Les maisons de l'Engadine et leurs particularités

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Avec 3 illustrations ( n08 107-109 ) et 3 dessins.Par Hermann Roth.

Sans viser à la prétention, certaines maisons, tant en ville qu' à la campagne, frappent par leur originalité à tel point qu' elles contraignent le passant à s' arrêter. Elles ne se rattachent à aucune règle architectonique et ne se distinguent pas non plus par une symétrie particulière; ce qui les caractérise, c' est une étrange beauté qu' il est difficile de préciser au premier abord, et l'on chercherait vainement à établir un parallèle avec d' autres maisons. Elles sont uniques en leur genre et ne dépendent d' aucun modèle-type, pas plus qu' elles n' ont la prétention de servir elles-mêmes de modèle. Elles ont, pour ainsi dire, poussé sur le sol où elles se trouvent et ne peuvent, de ce fait, être « belles » que sur leur propre sol.

Si nous restons dans les limites de l' art national, nous citerons tout spécialement ici la maison de l' Engadine, à laquelle nous consacrerons le présent article.

Nombreux seront sans doute nos camarades clubistes qui viendront ce mois-ci pour la première fois en Engadine, à l' occasion de la fête centrale ou de la semaine d' excursions du C.A.S. et, lorsque, après de multiples tours et détours, le train les amènera, à travers la chaîne de l' Albula, jusque dans cette région de notre Suisse, ils ne manqueront pas d' être fortement impressionnés dès leur première rencontre avec le village de la vallée.

Autour d' un haut clocher élancé rappelant l' influence du baroque de r Italie septentrionale se pressent les maisons massives aux murs crépis, d' un blanc éblouissant, sur lesquels sont posés des toits énormes au revêtement de dalles épaisses. Chaque maison a l' apparence d' un « fortin particulier ». Les petites fenêtres qui s' élargissent vers l' extérieur sont comme des meurtrières et plus d' une d' entre elles est ornée d' une grille imposante.

Les gens qui habitent ces maisons doivent être singulièrement apathiques et sérieux. Ils ne se livrent ni facilement ni rapidement, et leur idiome, qu' ils défendent actuellement avec tant d' ardeur, contribue à ce que, au premier moment, l' étranger se trouve vraiment dépaysé. Si nous nous demandons ce qui peut bien avoir engagé l' Engadinois d' autrefois à donner à son foyer — tel que l' observateur le voit à une certaine distance — ce caractère d'«isolement dans l' architectonique », nous constatons que:

1° l' architecte de l' ancienne Engadine s' est inspiré du Midi ( contrastant avec le style des constructions en bois des Walser grisons2° l' histoire politique de l' Engadine a converti ces maisons en « fortins ». Nombreuses furent les attaques et les dévastations de l' ennemi. Nous pensons ici — pour ne choisir qu' un seul exemple — à l' invasion des troupes souabes qui suivit de près la bataille de Calven en 1499; ces troupes avaient reçu de Maximilien l' ordre de conquérir toute l' Engadine LES MAISONS DE L' ENGADINE ET LEURS PARTICULARITÉS.

pour s' en servir comme de point d' appui, en vue d' une puissante attaque sur tout le pays des Grisons. C' est alors que les paysans engadinois, tout comme les Russes dans la guerre mondiale actuelle, appliquèrent la méthode de la « terre brûlée », incendièrent leurs propres foyers, enfouirent leurs biens et contraignirent l' ennemi à se retirer piteusement faute d' abris et de nourriture. Cela explique aussi la raison pour laquelle les maisons engadinoises datent rarement d' avant les premières années du 16e siècle et portent ainsi la marque du style baroque. Il est certain que ces événements historiques et d' autres semblables n' ont pas influence « sciemment » l' architecture de la région; toutefois, involontairement, l' idée s' impose que la méfiance et le sentiment de défense contre l' étranger — l' intrus — devaient trouver leur expression dans l' archi de cette vallée durement éprouvée; 3° l' ancienne Engadine avait à compter avec un autre adversaire: le climat. Celui qui, pendant près de six mais de l' année, doit poser le pied sur la neige et la glace, ne fût-ce que pour se rendre da ris la maison voisine, et qui, au cœur de l' hiver, alors qu' aucun chemin de fer ne reliait les villages entre eux, n' avait nulle envie de quitter s;on lieu de résidence, porte sur sa personne, sur son visage et dans son caractère le signe de la rudesse des conditions de vie que des siècles y ont gravé.

Maintenant, cher lecteur, te voilà descendu du train, pour te rendre dans un de ces villages engadinois. Alors que tu t' attendais à trouver une population rébarbative et particulièrement sérieuse, tu es tout surpris de constater que c' est le contraire. En lieu et place de murs massifs et nus, tu es dès l' abord salué par de ravissantes fenêtres en saillie de petites dimensions qui ne s' orien pas du côté du soleil mais regardent, comme des yeux curieux, vers la place, la rue du village... vers la vie. Mais tu es également frappé d' étonnement à la vue des châssis sculptés des fenêtres comme aussi de ces grilles aux formes d' une grâce exquise. Dt la porte cintrée si décorative du rez-de-chaussée jusqu' à la corniche fortement arquée du fronton alternent les formes les plus admirables de fart artisanal le plus beau et le plus authentique. De plus, tu remarques non sans surprise que ces murs blancs et lourds ont, vus de près, un revêtement de grisaille qui nous rappelle inévitablement le travail du filigrane: le sgraffito. La techn ique du sgraffitto nous vient d' Italie; on pourrait aussi l' appeler « technique du grattage », puisque des dessins choisis sont « grattés » sur la couche supérieure de l' enduit alors que celui-ci est encore humide, de Sgraffito en H;iu1;e-Engadine.

Sgraffito de la Basse-Engadine.

LES MAISONS DE L' ENGADINE ET LEURS PARTICULARITÉS.

façon à faire apparaître par places la couche d' une autre couleur qui se trouve en dessous. Et si, en outre, tu vois sortir de la maison une gracieuse jeune fille de l' Engadine dans son magnifique costume pourpre au corsage à broderie bigarrée, avec son fichu et sa petite coiffe, tu te demanderas avec raison d' où provient cette divergence? Ici des murs froids qui vous donnent le frisson, là un style passionné, des couleurs éclatantes et de pimpants atours!

Nous avons là tous les éléments de l' art engadinois. L' Engadinois, enfant d' origine ladine, ne pourrait exister dans l' atmosphère glaciale de son enveloppe extérieure. Ce que lui ont donne de dur le froid de la maison de pierre, le climat et l' histoire, il l' a adouci par son tempérament méridional, par les décors de formes et de couleurs qu' il avait en lui. On aurait peine à trouver dans toute la Suisse un autre exemple où le contraste entre deux lignes fondamentales — celle des conditions de vie et celle du caractère — soit mis en équilibre avec autant de magnificence et de maîtrise que dans l' Engadine.

Mieux encore, l' expression artistique de cette race n' est pas basée sur un seul et même modèle. L' habitant de la vallée supérieure se distingue de celui de la vallée inférieure sous plus d' un rapport, même sous celui de la langue. Les costumes aussi diffèrent. Il faut bien se garder d' exprimer sa préférence pour l' un plutôt que pour l' autre, ou de trouver le romanche de l' un « plus mélodieux et plus authentique » que celui de l' autre. Comment cette divergence d' originalité ne se manifesterait-elle pas également dans l' archi? Ainsi l' ornement en sgraffito des façades présente dans la Haute-Engadine des dessins géométriques, tandis que dans la Basse-Engadine on voit plutôt des motifs de composition. Cela serait un travail fort interessant que de classer avec précision tous ces détails relevant de l' histoire de la culture.

Il nous faudrait encore avoir la possibilité de jeter un coup d' œil à l' intérieur de la maison de l' Enga. Il y aurait bien des choses à y admirer. Nous songeons ici à l' imposant plafond voûté, puis aussi à la « stuva », chambre entièrement lambrissée de bois, avec son poêle entouréd' une curieuse grille dans sa partie supérieure et derrière lequel un petit escalier raide mène discrètement, par une trappe, à la chambre à coucher. En outre, de tout cet ensemble en bois émane l' o si particulière de l' arole qui, chose étrange, vous reste figée dans le souvenir.

LES MAISONS DE L' ENGADINE ET LEURS PARTICULARITÉS.

Et lorsque, en sortant du village, nos pas nous mèneront bien plus haut, vers les roches crénelées et les glaciers, ces douces impressions pâliront dans notre mémoire et nous ne verrons plus, au fond de la vallée verdoyante, que ces petits tas de pierres, qui paraissent froids et fermés à ceux qui ne les voient que de loin, mais qui offrent à la vue de celui qui a pu les visiter une profusion de belles choses.

Feedback