Promenades d'arêtes (Mischabel)

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

PAR EBERHARD KRESS, TUBINGUE

Avec 1 illustration ( 15 ) A trois heures et demie, nous sortons de la cabane des Mischabel. La nuit froide et étoilée nous enveloppe. Le Dom et le Täschhorn dressent dans le ciel leurs silhouettes glacées, mais on ne distingue encore rien d' autre. Nous quittons la cabane devenue si familière, qui s' accroche comme un nid d' aigle au rocher, loin au-dessus de la vallée de Saas.

Nous grimpons maintenant vers les rochers du Schwarzhorn, et la lueur de la lanterne de mon camarade me montre la piste à mesure que nous progressons.

Par le glacier de Hohbalen, nous nous dirigeons vers le Windjoch. C' est le point de départ du Nadelgrat, connu au Valais comme une des plus belles traversées d' arêtes, par-dessus une série de quatre mille.

1 Termina sullo spartiacque con la V. Bregaglia, tra il M. Beléniga e il Sasso Becche. Esso è percorribile solamente nella parte alta, perché quella inferiore non è che un' orrida gola, che arditi sentieri evitano sui crestoni che la rin-serrano.

L' aube monte lentement. Derrière le massif du Weissmies apparaissent les premières traînées rouges. Brusquement, entre le Lagginhorn et le Weissmies, le soleil lance un rayon d' or sur la mer de brouillard qui couvre le Val de Saas. Dans le ciel devenu bleu marine, les sommets émergent des nuages comme des récifs de corail dans un incendie de l' océan. Les nuages s' illuminent de toutes les couleurs, du rouge le plus chaud au blanc le plus pur. Et nous voilà plus haut qu' eux, charmés par ce spectacle de la nature. Une journée splendide nous attend!

L' arête nous conduit, et nous montons à une allure de haute montagne vers le sommet du Nadel- horn. Le calme et la paix nous entourent, on n' entend que la respiration du compagnon et les pas sur le névé. A notre gauche la face nord-est de la Lenzspitze déploie sa raideur et sa majesté. A droite, des parois de glace plongent sur des centaines de mètres jusqu' au glacier de Ried. Plus haut, le rocher alterne avec la glace, et une traversée raide sur la droite mène à une brèche, d' où il ne reste que quelques mètres verglacés jusqu' au sommet du Nadelhorn ( 4327 m ). Quelle vue impressionnante s' offre à nos yeux! Les sommets sont disposés tout autour de nous. Le regard s' étend par-delà les vallées et on aperçoit le Mont Blanc.

Après une belle halte nous revenons à la brèche toute proche. A chaque pas, dans le rocher verglacé, nous devons prendre garde avec nos crampons. Nous franchissons un sommet inférieur du Nadelhorn par des gendarmes en dalles et des arêtes glacées. Bientôt pourtant nous retrouvons la crête de neige. L' arête est par endroits si étroite que nous plaçons un pied de chaque côté du tranchant. Nous assurons pour ces passages, mais ailleurs le terrain permet de marcher ensemble, sauf dans le rocher. Constamment il faut tourner de grosses corniches par la droite. Le Stecknadelhorn se rapproche à vue d' œil, comme l' heure de midi aussi. De légers nuages entourent l' arête et nous incitent à continuer rapidement au-delà de ce second sommet. Les rochers qui descendent au Stecknadeljoch nous occupent sérieusement. Des lambeaux de nuages tournoient sans cesse sur l' arête et nous enveloppent par instants. Deux de nos amis réussissent encore le Höhberghorn pendant que nous commençons la descente sur le glacier de Hohberg par une pente abrupte de neige et de rocher. Une brève contre-pente amène au Festijoch qu' il faut franchir pour rallier la cabane du Dom, près de la langue du glacier de Festi. De grands séracs étincellent de bleu et de vert tendre. L' après s' avance et nous descendons à grands pas dans la neige molle.

Une pleine journée s' accomplit, une journée de calme et de plaisir. Nous l' avons vécue en face des géants de glace du Valais, et dans le jeu des nuages.

La cabane du Dom nous accueille dans la soirée, comblés de joie.

( Traduit de l' allemand par P. Vz. )

Feedback