Les noms de la Carte Nationale de la Suisse

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Comme nous l' indiquions en note dans le numéro de mai de cette revue, l' article « Noms de lieux alpins », critiquant les noms de la C. N., appelle une explication officielle. Elle sera brève et incomplète, vu l' espace restreint dont nous disposons aujourd'hui.

Les noms, au même titre que les autres éléments de la carte, doivent être utiles au touriste, au militaire, à l' administration, à la technique, à d' autres branches de l' activité humaine. Beaucoup plus que les cartes en usage jusqu' ici, la C. N. fait systématiquement son profit des travaux du philologue; elle fait appel à celui-ci pour interpréter ces travaux. Mais on ne peut demander à la carte de jouer le rôle de conservateur du patois, de musée du folklore. E. Muret, romaniste de renom, écrivait, constatant la tendance irrésistible à franciser: « il serait absurde de vouloir s' y opposer ». Il ne faut pas oublier qu' en Suisse romande le français est la langue des relations entre le lecteur de la carte et l' habitant, que certains noms ont une graphie imposée, que d' autres sont à tel point entrés dans l' habitude qu' on peut hésiter à les modifier. La ligne de conduite que nous nous sommes fixée ne peut, vu la raison d' être de la carte, s' inspirer d' un système rigide. Elle indisposera les conservateurs exclusifs de ce que l'on appelle, parfois avec un peu trop de respect, la tradition écrite; nous voyons qu' elle déplaît aux conservateurs exclusifs de la tradition orale. Nous pensons, sous réserve des corrections que réclame toute œuvre humaine, que cette voie mérite d' être poursuivie.

La Direction du Service topographique fédéral « Les voies difficiles ne m' ont pas fait dédaigner les faciles, et la familiarité ne m' a jamais inspiré le mépris. L' escalade d' un pic n' a pas été pour moi une conquête, mais simplement une admission dans son intimité. » G. Winthrop Young

Feedback