Les deux solitaires

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Les deux solitaires

Par Granit.

Sous le grand ciel ardent, l' arbre et le mont tragiques Elèvent leurs sommets d' un jet puissant et sûr Du socle de la terre à l' insondable azur Solitaires tous deux et tous deux magnifiques.

L' un sur ses rochers gris, l' autre sur son écorce Isolés et sereins, laissent passer les ans. Et tout semble petit devant ces deux géants, Symboles triomphants de force et de puissance.

Et je monte vers eux, pour sentir en tremblant

S' épanouir mon âme au grand souffle du vent

Près du pic orgueilleux et de l' arbre au tronc rude.

Car, toujours harcelé, le pauvre cœur humain, Comme le vieil arole et comme le Cervin, N' atteint à la grandeur que dans la solitude.

Mars 1938.

Feedback