tourisme de masse y participent certainement. Le bien-être plus élevé de larges couches de la population, les exigences croissantes en matière de confort, de commodité, d' hygiène sont des raisons agissant en faveur de la rénovation des plus anciennes cabanes, sans parler même du vieillissement de leur construction. Cette brève introduction laisse entendre que de nombreux problèmes concernant l' édification de cabanes sont posés par des conditions dont plusieurs sont sujettes à caution aujourd'hui. Il faudra tenir compte, chaque fois que l'on discutera de cette question fort complexe, de la longue expérience acquise depuis l' époque des premiers abris primitifs jusqu' à celle de nos grandes cabanes actuelles de 100 places et plus.

Les problèmes évoqués, notamment l' embarras dû à la « pénétration » toujours plus grande -agrandissement, rénovation - ne peuvent cependant se résoudre d' eux soit par le refus de bâtiments nouveaux, soit par l' agrandissement irréfléchi ou par l' augmentation du confort, mais ils doivent être pesés avec le poids des particularités spécifiques d' une cabane.

Ainsi que nous le verrons, la création de cabanes n' était pas et ne devra jamais être un but en soi. La cabane est soumise à des servitudes et correspond à des conditions relatives à l' évolution d' événements sur lesquels le propriétaire d' abord - en l' occurrence le CAS -, puis l' entrepreneur en second lieu seulement, doivent prendre position. Comme toujours et plus que jamais, les décisions importantes concernant la question des constructions de cabanes devant lesquelles le CAS se trouve place sont d' une portée beaucoup plus grande que des problèmes de forme et d' exécu technique. Notre point de vue doit par conséquent correspondre avant tout à ces raisons fondamentales.

Si nous considérons la question de l' ordre de dimension de nos cabanes, nous nous trouvons certainement devant le problème le plus actuel et le plus délicat. Jusqu' à aujourd'hui, dans presque tous les cas où l' agrandissement était fonction d' une fréquentation accrue, la décision s' est portée en faveur de cet agrandissement. Chemin le plus court et le plus simple. Mais est-ce le meilleur?

L' impression que les grandes cabanes ( nous entendons ici celles de plus de 60 places ) ne sont pas sympathiques à l' alpiniste est plus qu' une simple opinion. Dans certaines régions l' alpiniste en prend son parti comme d' un mal inévitable. Mais, en individualiste, il mesure l' écart entre l' idéal qui fut à la base des premiers abris et l' exploitation à laquelle il doit se soumettre aujourd'hui, s' il ne veut pas renoncer purement et simplement à certaines ascensions.

En dehors de ces raisons sentimentales, mais non négligeables, des arguments d' ordre pratique s' élèvent aussi contre les trop grandes cabanes. La possibilité d' un service raisonnable devrait avant tout poser une borne au développement exagéré. Ce service est-il dépassé, le travail du gardien augmente et il a besoin d' assistants pour lesquels il faut à nouveau prévoir de la place. Mise à part la difficulté actuelle de trouver des assistants de ce genre, une grosse exploitation entraîne des conséquences qui nous rendent les cabanes toujours plus étrangères. Nous connaissons déjà suffisamment ces refuges dans lesquels le touriste ne peut plus rien aller chercher dans la cuisine, ou s' y heurte à des installations si compliquées qu' il ne sait comment les aborder, risque de les abîmer en un tournemain Conséquence ( à cause du grand travail de nettoyage!... ): les cuisines et dépendances et souvent une grande partie des cabanes sont fermées pendant l' absence du gardien, et le touriste songe avec effroi à ces locaux d' hiver, pauvres, repoussants, dans lesquels le strict nécessaire est resté à peine. Mais pour le cas même où la question du gardiennage serait laissée de côté - étant admis que le visiteur pourvoie lui-même au strict nécessaire - celle de la dimension est à peser soigneusement. Il faudrait que les choses fussent telles qu' un petit groupe de touristes ne se sentît pas perdu dans la cabane ni qu' il dût, pour une durée relativement courte, employer nécessairement une partie trop importante des installations. La discrimination de ces exigences représente la tâche principale soumise à l' architecte.

Le fait qu' un nombre croissant de touristes s' attend à un service bon et complet et l' accepte doit être considéré comme un signe des temps. De toute évidence - et tout particulièrement en considération de la jeunesse - les agréments de ce genre ne doivent pas s' élever au rang de raisons fondamentales. Il ne faut pas commencer par éloigner d' emblée la jeunesse des véritables cabanes du CAS pour la diriger vers les abris plus élevés ( encore à bâtir pour la plupart ).

Nous ne négligeons pas non plus cette catégorie de visiteurs - nous voudrions les appeler matérialistes - qui se soucient peu de toutes les contingences aussi longtemps qu' ils trouvent un toit pour leur tête et une table mise. Rendons leur la justice qu' ils représentent le principe voulant que les abris soient construits en vue de leur but en s' abstenant de tout confort superflu. Les architectes et entrepreneurs conscients de leurs responsabilités n' en resteront cependant pas là, mais chercheront à concevoir leur œuvre de manière que son ambiance, sciemment ou inconsciemment, soit agréable au visiteur. Il s' agit beaucoup moins d' une question de frais que de l' emploi judicieux des moyens mis à disposition.

Nous appuyant sur les réflexions précédentes, nous arrivons ainsi à la conclusion que la tendance croissante en faveur des grandes cabanes crée des conditions peu satisfaisantes, et passons ipso facto à la question de ce qui reste à faire.

Les raisons évoquées plus haut concernant la fréquentation sans cesse accrue pourraient se modifier à la rigueur, mais pratiquement elles ne sont pas complètement évitables. Pour y arriver il faudrait que le CAS fermât complètement ou très sérieusement ses porter au tourisme de masse. Sans même en arriver ces mesures rigoureuses, le CAS se verra forcé de se défendre contre ce signe des temps étranger à son rôle ou à ses buts.

Depuis assez longtemps déjà - et aujourd'hui plus encore - quelques cercles d' alpinistes sont d' avis que la solution du problème se trouve dans l' érection de nombreux abris en haute altitude: les bivouacs fixes. Des abris de ce genre possèdent certainement leur justification, actuellement plus que jamais, car d' une part les altitudes supérieures aussi bien que les cabanes se sont rapprochées de nous, d' autre part les bivouacs sont mieux adaptés au niveau incontestablement plus élevé des performances d' un groupe d' alpinistes supérieurs.

En fait la fonction réelle des bivouacs correspond exactement à celle des premières cabanes ( mais avec un déplacement vers le haut ). Epargnant simplement en somme au touriste supérieur le transport et l' emploi d' une tente, ces bivouacs ne remplaceront cependant jamais, dans tous les cas jamais de manière décisive, nos cabanes actuelles. Ils sont une aide précieuse à un groupe d' alpinistes relativement petit, mais ne s' adressent pas à la plus grande partie des visiteurs de cabanes, même si on ne tient pas compte des hôtes appartenant à des clubs étrangers. Il ne saurait donc être question pour le CAS d' abandonner les régions pourvues de cabanes et de prendre sans combat la fuite vers le haut, fuite qui rencontrerait d' ailleurs des limites très précises imposées par le lieu et le climat.

La construction de nouvelles cabanes représente donc l' autre solution. Celles-ci devraient-elles être placées dans des régions déjà pourvues afin d' alléger des cabanes surpeuplées ( éventuellement même dans le voisinage immédiat de ces dernières en vue de la création de complexes ) ou dans des régions nouvelles très éloignées si possible des routes, chemins de fer ou autres moyens d' accès faciles. Dans tous les cas il faudrait que ces cabanes respectassent ces conditions de mesure, d' ambiance et de raison d' être que nous considérons comme précieuses.

Revenons à la dimension: quelle doit être celle d' une cabane? Il n' existe pas plus de recette universelle que de solution idéale, aussi longtemps au moins que l'on ne pourra ou ne voudra se borner à de très petits refuges. De plus il s' avère que des cabanes de 40 places présentent des avantages incontestables. Elles constituent un ménage encore facile à tenir pour un gardien, et un petit groupe de personnes ne s' y sentira pas perdu. D' autre part la capacité d' absorption lors de fréquentations de pointe reste remarquablement élevée, à condition que le nombre de couchettes soit adapté aux pièces de séjour et aux dépendances. Là où il s' agit simplement de faire face à quelques jours fréquentés au maximum, la prévision de places de secours suffirait et permettrait de ne pas calculer le volume de la construction sur les moments de pointe.

Mais en voilà assez sur la situation actuelle dans la construction des cabanes. Vouloir présenter tous les aspects du problème nous conduirait hors du cadre de ce court article; les épuiser serait impossible. Les tendances les plus marquées du développement viennent d' être évoquées et il en ressort suffisamment que le facteur décisif se trouve en somme dans la politique de construction.

Esquisse 5: Cabane Spannort après I' agrandissement de 1961 ( La nouvelle annexe contient un autre dortoir au rez-de-chaussée ) Regard rétrospectif sur le développement jusqu' à nos jours Pour venir à bout des futures entreprises, les grandes expériences résultant des 100 ans d' activité constructive du CAS ne sont point à dédaigner. Bien qu' il soit naturellement impossible de donner ici un exposé complet de l' histoire des cabanes, il n' est pas sans intérêt de jeter un regard en arrière.

Dans l' ensemble, le développement suit un cours remarquablement rectiligne, paraissant avoir été très peu influence par des expériences - même dans le formel!

Les premières cabanes du CAS n' existent plus sous leur forme première, et nous ne les connaissons que par les archives. Il est bon toutefois de les évoquer aujourd'hui en l' honneur du centenaire. Des reproductions de deux des plus anciennes cabanes du CAS, soit de la Grünhorn-Hütte ( section Tödi ) et de la Trift-Hütte ( section Berne ) ont déjà paru dans la publication de fête du cinquantenaire. Prenons donc cette fois un exemple moins connu, la Enderlin-Hütte ( section Piz Sol ).

Bien qu' elle n' ait pas été édifiée par le CAS et qu' un bâtiment nouveau l' ait remplacée voici quelques années, elle illustre à merveille le caractère de ces premiers abris ( fig. 10 ). Si nous retournons d' ailleurs à des exemples anciens, ce n' est pas pour jalonner une courte période historique, mais parce que, à ces débuts, on remarque déjà des caractéristiques qui ont conservé sous maint rapport leur validité dans le présent et ont nettement influence - et de manière durable - la construction des cabanes. Une de ces caractéristiques, par exemple, concerne la concentration en un logement relativement petit et comprenant 8-12 couchettes dans un local unique. Seules les installations indispensables telles que bat-flanc ( paille ), table et réchaud sont prévues et réunies dans une même pièce. Pas question de gardien ou de ravitaillement en bois. Cet idéal de cabane à bon marché, à chauffage économique, adapté à la psychologie de groupes d' alpinistes ( cordées ) ne pouvait se maintenir avec l' augmentation des visiteurs. Mais nous verrons plus loin qu' il n' a jamais été complètement perdu de vue et aujourd'hui il trouve sa répétition la plus rationnelle sous forme de bivouac fixe. Ce dernier, bien qu' établi selon des méthodes et des moyens modernes, correspond exactement aux premiers abris construits voici près d' un siècle.

Seconde caractéristique: l' exécution très simple, voire primitive. Il ne semble pas qu' une idée préconçue ait présidé à des créations aussi frustes. C' est plus vraisemblablement l' exemple de simples huttes de bergers ou à la rigueur de refuges de chasseurs qui servit de modèle, sans parler ( problème de tous les temps, semble-t-il ) des maigres moyens financiers et par-dessus tout de la question du transport. Au début ( 1870-1900 environ ), on ne paraît pas avoir apporté la moindre attention à la forme de la construction, chose surprenante si l'on songe qu' à cette époque architectes et ingénieurs furent presque exclusivement à l' œuvre. Le niveau particulièrement bas de l' architecture de cette époque en est sans doute en partie responsable. Est-ce peut-être aussi une présomption d' affirmer que, plus tard, le développement de la forme architectonique dut son impulsion à des ingénieurs, si l'on admet qu' un point de vue parfaitement sobre et réaliste, sans aucune influence romantique, ait présidé à la conception de ces bâtiments? Quoi qu' il en soit, les cabanes suisses possèdent une empreinte typique, immuable, malgré les forces très diverses qui s' exercèrent dans le temps et dans l' espace.

L' exécution selon un programme peu variable en moyenne, constructions similaires ( pierre ) plus quelques éléments de forme stables concernant l' aménagement de l' espace ( emploi des combles surtout ) ont conduit à un type de cabanes quasiment standardisé, qui semblait pouvoir à peine s' éloigner de sa perfection formelle.

Comme exemple de ce type, évoquons la Tresch-Hütte ( section Am Albis ), bâtie en 1947 par l' architecte O. Pfleghard ( fig. 11 ).

Un remarquable essai de formule nouvelle se trouve dans la Planura-Hütte ( section Tödi, édifiée en 1930 par l' architecte M. Leuzinger, fig. 12 ). La déviation de la forme habituelle du toit rappelle pourtant dans cet exemple une des limites posées à la forme. Pour les cabanes où une montée ou un chemin ne conduisent pas automatiquement, il est indispensable que des contours extérieurs permettent de la reconnaître même dans le brouillard.

Au cours des temps, ainsi que nous l' avons déjà dit, bien des tentatives furent faites ici et là pour revenir au vieil idéal de l' unité de lieu, mais avec une plus grande capacité intérieure. Une expérience de ce genre fut tentée pour la Medelser-Hütte ( esquisse 1 ), édifiée en 1910, remplacée en 1933 par un bâtiment en pierre. Deux unités très semblables, mitoyennes, disposées en gradin offraient chacune un abri à un petit groupe de visiteurs. L' absence de résistance de ce bâtiment en bois fut sans doute la cause de sa courte durée. Il ne serait tout de même pas exclu que l' agré offert par l' idée première ne se réalisât pas un jour, sous une forme modifiée.

£

Flèches ( couloirs d' avalanches ) 1 m F Rochers « =

Esquisse 6: Cabane Spannort - situation et coupe schématique C' est d' une pensée analogue que naquit le projet de la cabane Cadlimo ( esquisse 2 ). Elle comprenait d' abord deux compartiments exactement pareils, réunis sous un même toit. Ces compartiments prévoyaient une salle unique de 20 couchettes chacune, faisant aussi salle de séjour, avec niche/cuisine. ( Dans l' intervalle un plafond intermédiaire fut bâti dans un des compartiments. ) Cet essai se révéla intéressant mais impropre. Une salle universelle avec 20 places est trop grande, trop animée et ne correspond plus à l' idéal à venir.

Pour terminer, évoquons enfin la Spannort-Hütte, une des constructions les plus récentes et les plus remarquables du CAS. ( Rénovation et agrandissement en 1961, fig. 13. ) Cette cabane présente quelques caractères typiquement histonco-évolutifs et permet en même temps l' exposé de quelques idées concernant la forme.

L' esquisse 3 représente la première cabane édifiée en 1880. Elle est conforme à l'«ensemble » évoqué plusieurs fois: 8 couchettes, une table, un réchaud.

La construction en appareil massif est remarquablement en avance pour l' époque. Mais on est frappé ensuite de la pauvreté presque désespérante de la forme.

20 ans plus tard déjà, en 1900/1901, la cabane fut agrandie au moyen d' un bâtiment de même dimension ( esquisse 4 ). Ce dernier fonctionna comme salle de séjour tandis que la partie ancienne était complètement affectée aux dortoirs. Mais l' installation, dès le début, de couchettes dans la partie nouvelle fut la cause d' inconvénients qui apparurent par la suite. Pour faire face à une fréquentation toujours plus importante et pour utiliser la trop grande hauteur de la salle, on ajouta d' autres couchettes en différentes étapes. La disproportion entre le nombre de couchettes et l' espace destiné à la salle de séjour ne fit qu' augmenter et démontra péremptoirement l' exac du principe actuel, soit qu' au nombre de couchettes doit correspondre un nombre à peu près équivalent de places autour des tables. S' ils ne furent pas les seuls, ces inconvénients jouèrent leur rôle déterminant lorsqu' on décida de modifier et d' agrandir la cabane ( esquisse 5 ). Une annexe fut bâtie à l' ouest, contenant deux nouveaux dortoirs, une cuisine et une chambre pour le gardien. Toutes les couchettes et la niche/cuisine disparurent de l' ancienne salle de séjour ( annexe de 1900 ).

Lors de ce deuxième agrandissement se posa la situation problématique décrite dans l' es 6. On savait par expérience que de légères avalanches poudreuses balayaient parfois l' em de la cabane en hiver. La cabane existante était abritée en quelque sorte par de gros blocs de rochers; en agrandissant, on sortait de cette zone protégée. Une prolongation en « a » eût été la plus simple, étant donné l' état actuel des choses, et n' aurait posé aucun problème insoluble techniquement parlant. Malgré cela, il ne parut pas opportun de s' exposer à un danger possible. De plus une prolongation du corps de bâtiment déjà étiré et étroit eût été fâcheuse du point de vue esthétique.

La situation pendante posait encore une autre servitude. Il eût été tentant de placer la salle de séjour du côté de la plus belle vue ( b ). Pour un hôtel de montagne on aurait jugé indispensable d' utiliser cette plus-value, en dépit de tout. Dans une cabane du club la salle de séjour - par beau temps au moins - n' est pas la pièce la plus fréquentée; dans notre cas il fallut donc se plier aux données climatiques et incorporer la salle de séjour là où, pour des raisons d' organisation, elle devait normalement se trouver. Le plan polygonal obéit à une autre considération, c'est-à-dire à une question de vent ( suppression d' angles aigus et d' angles saillants ) et la coupe trapézoïdale des dortoirs a déjà fait ses preuves dans la cabane du Dom, bâtie en 1957.

On peut conclure nettement de l' exemple cité que la question de l' architecture des cabanes se pose à chaque nouveau cas, et qu' il n' existe pas de bonne recette générale. Bien souvent les agrandissements ne peuvent s' exécuter par des annexes directes, si l'on ne veut pas contrevenir sensiblement à une certaine conception de l' espace.

Points de vue modernes évidemment quand l' homme, plus qu' autrefois, est pris de nouveau comme « mesure de toute chose », quand fonction et expression de la forme cherchent à s' harmo et quand, finalement aussi, tout ce qui n' est que mode passagère est évité comme la peste.

Nous pensons que les abris alpins doivent offrir davantage que la simple satisfaction d' exi matérielles, mais que ce davantage ne doit pas se confondre avec le confort. L' alpiniste ne s' attend pas à trouver dans le refuge le confort quotidien, et moins encore une technique. Il faudra réfléchir à tout cela quand, dans l' avenir, se poseront les questions concernant de nouvelles méthodes de bâtir et des matériaux nouveaux. L' emploi d' éléments standardisés pourra difficile- ment être pris en considération dans la construction de cabanes, plutôt éventuellement la pré-fabrication. Pour le bivouac fixe le problème est différent.

C' est avec une fierté justifiée que le CAS peut regarder en arrière sur ses 100 ans de construction et considérer cette période comme la partie la plus pleine de sens de son activité. Il ne s' en tiendra pas toujours à ce coup d' œil rétrospectif mais, l' esprit ouvert comme toujours, il se vouera aux problèmes encore en suspens. Les riches expériences feront loi et lui serviront de boussole sûre sur les voiesi ncertaines de l' avenir. E.A.C. )

Feedback