Les variations des glaciers suisses 1962-1963

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

PAR ANDRÉ RENAUD

Avec 4 illustrations hors-texte ( 72-75 ) t Paul-Louis Mercanton ( 1876-1963 ) Le 25 février 1963, le doyen des glaciologues suisses s' est éteint à Page de 87 ans. J' ai déjà évoqué dans Les Alpes2 et ailleurs l' exceptionnelle richesse de l' œuvre scientifique de ce pionnier de la glaciologie alpine et polaire. Il convient toutefois de rappeler dans cette revue les articles que Paul-Louis Mercanton publia chaque année dans les revues du CAS 4 et qui, outre les résultats des mensurations sur les variations de longueur des glaciers suisses, renferment d' innom observations sur l' enneigement alpin et les recherches glaciaires. Leur illustration était riche et souvent originale. Nombreux sont les glaciologues et climatologues qui recourent à cette inépuisable source de renseignements unique en son genre, et particulièrement précieuse.

Emule de F.A. Forel ( 1841-1912 ), Paul-Louis Mercanton se passionna très jeune pour l' étude des glaciers. Ses premières observations glaciologiques semblent remonter au 24 juillet 1896, sur la texture de la glace du Glacier d' Orny. En 1897, il se rendait seul au Glacier des Bois ( Mer de glace de Chamonix ) pour y effectuer des relevés de grains de glacier. Les 15/16 septembre 1900, il réussissait à atteindre en quatre heures la profondeur de 12,25 m en forant avec un aide la glace du Glacier du Trient. L' outil utilisé était de sa conception et le succès était du essentiellement à l' u d' une circulation d' eau pour éliminer les débris de glace arrachés par le foret. Cet essai 1 Observations annuelles publiées par la Commission des glaciers de la Société Helvétique des Sciences Naturelles ( SHSN ) avec la collaboration du CAS.

2 Bulletin mensuel du CAS 1963/4, p. 84.

3 Journal of Glaciology, No. 37, London.

4 28e rapport ( 1907 ) à 75e rapport ( 1954 ).

Ainsi, le régime des glaciers suisses entre 1961 et 1962 est sensiblement le même que celui de Vannée précédente. La décrue persiste et affecte la grande majorité des glaciers. On note cependant, comme presque chaque année, un petit nombre de glaciers en crue passagère.

La décrue affecte en maints endroits une ampleur considérable. Tel est le cas notamment des glaciers de Fiesch, Brunegg, Morteratsch, Tschierva où le portail s' est déplacé de 159 m vers l' amont ( O. Bisaz, Celerina ) et Grindelwald Inférieur. Selon M. W. Jost ( Berne ), l' accélération du retrait du front du Glacier Inférieur de Grindelwald s' explique par le caractère climatique de l' année 1962, plus chaude, plus ensoleillée et aussi plus sèche que la moyenne. A la Station météorologique de Beatenberg, on a note 278 heures de soleil au cours du mois d' août, tandis que ceux de mai, juin et juillet n' en totalisaient que 200 environ.

Certains glaciers ont été coupes par la décrue ( Otemma ). D' autres, toujours plus nombreux, se retirent derrière des amas morainiques entravant l' écoulement des eaux et favorisant la formation de lacs de barrage temporaires susceptibles d' être à l' origine de dangereuses débâcles. Citons ceux de Valsorey, Mont-Miné, Hüfi, Blümlisalp. Lorsque les matériaux solides, souvent instables, sont entraînés par des brusques vidanges, il peut s' ensuivre de véritables catastrophes. Parmi les plus récentes, rappelons celle des Glaciers du Mont-Miné ( 1952 ), du Rottal sur Almagell ( 1953 ), de Roseg ( 1954 ) et de Stein ( 1956 ). En période de décrue, la surveillance de ces menaces virtuelles devrait être particulièrement attentive.

La décrue enfin rend souvent difficile la délimitation des fronts masques par les moraines. C' est la raison pour laquelle nous avons introduit des 1962 la surveillance de quelques glaciers en levant des profils superficiels transversaux et longitudinaux: Z' Mutt ( A. Renaud et P. Mercier ), Stein ( H. Vogt et R. Haefeli ), Steinlimmi ( Haefeli ). Ce procédé exige des points d' observations fixes sur les rives du glacier et l' emploi de théodolite. Au Grand Glacier d' Aletsch, M. P. Kasser applique systématiquement la méthode des levés photogrammétriques aériens, et cela grâce à la collaboration du Service topographique fédéral.

Les cas de crue sont imputables, mais ne ressortissent pas tous aux mêmes causes. Au Glacier du Trient, il s' agit d' une véritable poussée de l' amont se manifestant sur l' ensemble du front où j' ai mesuré avec M. Penis, géomètre ( Lausanne ), des avances de 8,5 m à 46 m. L' énorme bloc de moraine qui sert de repère n° 7 et qui repose sur des rochers lisses peu inclinés a été poussé 16 m vers l' aval et à demi-retourné. Plusieurs marques faites l' année précédente sur la roche en place ont été recouvertes par la glace. Le glacier a déjà avance à plusieurs reprises, par intermittence, ces dernières années. Il semble bien qu' il s' agisse là d' un véritable changement de régime, accompagné d' une augmentation de masse.

Les deux glaciers de Fee sont en crue régulière depuis plusieurs années; mais les mesures ne portent que sur la langue nord. En 1954, un énorme éboulement de la paroi dominant la rive gauche du glacier avait partiellement recouvert la langue en décrue. Après s' être retirée de plus de 400 m, la langue s' allonge maintenant ( depuis 1958 ) et M. Bodenmüller, inspecteur forestier ( Viège ), considère que le glacier reprend ainsi sa forme d' équilibre. J' ai pu observer récemment ( 14 septembre 1963 ) la forme bombée très classique du front en crue et constater que le glacier a commence à recouvrir l' éboulement de rochers sans déplacer cette masse de matériaux. La moraine frontale bien constituée est formée essentiellement par les pierres tombées du glacier dont l' approche n' est d' ailleurs pas sans danger. Avec celui du Glacier du Trient, ce cas de crue est le plus typique des Alpes suisses.

Selon M. Vogt, la crue du Glacier de Rosenlaui n' est qu' une manifestation de glissement localisée en certains points du front. Elle est probablement due à la chaleur estivale et n' est pas accompagnée d' un accroissement de volume.

La crue des petits glaciers de Pizol et Sardona est clairement interprétée par M. Urs Eugster, ingénieur forestier ( Weesen ). « Elle n' est pas due ( sauf en un point ) à une poussée active de l' amont et à l' arrivée de véritable glace ancienne; mais à une métamorphose en glace compacte du névé de bordure datant de l' hiver 1960-1961 et qui n' avait pas fondu complètement durant l' été 1961. » Selon le rapport de M.J. P. Bezençon, ingénieur forestier ( Villeneuve ), la crue des Glaciers de Prapio et de Pierredar est du même type. Il en est de même pour le Glacier de Suretta ( M. F. Juvalta, ingénieur forestier à Bergün ).

L' étude systématique du Glacier de Plan-Névé sur Bex révèle peu à peu le caractère très particulier des petits glaciers ( A. Renaud, J. Penis et P. Marlétaz ). L' ablation déterminée en 8 stations réparties sur une aire de 3 ha environ a une valeur annuelle moyenne de 83 cm de glace ( 75 cm d' eau ). Elle dépend davantage de la durée d' insolation totale que de l' altitude. Le passage de la zone d' ablation, exposée au soleil, à celle d' accumulation, située au nord et au pied des parois rocheuses est très brusque. On note par exemple une ablation de 25 cm d' eau à la station H et une accumulation de 73 cm d' eau à la balise Nx située 15,5 m plus haut et 45 m en amont seulement. La transformation du névé en glace est extraordinairement rapide; à Nl5 par exemple, la densité du résidu d' accumulation 1961-1962 atteignait déjà la valeur très élevée de 0,7, le 6 octobre 1962.

Les deux glaciers de l' Aar continuent à faire l' objet de mensurations très complètes par les soins de M. A. Flotron, géomètre ( Meiringen ), pour le compte des KWO qui mettent généreusement les résultats à la disposition de la Commission des glaciers. Le tableau 4 en donne un extrait, sous la forme usuelle.

En été 1962, le front du Glacier Inférieur de VAar n' a pas touché les eaux du lac d' accumulation du Grimsel. La décrue du front est presque générale. Seul un lobe couvert de moraines a marqué une avance de 2 à 8 m. La langue continue à s' aplatir. Si la vitesse d' écoulement a diminué sur le profil du Pavillon Dollfus, elle a augmenté en revanche sur les profils situés en amont. Malgré cette croissance du flux d' alimentation, la surface continue de s' abaisser.

Les observations faites sur le Glacier Supérieur de VAar concordent avec les précédentes. Le profil médian sur lequel la vitesse d' écoulement s' accélérait sans cesse au cours des dix dernières années marque enfin une diminution de vitesse, alors que celle-ci croît sur les profils supérieurs. Ces constatations sont du plus grand intérêt au point de vue dynamique et nécessiteraient une analyse théorique. Le glacier a été au contact du lac d' accumulation d' Oberaar du 4 août 1961 au 4 février 1962. La cote la plus basse du glacier était de 2285,8 m et celle du plan d' eau à l' étiage de 2303,0 m. On voit donc que la hauteur de la falaise de glace plongeant dans le lac a atteint 17,2 m au maximum ( en moyenne 13 m ) et cela sur une longueur de 320 m. Quant à la valeur du recul du front, due en grande partie à l' action de l' eau, elle a été écartée du calcul du recul moyen des fronts dont le résultat figure plus haut dans la récapitulation.

La perte de masse de ces deux glaciers est de 101 % de la moyenne des 30 dernières années pour le Glacier Inférieur de l' Aar et de 81 % de la moyenne des 12 dernières années pour l' Oberaar.

La perte de masse globale 1961-1962 est estimée aux 95% de celle des 12 dernières années. La décrue est donc en voie d' atténuation, ce que corroborent aussi les mesures faites en surface.

Le déplacement du Bloc Hugi est toujours mesuré par M. Flotron. Ce célèbre bloc de la moraine superficielle du Glacier Inférieur de l' Aar qui servit d' abri au Soleurois Hugi en 1827 n' a pas encore atteint le front du glacier et a parcouru en 135 ans une distance totale de 5,343 km à vol d' oiseau, soit en moyenne 40 m par an. Sa progression est actuellement très ralentie ( 6,5 m par an ).

NOS ILLUSTRATIONS Les planches hors-texte qui illustrent cet article sont la reproduction d' anciennes photographies d' archives qui nous ont été communiquées par M. Elie Gaillard, inspecteur cantonal des forêts du Valais, à Sion.

Nous pensons que ces documents sont intéressants, non seulement pour les glaciologues, mais aussi pour les lecteurs des Alpes. Ces photographies ont été retrouvées datées, ce qui est particulièrement précieux. Toutefois, nous avons dû rechercher nous-même l' époque à laquelle la vue de Saas-Fee et de ses glaciers a été prise et nous avons pu la déterminer grâce à la courtoisie de M. Gustave Zurbriggen, hôtelier à Saas Fee. Nous remercions ici très vivement MM. Gaillard et Zurbriggen.

Au sujet de la vue de Saas-Fee, signalons que le nom du « Grand Hotel Bellevue », construit en 1883, a été changé à deux reprises. Devenu « Hotel Bellevue » en 1896, il a pris le nom de « Wal-liserhof » en 1955. La chapelle visible au centre de la photographie a été construite en 1666-1667 et a été démolie en 1890 pour faire place dès 1894 à l' ancienne église de Saas Fee, elle-même remplacée en 1963 par une église moderne. A l' époque de la photographie, les deux glaciers de Fee étaient déjà séparés depuis 30 ans environ; mais les moraines externes n' étaient pas encore boisées comme maintenant. Le glacier suspendu, au centre, descendait jusque vers 2090 m et la langue de droite jusque vers 1900 m ( centre photo ). On la devine, crevassée et chargée de matériaux, en arrière de la moraine latérale gauche.

Le Glacier de Gorner arrivait non loin de la Station de Furi du téléphérique du Lac Noir et celui de Morteratsch dans les parages immédiats de la Station du chemin de fer de la Bernina.

Liste des publications glaciologiques publiées en Suisse ( ou à l' étranger, mais d' auteurs suisses ):

Bader h.1963 Theory of Densification of Dry Snow on High Polar Glaciers. Snow and Ice, MIT Press, Cambridge Mass. 1963, 351-376.

EUGSTERURS1962 Les récentes variations des petits glaciers du Pizol et de Sardona ( Préalpes de Suisse orientale ). Publication n° 58 de F AI H S. Commission des neiges et des glaces. Symposium Obergurgl, 166-172.

HAEFELi R.1963 a ) Stress transformations, Tensile Strengths and Rupture Process of the Snow Cover. Snow and Ice, MIT Press, Cambridge Mass. 1963, 560-575.

1963 b ) Observations in Ice Tunnels an the Flow Law of Ice. Ice and Snow, MIT Press, Cambridge Mass. 1963, 162-186.

Altitude StationHöhe1234567 m. M.

Weissfluhjoch254018.10.24.7.2802757. 4.894 16.4.

Davos-Platz15606.12. 9.5.15413818. 2.311 17.4.

Klosters ( Rh. B.)120015. 2.25.4.13114318. 2.Berninahäuser217010.11.18019. 4.Pontresina184010.11.25.4.167807. 3.

Maloja182010.11.22.5.1941726. 3.537 16.4.

Barberine18204.11.30.5.2082907. 4.720 16.4.

Saas-Fee177512.11. 1.5.17110429. 3.297 1.4.

Zermatt160026.4.10013.11.

Bourg-St-Pierre16501. 1.24.4.1149316. 2.216 1.4.

Grimse1197029. 10.31018. 4.Grindelwald-Bort157027.12. 1.5.1261927. 4.390 16.3.

Trübsee180015.10.21.6.25033410. 4.930 16.4.

Andermatt14406.12. 8.5.1541537. 4.449 16.4.

Tableau 2 ENNEIGEMENT ALPIN 1961/62 - SCHNEEVERHÄLTNISSE IN HOCHLAGEN 1961/62 I. Observations au moyen de balises - Pegelmessungen Enneigement maximal RésWu à é' ia8eVariation de Alutude ( fin d' hiver ) ( fin de l' éténiveau de la Glaciertemi ( *valeur en eausurface en m ( cm1961/62 Plan-Névé ( VD2425,8635 le 3. 6. 62110 le 6. 10. 620,8073 cm ) Aletsch Jungfraufirn P 33350500 le 2. 6. 62290 le 12. 9. 622,00 Jungfraufirn P 5620420

Ewigschneefeld Pli 3450475

Claudes 1 Balise inférieure2750500 ( mi-avri152 le 13.9.62

25 cm ) Balise supérieure2900500 ( début juin127 le 13.9.62

105 cm ) Silvretta Balise inférieure2750285 le 14. 4. 62175 le 5. 9. 62 abaissement Station inférieure2460295 le 25. 5.62174 cm ) Bernina Diavolezzafirn2965240abaissement II. Observations sur des parois rocheuses ( nivomètresBeobachtungen bei Felsmarken GlacierAltitude Grindelwald inférieur ( Eismeer3100 Niveau maximal 48 degrés du 20. 2. au 1. 6. 62 Niveau minimal Variation 1961/62 16 degrés le 14. 9. 61 —3 m ( 6 degrés ) 10 degrés du 15 au 28. 9.62 Enneigement hivernal cumulé16 m ( 32 degrés ) 1 Les résidus d' accumulation donnés ici sont comptés à partir du 24. 9. 61, date des précédentes observations. En raison de la fonte qui s' est produite entre le 24. 9. 61 et la mi-octobre 1961, les résidus réels pour l' année nivologique sont plus élevés, soit + 50 et + 195 cm ( W. Kuhn ). Ces faits illustrent bien la difficulté inhérente à ce genre de mesures et les incertitudes susceptibles de les affecter ( A. Renaud ).

15 Die Alpen - 1963 - Us Alpes Altitude StationHöhe1234567 m. M.

Weissfluhjoch254018.10.24.7.2802757. 4.894 16.4.

Davos-Platz15606.12. 9.5.15413818. 2.311 17.4.

Klosters ( Rh. B.)120015. 2.25.4.13114318. 2.Berninahäuser217010.11.18019. 4.Pontresina184010.11.25.4.167807. 3.

Maloja182010.11.22.5.1941726. 3.537 16.4.

Barberine18204.11.30.5.2082907. 4.720 16.4.

Saas-Fee177512.11. 1.5.17110429. 3.297 1.4.

Zermatt160026.4.10013.11.

Bourg-St-Pierre16501. 1.24.4.1149316. 2.216 1.4.

Grimse1197029. 10.31018. 4.Grindelwald-Bort157027.12. 1.5.1261927. 4.390 16.3.

Trübsee180015.10.21.6.25033410. 4.930 16.4.

Andermatt14406.12. 8.5.1541537. 4.449 16.4.

Tableau 2 ENNEIGEMENT ALPIN 1961/62 - SCHNEEVERHÄLTNISSE IN HOCHLAGEN 1961/62 I. Observations au moyen de balises - Pegelmessungen Enneigement maximal RésWu à é' ia8eVariation de Alutude ( fin d' hiver ) ( fin de l' éténiveau de la Glaciertemi ( *valeur en eausurface en m ( cm1961/62 Plan-Névé ( VD2425,8635 le 3. 6. 62110 le 6. 10. 620,8073 cm ) Aletsch Jungfraufirn P 33350500 le 2. 6. 62290 le 12. 9. 622,00 Jungfraufirn P 5620420

Ewigschneefeld Pli 3450475

Claudes 1 Balise inférieure2750500 ( mi-avri152 le 13.9.62

25 cm ) Balise supérieure2900500 ( début juin127 le 13.9.62

105 cm ) Silvretta Balise inférieure2750285 le 14. 4. 62175 le 5. 9. 62 abaissement Station inférieure2460295 le 25. 5.62174 cm ) Bernina Diavolezzafirn2965240abaissement II. Observations sur des parois rocheuses ( nivomètresBeobachtungen bei Felsmarken GlacierAltitude Grindelwald inférieur ( Eismeer3100 Niveau maximal 48 degrés du 20. 2. au 1. 6. 62 Niveau minimal Variation 1961/62 16 degrés le 14. 9. 61 —3 m ( 6 degrés ) 10 degrés du 15 au 28. 9.62 Enneigement hivernal cumulé16 m ( 32 degrés ) 1 Les résidus d' accumulation donnés ici sont comptés à partir du 24. 9. 61, date des précédentes observations. En raison de la fonte qui s' est produite entre le 24. 9. 61 et la mi-octobre 1961, les résidus réels pour l' année nivologique sont plus élevés, soit + 50 et + 195 cm ( W. Kuhn ). Ces faits illustrent bien la difficulté inhérente à ce genre de mesures et les incertitudes susceptibles de les affecter ( A. Renaud ).

15 Die Alpen - 1963 - Us Alpes 225 Tableau 3 VARIATIONS DE LONGUEURS DES GLACIERS 1961/62 LÄNGEÄNDERUNGEN 1961/62 Bassin du Rhône - Einzugsgebiet der Rhone GlacierCanton' Rhône3VS MuttVS FieschVS Grosser AletschVS GriesAeginental)VS LangVS KaltwasserVS Allalin6VS TällibodenVS Schwarzberg6VS OfentalVS KessjenVS Fee ( langue Nord)VS RiedVS GornerVS Z' MuttVS FindelenVS Turtmann ( Ouest)VS Turtmann ( Est ou Brunegg ) .VS ZinalVS MorningVS Bella TolaVS MoiryVS FerpècleVS Mont-MinéVS Bas d' Arolla ( Arolla ) VS Tsidjiore-NouveVS CheilonVS L' En DarreyVS Grand DésertVS Mont FortVS OtemmaVS Mont Durand ( Val de Bagnes).VS BreneyVS ValsoreyVS TseudetVS Corbassière7VS Variations, en mètres, en Alt. front.2 ( m ) 1960/61 1961/62 1962 - 4,1 - 2,9 2061 + 5 ( 3 ans14,5 2585 ( S+T37,9 — 56,7 1593 - 19,1 24,8 1492 21,0 2362 - 7,5 35,0 2010 ( 196123,5 ( 2 ans6,0 2660 ( S+T41,1 10,5 2333 + 5,1 ( 2 ans2,713,6] 5,4 ( 3 ans ) 2658 4,4 ( 3 ans6,4 ( 2 ans9,3 2846 + 33,3 ( 2 ans ) 15,0 2065,00 ( S+T11,5 15,0 2039,6 ( S+T26,6 ( 2 ans10,8 2043,1 ( 196143,2 ( 2 ans32,0 2241 — 20,5 — 32,0 2482,25 ( 196124,7 25,0 2238 — 17 — 53,5 2420 — 32 ( 2 ans ) 10 1994 — 7 ( 2 ans ) 15,9 2320 + 12,5 ( 2 ans2,9 2760 - 7,5 14,5 2412 — 29 — 14,6 1990 ( 195720 1965 ( 19559 .__ 5,9 2130 ( 195934,4 2251 ( 195944.0 1740 — 3 ( 2 ans ) 0 2445 — 3,5 ( 2 ans228,3 6,5v

__ 54,0 2265 ( 196135,7 6,0 2565 ( 19618 0 2395 — 8 — 5,0 2420 — 21,5 ( 2 ans3,0 2165 1 Lorsqu' un glacier occupe le territoire de plusieurs cantons, c' est celui sur lequel la langue est située qui est mentionné ici.

2 Cote du point le plus bas de la langue, généralement à la sortie de l' émissaire au portailvaleurs approximatives ). ( S+T = Service topographique. ) 3 Le recul de —2,7 m publié pour 1960/61 dans le précédent rapport était erroné. La valeur corrigée est de —4,1 m.

4 La cote de 2362 m se rapporte au centre du front. Sur les deux bords, la glace descend 10 m plus bas.

5 La cote de 2333 m est celle du point le plus bas. Le torrent sort à l' altitude de 2367 m.

6 Le recul de —13,6 m donné pour 1960/61 concerne un lobe de glacier mort situé en aval. Le recul de —5,4 m pour les années 1959/62 se rapporte par contre au front réel en amont.

.'Le recul du Corbassière atteint — 51 m sur un lobe secondaire situé 223 men amont et 80 m à l' est.

2 Le recul de —8,0 m se rapporte à la période de 43 jours, du 17 août au 29 septembre 1962.

Variations, en mètres, en Alt. front, ( m ) 1962 Glacier 1960/61 1961/62 Bassin du Rhin - Einzugsgebiet des Rheins PuntegliasGR VorabGR LavazGR PorchabellaGR Verstankla GR SilvrettaGR LentaGR Paradies1GR SurettaGR PizolSG SardonaSG5,5 — 11,3 2330 2,3 ( 2 ans11,5 2590 ( 1961 ) 8,317,5 2250 ( 1960 ) 43 ( 3 ans7,5 2560 7,6 ( 2 ans4,0 2355 10 — 12,0 2460 52 ( 2 ans17,5 37,5 ( 2 ans51,0 2363 + 55,0 ( 3 ans ) 2183, 5 0 + 35,85 ( 2 ans ) 2550 0 + 13,4 ( 2 ans ) 2450 Bassin de Finn - Einzugsgebiet des Inns MorteratschGR TschiervaGR TiatschaGR SesvenaGR CalderasGR LischanaGR RosegGR33 — 45,0 1990 17,6 — 58,0 2150 19,2 ( 2 ans14,6 2514 3,3 ( 2 ans8,25 2712 6,5 — 10,5 2670* 17] ( 2 ans18,5 2788 38,3 — 31,8 2170 Bassin de l' Adda - Einzugsgebiet der Adda FornoGR PalüGR ParadisinoGR Cambrena GR — 27,6 — 20,0 2150 — 37,2 - 22,5 235012 — 6,7 2816 — 16 - 9,0 2515 Bassin du Tessin - Einzugsgebiet des Tessin Rossboden2 VS Bresciana TI Basodino TI — 4 — 2,0 1928 ( S+T )

+

7 — 23 2563 8,6 ._7 2585 1 Le Glacier de Paradies a diminué de 34 860 m2 depuis 1957.

2 La cote terminale de 2580 m publiée précédemment est fausse. La valeur donnée pour 1962 ( 1928 m ) a été déterminée par le levé aérien du Service topographique fédéral.

Tableau 4 Aaregletscher Mensurations des glaciers de l' Aar ( 1961/62 ) par les « Forces motrices de l' Oberhasli » ( KWO ) 1961/62 Ecarts ur 1961 Vitesses superficielles en m/an Altitude de cote, en m Profil moyenne moyennes maximum m moyenne maximum 1961 Unteraar Grunerhorn ( Finsteraar )..

2567,62 — 0,82 — 2 39,05 + 1,46 53,8 Wildläger 1 ( Lauteraar )..

2519,78 — 1,26 32,04 + 1,66 49,8 Mieselen

2378,50 -1,02 ±5 27,78 + 0,67 37,2 Pavillon Dollfus.

2234,91 — 1,84 — 15 18,92 — 0,08 26,0 Brandlamm Supérieure...

2074,21 -2,26 6,01 + 0,19 9,8 Oberaar Suprême

2569,63 — 1,37 __2 12,94 + 0,71 19,2 Supérieur

2498,80 — 1,67 + 2 8,48 + 0,53 12,9 Médian

2394,48 — 3,00 8,48 — 0,98 Diminution de superficie en mètres carrés - Oberflächenabnahme in m2 Unteraar. Oberaar.

1960/61 1961/62 4 540 5 456 13 696 8 170 Variation de masse en milliers de mètres cubes - Massenabnahme in 1000 m3 Unteraar De front à front

Du front au profil Brandlamm Supérieure

De Brandlamm Supérieure au Pavillon Dollfus

Du Pavillon Dollfus à Mieselenegg

Finsteraargletscher de Mieselen à Grunerhorn

Lauteraargletscher de Mieselen à Wildläger

Total Unteraar

1960/61 1961/62 — 200 — 280 — 2004 — 2 246 — 3 634 — 4 424 — 4 278 — 4 241 — 612 — 2 847 + 375 — 2 583 —10 353 —16 621 — 353 — 355 — 1 205 — 756 — 588 — 1 165 — 874 — 973 — 3020 — 3 249 Oberaar De front à front

Du front au profil Médian... Du profil Médian au Supérieur. Du profil Supérieur au Suprême.

Total Oberaar

L' altitude moyenne de ce profil publiée dans le précédent rapport était erronée. La valeur exacte était de 2521,04 m.

Zusammenfassung

Aus dem Bericht von André Renaud über die Schneeverhältnisse und den Stand der Gletscher in unserm Alpengebiet für 1962-1963 ergibt sich, dass die winterliche Einschneiung sehr unregelmässig erfolgte, und dass eine verzögerte, aber sehr starke Ausaperung im Frühjahr 1963 einsetzte. So sind die Firnzuwachse im allgemeinen klein und wechseln stark von einer Region zur andern.

Es wurden 93 Gletscher kontrolliert. Der Zungenstand eines Gletschers konnte nicht genau ermittelt werden. Die übrigen 92 Gletscher ergaben, dass 13 Gletscher =-14% im Vorstoss ( 1960/61: 12% ), 76 Gletscher = 82,5% im Rückzug ( 1960/61: 84,5% ) und 3 Gletscher = 3,5% stationär waren ( 1960/61: 3,5% ).

Die mittlere Längenänderung betrug —11,25 m, gegenüber —9,6 m im Vorjahr. Im grossen und ganzen ist das Regime unserer Gletscher zwischen 1961 und 1962 gleichgeblieben, auch gegenüber 1960, d.h. der grösste Teil derselben befindet sich im Rückzug. Die Detailmessungen ergaben z.B. für die Aaregletscher:

1960/611961/62 Unteraar-Oberflächenabnahme 4 540 m25 450 m2 Oberaar-Oberflächenabnahme 13 695 m28 170 m2 Unteraar-Massenabnahme in Millionen m3 10 353 m316 621 m3 Oberaar-Massenabnahme in Millionen m3 3 020 m33 249 m3 Dies zeigt einen beträchtlichen Gletscherschwund M. Oe.

Feedback