Ski de printemps dans la vallée d'Aoste

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Jean-Louis Blanc, Peseux

II y a lieu de compléter les renseignements cartographiques de notre premier article1, en signalant la parution de la carte touristique n° 86 Kompass, Sentieri e rifugi, Gran Paradiso ~ Valle d' Aosta. Cette carte en couleurs décrit la région comprise entre la Doire Baltée au nord, la route du Petit St-Bernard et les montagnes de la rive droite de la haute vallée de l' Isère à l' ouest, la vallée de l' Orco au sud, le Val Fénis et la vallée du Forzo à l' est. Bien qu' elle s' adresse d' abord aux touristes et aux promeneurs, elle sera utile aux alpinistes et aux skieurs auxquels elle donnera une vue d' ensemble du massif du Grand Paradis et de ses annexes.

Dans un premier article, nous avons décrit quelques itinéraires de la rive droite du Valgrisanche. Nous ne saurions quitter cette belle vallée sans parler de ceux de la rive gauche.

Du sommet de la Grande Sassière, la ligne de partage des eaux entre l' Isère et la Doire de Valgrisanche se dirige vers le nord, jusqu' au petit massif de l' Archéboc, séparé lui-même du puissant groupe du Ruitor par le Col du Mont. A l' exception de l' Archéboc, cette section présente de hautes parois coupées de couloirs et plâtrées de glaciers suspendus sans intérêt pour le skieur.

LA POINTE OUEST D' oRMELUNE ( 3278 m ) CI feuille 41 Grande Sassière.

Epoque favorable: fin mai-début juin, lorsque la route est ouverte jusqu' aux Usselères; une nouvelle route, en voie d' achèvement, permettra bientôt de monter en voiture jusqu' à la Grand' Al et même au-delà. Ainsi, cette belle course pourra se faire jusqu' à fin juin pratiquement sans porter les skis!

Nord * Pte ouest d' Ormelune " 3278 m S Refuge M. Bezzi Alpe Vaudet 1 km à ski à pied Des Usselères, gagner la Grand' Alpe, puis suivre sur la rive gauche du torrent le sentier estival jusqu' au moment où le vallon s' élargit. A fin mai, on peut, en général, chausser les skis à cet endroit. Traverser le torrent solidement ponté par les avalanches. Par des pentes soutenues, monter en direction de la barre rocheuse qui soutient le Glacier de l' Ormelune. La pente se relève fortement et un large couloir permet de surmonter le ressaut à gauche ( est ) du point 2515. Pour ce passage, court mais très redressé, les crampons peuvent être nécessaires. Brutalement, on débouche dans la combe morainique qui précède le gla- cier. On le remonte dans toute sa longueur qu' à proximité immédiate du point 3174 de la crête frontière. Le sommet lui-même se gravit à pied, en quelques minutes, par son arête nord-ouest.

La descente se fera par le même itinéraire. Si les conditions de neige sont favorables, les molles ondulations du glacier, le couloir très raide et les longues pentes qui conduisent au fond du vallon en font un enchantement.

Il est possible de traverser le massif d' Archéboc en partant du refuge Mario Bezzi- II s' agit là d' une course longue et souvent difficile qui, dans sa pre- mière partie, relève plus de l' alpinisme que du ski. Voici quelques indications succinctes:

Du refuge, descendre à la Doire que l'on franchit. Par une longue traversée ascendante, en suivant plus ou moins le trace du sentier estival du Col Vaudet, gagner le point 2532, à l' entrée de la combe conduisant à ce col. Ce cheminement prend en écharpe des pentes raides et avalancheuses, coupées de couloirs; il ne doit être tenté que lorsque les conditions sont parfaites. On gagne ensuite le vallon du Rocher Blanc en franchissant une selle entre les points 2670 et 2794. Remonter ce vallon jusqu' au Col du Lac Noir où l'on passe la crête frontière. Traverser ensuite les pentes sud-ouest de la Pointe Maurin et de la Pointe est d' Ormelu pour atteindre le Glacier d' Archéboc que l'on remonte jusqu' au sommet de la Pointe ouest d' Ormelune. Un itinéraire au départ de Ste-Foy en Tarentaise est décrit dans I' ouvrage de Ph. et Cl. Traynard Alpes et neige - 101 sommets à ski.

MASSIF DU RUITOR CI feuille 41 Valgrisanche et 28 La Salle.

Ce puissant massif glaciaire offre au skieur alpin de magnifiques randonnées jusque tard dans le printemps. Pour les itinéraires au départ de la Tarentaise, nous renvoyons le lecteur à l' ou de Ph. et Cl. Traynard précité et au Guide Susse: Ski en Tarentaise et Maurienne. Nous nous limiterons à décrire deux itinéraires au départ du Valgrisanche: la The du Ruitor et le Château Blanc.

Le Refuge Santa Margherita, détruit pendant la guerre, a été reconstruit et baptisé Refuge Deffeyes. Il appartient à la Section Torino du CAI à laquelle on s' adressera pour en connaître les périodes d' ouverture. Il est possible de traverser le Ruitor du sud au nord, au départ de Bonne dans le Valgrisanche et en passant la nuit au Refuge Scavarda al Morion. Celui-ci est aménagé dans une ancienne cabane militaire située à quelque distance du Glacier du Morion, à 2912 mètres. On peut en obtenir la clé auprès du Guide Ferret, à Bonne.

En plein hiver, le versant sud-est du Ruitor est peu propice au ski; les pentes sont en général raides et avalancheuses. On attendra donc avril ou mai pour le parcourir, lorsque les zones les plus raides sont déjà dégarnies de neige.

Accès au refuge du Morion: de Bonne, remonter directement les pentes qui dominent le village en direction de l' ouest jusqu' au point 2317, au bas d' une large combe. Lorsque ces pentes sont dégagées, on a avantage à monter plus à droite, en utilisant un ancien chemin militaire qui serpente à flanc de coteau pour aller se perdre près du point 2317; ce chemin ne figure pas sur CI. De là, remonter la combe en obliquant progressivement vers la droite, passer gauche du point 2694. On atteint ainsi le pied d' un couloir très raide qui permet de surmonter une longue barre rocheuse et d' accéder au Glacier du Morion. Remonter le couloir à pied; on débouche alors de niveau sur une magnifique terrasse, un peu au-dessus du Lac du Morion. Tourner alors franchement à gauche pour atteindre en quelques minutes le refuge, en suivant le trace du chemin estival visible sous la neige.

TRAVERSÉE DE LA TÊTE DU RUITOR ( 3486 m ) Du refuge, gagner le Glacier du Morion et le remonter en écharpe vers le nord. Ce glacier est coupé par une petite barre rocheuse que l'on franchit à ski par des vires faciles. Prendre pied sur le glacier supérieur et gagner, par une marche de flanc, le rognon cote 3232 où l'on rejoint l' itiné 414 du Guide Susse et venant de Prariond. Cette traversée peut être dangereuse si la neige n' est pas stable; dans ce cas, on aura avantage à monter directement en direction de la Tête du Ruitor et de traverser ensuite horizontalement vers la droite lorsque la pente s' adoucit. Si la neige est dure, les crampons sont utiles. Du point 3232, on atteint sans autres difficultés le Col du Ruitor et l' ancienne cabane Defey ( 3373 m ). Une arête facile conduit au sommet où l'on parvient à pied ou à ski, suivant les conditions. Le panorama est des plus étendus, en particulier sur le Mont Blanc. Compter une heure et demie à 2 heures du refuge au sommet.

La descente du Glacier du Ruitor sur le nouveau refuge Deffeyes est un enchantement. On se tiendra sur la rive droite du glacier pour éviter quelques grandes crevasses à la hauteur des Vedettes. Arrivés au bas du glacier, contourner le Lago Verde par la droite ( est ) pour gagner le refuge. La descente directe sur la Thuile n' est guère recommandable ( it. 379 et 380 du Guide Susse ). On peut utiliser la variante suivante, qui permet de rallier la route du Col San Carlo par une traversée intéressante et, de là, la Thuile ou Morgex. On pourra se faire chercher au Col San Carlo par un taxi.

Du refuge, descendre en direction de la Montagna del Ghiacciaio jusqu' à l' endroit où le sentier estival oblique au sud-ouest. On remonte alors la Comba Sorda, d' abord très redressée, puis, en pente moyenne, dans toute sa longueur jusqu' au col ( 2837 m ), ouvert au pied sud-est du Mont Cormet. La tombe et le col sont anonymes dans la CI.

Sur l' autre versant, descendre par un beau vallon jusqu' au Lac de Pietra Rossa ( 2553 mon passera ensuite entre le lac et le point 2628 pour déboucher brusquement au sommet de fortes pentes. Pour éviter un ressaut, on descendra d' a vers le nord en passant à droite d' une cascade formée par l' émissaire du lac, puis on reviendra vers le sud. De belles pentes conduisent alors au Lac d' Arpi d' où l'on parvient en quelques minutes au Col San Carlo.

LE CHÂTEAU BLANC ( 3405 m ) Course longue et belle à faire au départ de Planaval ou de la Clusaz. Deux itinéraires sont possibles pour gagner le Col du Château Blanc ouvert entre ce sommet et la Doravidi. Le premier est décrit dans le Guide Susse; il passe par la Montagna del Ghiacciaio. C' est le plus sûr et le plus agréable, mais il a l' inconvénient d' un long portage des skis pendant environ deux heures. Cette variante est agréable tard au printemps, lorsque le sentier est dégagé jusqu' à la Montagna del Ghiacciaio. Le second, que nous décrivons, permet de chausser les skis à Planaval; il peut être tenté dès la fin mars à condition que la neige soit stabilisée.

Par des terrasses exposées aux avalanches, on s' élève en direction sud-ouest par l' Alpe Orfeuille jusqu' au Plan Petet ( 2284 m ) précédé d' un passage très raide. Remonter ensuite le vallon, d' abord en pente douce, puis de plus en plus redressée, qu' au Glacier du Château Blanc que l'on atteint à une sorte de col, près du point 2873. Par un large circuit vers la droite ( nord)*, rejoindre l' itinéraire précédent sur le plateau du glacier d' où l'on gagne le pied de l' arête sommitale du Château Blanc, en laissant le col du même nom à main droite. Le sommet lui-même s' atteint à pied en quelques pas. Compter 7 heures de Planaval au sommet. La descente sur ce village s' effectue par l' un ou l' autre itinéraire, ou plus facilement sur le refuge Deffeyes, par le Col du Château Blanc et le Glacier du Ruitor.

LE VAL DE RHÊMES C' est une des plus belles vallées latérales du Val d' Aoste. Dans son livre Pays d' Aoste, Saint Loup en parle avec enthousiasme en ces termes:

Le Val de Rhêmes présente, avec Saint-Nicolas, un moment esthétique du paysage valdotain qu' aucune autre vallée ne surpassera...

Accessible au départ de Villeneuve par une excellente route, cette vallée possède, dans sa partie supérieure, un cirque de montagnes incomparable qui remplira de joie le skieur alpin le plus exigeant.

La vallée inférieure est très étroite et ses pentes latérales sont défavorables au ski. Peu avant d' ar au hameau de Molignon, la vallée s' ouvre et bientôt le voyageur découvre Rhêmes-Notre-Dame, village idyllique planté dans un site admirable sur lequel Saint Loup écrit: Nostalgie du Paradis perdu à Rhêmes. Désir d' en faire une propriété privée: défense d' entrer, vallon du bonheur, chiens très méchants. Aujourd'hui, Rhêmes s' ouvre au tourisme estival et plusieurs hôtels ont été construits ces dernières années. En hiver, en revanche, le village retrouve sa solitude, faute de remontées mécaniques; seule une auberge demeure ouverte. A partir du mois de mars, les skieurs printaniers découvrent, toujours plus nombreux, Rhêmes et ses belles montagnes. Il n' est pas rare, en fin de semaine, que les hôtels du village et le refuge Benevolo refusent du monde.

Ce refuge, situé à 2285 mètres, près des chalets de Levassey, au centre d' une couronne de sommets glaciaires, est une base excellente pour visiter la partie supérieure de la vallée qui confine à celle de l' Isère. L' accès au départ de Rhêmes est facile et court: 2 h 30 à peine. Une nouvelle route permet, tard au printemps, de monter jusqu' à Thumel, ce qui abrège encore la montée d' une heure.

Nous renonçons à décrire les courses au départ du refuge Benevolo devenues toutes des classiques. Elles le sont dans le Guide Susse et dans le guide du CAI et de l' ACI Gran Paradiso.

Nous nous bornerons à en faire une brève enumeration. Les sommets les plus intéressants pour le ski sont la Pointe de la Galise ( 3344 m ), le Roc de Bassagne ( 3220 m ), la Pointe de Calabre ou de Bazel ( 3441 m ), la Pointe de Quarre Dessus ( 3460 m ) et la Becca de la Traversière ( 3337 m ). L' accès à ces sommets est facile et le temps de montée n' excède jamais 4 heures, si bien que l'on peut être de retour au refuge pour midi et jouir de bonnes conditions de neige à la descente. Le refuge est en général ouvert depuis Pâques; le gardien habite Rhêmes. Il est possible de gravir la Tzanteleina ( 3605 m ) au départ du refuge Benevolo; mais cette course relève plus de l' alpinisme que du ski. Du refuge, on peut se rendre à Val d' Isère en traversant le Col de Rhêmes-Calabre ( 3094 m ) ou le Col de Bassagne ( 3110 m ), à Tignes par le Col de Rhêmes-Golette ( 3117 m ), au refuge Mario-Bezzi et dans le Valgrisanche par le Col Bassac Déré ( 2984 m ). Il est aussi possible, dans le cadre d' une haute route, de relier en un jour le refuge Benevolo au refuge du Carroz ou Bonneval sur Arc, en Haute Maurienne, en combinant la traversée des cols de Bassagne et du Montet, séparés par le glacier des sources de l' Isère.

COURSES AU DÉPART DE RHÊMES-NOTRE-DAME Ce village est situé à une altitude suffisante pour servir de point de départ à des courses importantes.

LA CIMA DI ENTRELOR ( 3430 m ). CI feuille 41 Rhêmes notre Dame.

Ce sommet est le plus septentrional d' un trio dont l' altitude est sensiblement égale, formant un massif bien individualisé situé entre la Vallée de Rhêmes et le Valsavaranche, les deux autres sommets étant l' Aouillé et le Mont Teu Blanc.

La Cima di Entrelor est en passe de devenir une classique, la descente sur Rhêmes-Notre-Dame est inoubliable.

Du village, suivre le tracé du sentier du Col d' Entrelor jusqu' aux chalets de Pra del Bosco, puis monter à gauche dans la forêt pour contourner par l' amont le curieux rocher appelé Château de Quoilette. On rejoint ensuite le sentier à l' endroit où il franchit une barre rocheuse pour déboucher brusquement sur l' Alpe d' Entrelor, près d' un petit oratoire. S' élever ensuite dans le vallon, dont l' inclinaison, d' abord faible, augmente progressivement jusqu' au Glacier d' Entrelor. On en remonte d' abord la branche sud-ouest, pour revenir bientôt à gauche, en direction du Col Percia, en passant derrière le rognon rocheux et morainique qui sépare les deux branches du glacier. Se diriger ensuite vers la selle glaciaire 3282 m, en contournant quelques crevasses par la gauche. De la selle, suivre la croupe neigeuse jusqu' à l' antéci 3397 m où l'on dépose les skis. Le sommet s' at à pied en quelques minutes par une arête facile. On y jouit d' une vue étendue sur le Grand Ski en Vallée d' Aoste 1 Ancienne cabane Defey ( 3373 m ) au Col Ruitor Paradis. La descente se fera par le même itinéraire. Compter 6 heures de Rhêmes au sommet et une heure et demie en sens inverse si la neige est favorable. On est déjà monté à ski directement du glacier jusqu' à quelques mètres du sommet par les pentes très raides situées à son aplomb. Cette variante n' est possible que par des conditions exceptionnelles et pour d' excellents skieurs. Du sommet, on peut atteindre à pied, en suivant Parete neigeuse, l' Ouillié en 20 à 30 minutes.

LE MONT TEU BLANC ( 3438 m ) ET LA POINTE NORD DE LEYN1R ( 3235 m ) CI feuille 41 Rhêmes notre Dame.

Certaines cartes orthographient Taou Blanc. Cette belle course est recommandable tard au printemps, jusqu' au début de juin, lorsque la route est libre de neige jusqu' à Thumel ( 1900 m ). Elle est beaucoup moins connue que la Cima di Entrelor, mais tout aussi intéressante. Du fond de la vallée, rien ne laisse deviner l' existence des combes magnifiques qui s' élèvent en paliers successifs jusqu' au Col Leynir.

Au contraire, la profonde gorge creusée par le torrent de la Vaudaletta, les pentes inférieures raides et boisées et les nombreux lacets du sentier du Col Leynir sont plutôt rébarbatifs. Cette première partie de la course, plus encore à la descente qu' à la montée, est peu propice au ski jusqu' à l' al de 2200 m, au seuil du beau vallon de la Vaudaletta. Tard au printemps, lorsque le sentier est dégagé, on peut monter commodément à pied en portant les skis.

Au hameau de Thumel, prendre le sentier qui descend à la Doire, franchir le pont et tourner à droite pour gagner la rive gauche du torrent de Vaudaletta; les lacets du sentier sont visibles sous la neige, et on en suit plus ou moins le trace qu' au pied d' un rocher surplombant. Sortir alors sur la gauche et poursuivre dans un terrain plus ouvert, mais toujours très redressé. On coupe ainsi des pentes qui peuvent être dangereuses si la neige n' est pas stable. Dès que possible, rejoindre le torrent à la sortie supérieure de la gorge. Le terrain devient alors très facile. Un palier, que l'on surmonte par la rive gauche du torrent, donne accès à la Montagna Vaudaletta. Remonter la combe jusque vers 2 700 mètres, puis obliquer vers le sud en direction du Col Leynir. Par une succession de vallonnements, on atteint le glacier-névé de Vaudaletta dont la pente unie conduit droit au col.

Pour le Teu Blanc, s' élever à pied en direction nord par des éboulis plus ou moins enneigés et quelques rochers. On parvient ainsi au bas d' une longue pente unie et soutenue, mais parfaitement skiable, que Pon remonte jusqu' aux rochers sommitaux. Le sommet lui-même s' atteint à pied en quelques pas. La vue dont on y jouit sur le Grand Paradis et la Grande Rousse est de premier ordre.

Du col, on peut aussi gravir la Pointe Nord de Leynir, soit entièrement à pied par son arête nord-est, soit en partie à ski par le versant nord-ouest et l' arête sud-ouest. Il faut compter 4 heures jusqu' au col, 1 heure 15 minutes du col au Teu Blanc et 45 minutes du col à la pointe de Leynir.

La descente du col sur le Plan du Nivolet est facile. De là, on peut se rendre au refuge Victor-Emmanuel II en franchissant le Col de la Punta Foura. La descente sur Thumel, par l' itinéraire de montée, est belle et variée jusqu' à la forêt.

Feedback