Les croquis de Heinrich Keller

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Avec 4 planches de dessins ( 85—88Par G.R. de Beer

Un jour je me promenais rue Bonaparte, à Paris, peu de temps avant la dernière guerre, je remarquai chez M. Eggimann, « A La Licorne », une série de croquis d' églises de villages grisons. Exécutés à la plume et légèrement coloriés à l' aquarelle, ces croquis m' intriguèrent immédiatement. D' abord par leur aspect net et exact; calqués à peu de traits, chaque trait était à sa place, et la reproduction était très fidèle, ainsi que je pus le constater par les églises qui m' étaient bien connues. Sauf pour quelques-uns, chaque croquis était pris du même point de vue et représentait l' église du côté du midi. Sans aucun doute, ils avaient tous été faits sur place.

Je remarquai que toutes les églises et les quelques croquis de ponts, ruines et châteaux qui les accompagnent, sont situés dans les villages élevés et alpestres des Grisons et se laissent arranger en ordre d' itinéraire. D' abord le Prätigau, puis la vallée de Davos d' où le circuit se complète par Filisur, Tiefenkastei et la Lenzerheide. Après une pointe dans la vallée du Rhin antérieur jusqu' à Tschamut, la série reprend aux environs de Reichenau, parcourt le Domleschg, la vallée de Schams, le Rheinwald et finit à Mesocco.

Malgré les scrupules de M. Eggimann qui me représenta qu' il était presque tenu d' envoyer toutes ses trouvailles ayant rapport aux Grisons à M. de Salis, je fis acquisition des 4 feuilles avec les 129 croquis qu' elles contiennent, et je promis à M. Eggimann d' arranger les choses avec mon ami le comte. Je commençai aussitôt mes recherches pour découvrir l' artiste de mes croquis. Dans une lettre qu' il m' envoya très obligeamment, M. Eggimann m' informa que « ces croquis ont été exécutés par Heinrich Keller, né à Eglisau en 1778, mort à Zurich en 1862. Il avait fait ces croquis pour l' éditeur zurichois Füssli en vue de la publication d' un ouvrage qui n' a jamais paru. » Mon artiste se révéla donc en la personne du célèbre cartographe et dessinateur de panoramas. C' est lui qui dressa et publia en 1813 la première carte touristique de la Suisse qui pût prétendre à une exactitude même quelconque; la carte de Keller était aussi indispensable de son temps que les guides de Murray ou de Baedeker. Keller fit également les panoramas de l' Uetliberg, du Weissenstein et du Rigi, et ce fut lui qui intéressa Hans Conrad Escher von der Linth et Johann Gottfried Ebel au projet de Joseph Martin Bürgi de construire une auberge sur le Rigi-Kulm. Keller avait donc bien travaillé pour le développement du tourisme suisse. M. Eggimann m' informa encore qu' en plus de mes quatre feuilles des Grisons il y en avait plusieurs autres: deux feuilles pour chacun des cantons de Lucerne, Schwyz, Uri et Thurgovie; Unterwaiden, Zoug, Toggenbourg, St-Gall et Schaffhouse avaient chacun une feuille.

Mes feuilles faisaient donc partie d' un travail de grande envergure, et je m' adressai à MM. Orell Füssli en vue d' obtenir des renseignements sur le motif pour lequel Keller avait exécuté ses croquis. Ils eurent l' obligeance de me répondre comme suit: « In unserem Archiv befinden sich noch 29 Kupferplatten mit Schweizer-Ansichten, gestochen von J. Heinrich Keller ( geb. Eglisau 1778, gest. Zürich 1862 ), zum Teil nach eigenen Skizzen, welche seinerzeit zu Illustrationszwecken verwendet worden sind. Die sich in Ihrem Besitze befindlichen kolorierten Skizzen von Kirchen und Burgen dürften bestimmt gewesen sein, ebenfalls bei uns reproduziert zu werden, was aber in der Folge nicht geschehen ist. » Le motif de ce travail reste donc inconnu, mais cela ne nous empêche pas de nous délecter de ses résultats et de refaire les étapes de Keller en passant en revue ses riantes petites églises. J' aime surtout celle de « Cunters », devant laquelle mes skis m' ont si souvent conduit, celle de Frauenkirch qui est si bien reconnaissable, et celle de « Tschamot ». Très bien faite, aussi, Churwalden. Quelques-unes ne sont pas finies; telle l' abbaye de Disentis qui n' a pas ses fenêtres. D' autres ne sont pas désignées. Mais toutes accusent une main de maître.

Il me paraît que la série peut aussi acquérir un intérêt historique sinon une modeste valeur du fait qu' elle a certainement été exécutée d' emblée à une seule époque. La date ne m' est pas connue, mais elle est sûrement trou-vable: tel croquis sera antérieur à un changement effectué dans la bâtisse à une date connue; tel autre sera postérieur à la date du changement qu' il accuse. Une fois déterminée, la date sera valable pour tous les croquis, et la série pourra alors servir de témoin de l' aspect des églises d' une centaine de villages grisons à cette date. Cela sera aux lecteurs, mieux placés que moi, de la déterminer.

LES CROQUIS DE HEINRICH KELLER Classement des croquis en ordre d' itinéraire Zizers Oberbrücke Prätigau Grüsch Seewis Schiers Luzein Pany Fuma Fideris Küblis Saas Contera Serneus Klosters Unterlaret Davos Dorili Platz Frauenkirch Glaris Schmelzboden Monstein Jennisberg Wiesen Schmitten Filisur Alvaneu Surava Tiefenkastei Dänis Scheid Brienz Schlans Nieder Juvalta Rinkenberg Rotenbrunnen Lenzerheide Truns Ober Juvalta Lenz Campliun Ortenstein Parpan Rabius Alt Sins Churwalden Somvix Rodels Strassberg Surrhein Rietberg Malix Compadials Almens Maladers Pardomat Fürstenau Disia Realta Vorderrhein St. Piaci Käzis Felsberg Disentis Masein Ems St. Gada Thusis Valendaz Mompe Medel Tagstein Kästris Acletta Nolla-Brücke Seewis Segnas Schams Flims Baretsch Zillis Fidaz Bugnei Donath Laax Fellers Sedrun Camischolas Pignieu Clugin Sagens Zarcuns Andeer Schleuis Rueras Löwenberg Ilanz Pontaningen Giuf Hinterrhein Sufers St. Martin St. Brida Splügen Luvis Selva Medels Schnaus Ruis Tschamut Nufenen Hinterrhein Panix Domleschg Mesocco Tavanasa Feldis Mesocco

Feedback