Ski de printemps dans la Vallée d'Aoste

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Jean-Louis Blanc, Peseux

Pour achever la description des itinéraires à ski de la rive droite de la Doire, il nous reste à découvrir les montagnes du Val Fénis et de la Vallée de Champorcher.

Il va sans dire que cette description est loin d' être exhaustive et qu' il est matériellement impossible à un skieur de parcourir tous les itinéraires d' une région aussi vaste; une vie n' y suffirait pas. Nous nous sommes limité à décrire les plus intéressants, ceux qui nous ont procuré le plus de joie. Il s' agit donc d' un choix subjectif parmi les courses que nous avons faites à ski pendant près de 25 ans dans ce pays si attachant, tant par la beauté de ses montagnes que par l' accueil de ses habitants.

Nous ne saurions quitter la Vallée de Cogne sans parler encore de la Valeille et du Col du Teleccio. A Lillaz, dernier hameau habité toute l' année en amont du chef-lieu, s' ouvre, sur la rive gauche *Cf Les Alpes 1970 ( pp.47-54 ), 1972 ( pp.42-49 ), 1973 ( PP-47-51 ) « 1975 ( PP-51-57 ) du Grand Eyvia, la Valeille. Ce vallon sauvage, très encaissé dans sa partie basse, monte jusqu' au Col du Teleccio qui conduit dans le Val de Piantonetto et dans la Valle de l' Orco. Son bassin supérieur est occupé par le glacier de la Valeille, sur la rive gauche duquel se trouve le bivouac fixe Guido Antoldi du CAI1 ( env. 2850 m ).

COL DU TELECCIO ET POINTE D' ONDEZANA 3304 m et 3492 m C. I. feuille 28: Torre del Gran San Pietro Cette longue course se déroule dans un cadre grandiose et dans une ambiance particulièrement sévère.

Le talweg de la Valeille est très pierreux; on choisira de préférence pour s' y rendre un bon enneigement. Entre Lillaz et le glacier, le parcours est très exposé aux avalanches latérales qui balaient le fond du vallon. On ne s' y risquera donc qu' une fois la neige stabilisée, après une série de beaux jours.

De Lillaz, suivre le torrent jusqu' au pied de la grande moraine latérale gauche du glacier de la Valeille. S' élever ensuite dans la petite combe à gauche ( ouest ) de cette moraine, puis sur la moraine elle-même jusqu' au plateau du glacier où se trouve le bivouac. Sa partie supérieure est très redressée, et il est souvent avantageux d' en suivre la crête en portant les skis ( 4-5 heures de Lillaz ).

Du bivouac, remonter le glacier peu incliné qu' au pied d' un îlot rocheux que l'on contourne par la gauche ( sud-est ) et dont la base est cotée 2930 m sur CI. La pente se redresse et présente quelques crevasses. Revenir ensuite à droite au-dessus des rochers. La pente s' adoucit et bientôt la large dépression du col est en vue ( 2h ).

Du col, on peut gravir sans grandes difficultés la Pointe a"Ondezana. Pour cela, remonter le glacier peu incliné du Teleccio, puis la pente qui mène sur 1 Construction métallique semi-cylindrique, 9 couchettes avec matelas et couvertures l' épaule de l' arête sud-ouest où l'on dépose les skis. On grimpe alors au sommet en suivant l' arête. ( ihi5 ).

Il est possible de traverser le Col du Teleccio à ski, du lac du même nom ou du bivouac Carpano' à Lillaz. Les pentes sud de ce col sont très raides et la traversée est préférable dans ce sens.

VAL FÉNIS CI. feuilles 29: Nus et 42: Punta Tersiva Cette petite vallée latérale, appelée aussi Val Clavalité du nom du torrent qui l' arrose, est demeurée intacte grâce à l' absence d' une route carrossable. Elle débouche dans la vallée principale à Barche, hameau de la commune de Fénis. On n' y trouve ni habitation permanente, ni refuge, ni auberge et les chalets de ses mayens ne sont habités que pendant les mois d' été et d' automne.

L' accès à la partie supérieure de la vallée, celle qui intéresse le skieur, est long, et il faut partir à pied de la plaine. Il est vrai qu' un mauvais chemin, à peine carrossable, permet à celui qui ne craint pas de maltraiter son véhicule, de monter en voiture par la rive gauche jusqu' au pont sur le torrent Clavalité ( 900 m ). On évite ainsi une heure de marche, la plus pénible.

Très étroite et boisée dans sa partie inférieure, la vallée s' ouvre vers 1500 mètres, au-delà d' un seuil caractéristique. On y trouve les mayens de Robbia, Chez Botz, Maisonnasse, Maisons Blanches et Celey, au milieu desquels on découvre la ravissante chapelle de Notre-Dame de la Neige. Ces mayens sont la meilleure base pour visiter à ski le Val Clavalité. En l' absence d' un refuge et d' une auberge, on pourra soit dresser sa tente, soit bivouaquer dans une étable ou une grange. Dans les deux cas, on fera bien de s' annoncer au garde-chasse - la vallée est une réserve très giboyeuse -, si Ton ne veut pas être soupçonné de braconnage!

En amont des mayens de Clavalité, la vallée se 1 Le bivouac Carpano se trouve sur le Piano d' Agnelere, à 2865 m, sous la Roccia Viva, au-dessus de l' Alpe Muanda di Teleccio.

resserre en un étroit défilé pour s' ouvrir à nouveau à la hauteur des alpages supérieurs. Elle finit aux deux cols jumeaux Fénis ( 2831 m ) et Pontonnet ( 2897 m ), sorte de carrefour alpestre qui fait communiquer entre elles les trois vallées de Cogne, Fénis et Champorcher.

A la hauteur des mayens s' ouvre, sur la rive droite, le vallon latéral de Savoney qui remonte qu' au Mont Glacier et au Col Mezzove.

COL FÉNIS ET COL PONTONNET, TOUR PONTON Ces deux passages sont distants d' environ quatre cents mètres et l'on passe de l' un à l' autre en quelques minutes.

C' est une très belle course, facile et recommandable.

Des chalets de Celey, s' élever sur la rive droite du torrent en suivant le trace du chemin muletier qu' au premier pont ( 1847 m ) que l'on franchit pour gagner les chalets de la Grand-Alpe ( 2116 m ). Des pentes moyennes conduisent ensuite au fond du vallon, en amont d' une petite gorge au-delà de laquelle le torrent disparaît définitivement sous la neige.

Le but est en vue, et le cheminement évident. Après un court passage redressé entre 2500 et 2750 mètres, la pente s' adoucit et l'on parvient, sans autre difficulté, sur l' un ou l' autre col. Compter 4 à 5 heures des mayens.

Si la neige n' est pas trop soufflée, on pourra monter du Col Pontonnet à la Tour Ponton ( 3101 m ), par son versant nord-ouest. On y jouit d' une vue étendue sur les trois vallées.

Descente très belle par le même itinéraire qui paie largement de la montée un peu fastidieuse.

RACCORDEMENT AVEC LES ITINÉRAIRES DES VALLÉES DE COGNE ET DE CHAMPORCHER Du Col Pontonnet, on descend facilement au lac du même nom, puis aux chalets de l' Alpe Pianas, dans la haute Vallée de Cogne ou Val d' Ur tier. On rejoint là l' itinéraire de Lillaz à la Tersiva par le Col d' Invergneux. En sens inverse, il faut compter deux heures des chalets au col. Du Col Fénis, une jolie descente vers l' est conduit qu' au torrent Ayasse où l'on rejoint l' itinéraire de Champorcher au Lac Miserin.

Aucun itinéraire facile ne permet de passer, en conditions hivernales, du Val Fénis dans le Val Saint-Marcel. Le chaînon, issu de la Tersiva, qui sépare les deux vallées est très abrupt sur son versant oriental. Lorsque les conditions sont parfaites, de bons skieurs pourront tenter la traversée du Col Lavodilec ( 2870 m ), de la Grand-Alpe à la Grande Chaux ( simple suggestion ).

COL MEZZOVE ( 2614 m ) Ce col s' ouvre entre le Mont Glacier et la crête anonyme de partage des eaux entre le vallon de Savoney et la partie supérieure de la Vallée de Champdepraz.

Cette course se déroule dans une ambiance rude et désolée qui ravira l' amateur de solitude.

Des mayens de Clavalité, suivre la rive droite du torrent Savoney jusqu' aux chalets d' Orgère ( 1747 m ). Traverser le torrent sitôt après les chalets et s' engager sur les pentes très raides de la rive gauche du vallon, dans une forêt clairsemée. Ces pentes sont dangereuses si la neige n' est pas stable. Après avoir franchi deux couloirs à avalanches, on parvient, vers deux mille mètres, dans un petit vallonnement où le trace du sentier estival est visible. La pente s' adoucit et l'on débouche bientôt sur le plateau de Y Alpe Savoney ( 2129 m ).

Poursuivre le long du torrent jusqu' à l' entrée d' un petit défilé que l'on évite par la gauche ( nord ). On parvient ainsi aux chalets de l' Alpe Mezzove d' où le col est en vue. La descente, variée à souhait, s' effectue par le même itinéraire. Sur l' autre versant du col s' étend un vaste plateau parsemé de nombreux lacs, bassin supérieur de la Vallée de Champdepraz. La descente,dans cette vallée isolée et dans un terrain compliqué, ne semble pas recommandable. En revanche, il paraît possible de traverser à ski le col anonyme ouvert à l' est de la Gran Rossa et au sud du Gran Lago; ce col conduit à Dondena dans la haute Vallée de Champorcher.

COL FUSSI ( 2912 m ) ET MONT GLACIER ( 3186 m ) Cette course est intéressante et recommandable; corde et piolet sont utiles pour le sommet.

Des Mayens de Clavalité, suivre l' itinéraire du Col Fénis jusqu' à la hauteur de Y Alpe Meney. Passer le pont et continuer sur la rive droite du torrent jusqu' aux chalets de l' Eyelé ( 2095 m ) situés à l' en d' un vallon étroit et redressé. S' élever dans ce vallon qui s' ouvre aux abords du Tramail de Curieux ( 2511 m ). Une magnifique combe en pente moyenne conduit alors directement au col ouvert entre le Mont Delà et le Mont Glacier. Déposer les skis et, par une traversée ascendante sous le Mont Glacier, gagner l' épaule ( 3147 m ). Si les conditions sont très favorables, on peut parvenir à ski jusqu' à cet endroit. On grimpe alors directement au sommet par une forte pente de neige et quelques rochers. On y jouit d' une vue étendue sur les Alpes Pennines, du Grand Combin au Mont Rose.

La descente, qui réserve de magnifiques glissades, s' effectue par le même itinéraire.

Le versant sud du Col Fussi n' est pas skiable. Si l'on veut se rendre dans la Vallée de Champorcher, il faut commencer par descendre jusqu' à la Grand-Alpe, puis remonter au Col Fénis. Si les conditions sont favorables et la neige stabilisée sur les versants sud, on pourra tenter de traverser le Col Moussaillon ( 2858 m ). Pour cela, il faut descendre au Tramail de Cuneux et remonter, au sud, la combe qui mène au col. La contrepente n' est alors plus que de 340 mètres contre 700 pour le Col Fénis.

COL DE RAYE CHEVÉRE ( 2703 m ) Ouvert entre la Raye Chevrère et le Mont Iverta, ce col fait communiquer le Val Fénis et la Vallée de Champdepraz.

Des mayens de Clavalité, suivre l' itinéraire du Col Mezzove jusqu' à V Alpe d' Or gère. S' élever ensuite dans la forêt au-dessus des chalets en direction nord-est. La forêt est peu dense et l'on parvient sans trop de difficultés sur le plateau, quelques centaines de mètres à l' est du Mont Orgère. Remonter vers l' est une combe en pointant la selle anonyme 2695 m, puis, vers 2500 mètres, obliquer à gauche ( nord ) pour gagner directement le col par une pente un peu plus raide. Compter 4 heures de Clavalité au col. La descente s' effectue par le même itinéraire.

DES MAYENS DE CLAVALITÉ AUX DRUGES ET À SEISSOGNE Descendre la vallée inférieure jusqu' à Barche n' est pas intéressant. En aval de Maqueron ( 1443 m ), le terrain est boisé et la descente s' effec sur un chemin étroit et malaisé, parfois glacé. Au-dessous de mille mètres, la neige manque le plus souvent, et il faut porter les skis. Si la neige est bien transformée et peu profonde, on aura intérêt à rejoindre la vallée principale par l' itinérai suivant: Des chalets Chez Botz ( 1500 m ), prendre le chemin muletier de Y Alpe de Prapremier et en suivre le tracé, en partie à pied, jusqu' aux chalets de ce nom ( 2014 m ). On parvient ainsi sur une sorte de col d' où la vue sur les Alpes Pennines est particulièrement belle. Une descente amusante, à travers la forêt coupée de nombreuses clairières, conduit par Fontanafraida aux Druges et à Seissogne où on peut se faire chercher par une voiture.

VALLÉE DE CHAMPORCHER C. I. feuille42: Champorcher,Punta Tersivaet Valprato Soana. C' est la dernière vallée latérale de la rive droite du Val d' Aoste. Elle ne s' est ouverte que tardivement au tourisme, au début des années 50, après la construction de la route carrossable. Celle-ci part de Hône-Bard pour monter jusqu' à Bardonney, en amont du chef-lieu, où l'on trouve plusieurs petits hôtels et de quoi se ravitailler. La partie inférieure de la vallée est très encaissée. En revanche, en amont de Dondena, la vallée s' ouvre en un vaste cirque de montagnes avec, au centre, le Lac Miserin et son sanctuaire.

A Chardonney, on a construit quelques remontées mécaniques qui desservent Y Alpe de Laris. A Dondena, l' auberge n' est ouverte qu' en été.

DE CHAMPORCHER AU LAC MISERIN ( 2582 m ) Le sanctuaire, église imposante à cette altitude, se trouve à l' extrémité nord du lac, à quelques pas de la rive. Le refuge' se trouve à vingt mètres au nord de l' église.

Au départ de Chardonney, traverser le torrent Ayasse et suivre le tracé du sentier muletier qu' au pont de la Madeleine. On peut aussi utiliser le télésiège et rejoindre le pont par une traversée de flanc dans la forêt. On s' épargne ainsi une bonne heure de montée.

Au-delà du pont et jusqu' à Dondena, on a le choix entre deux itinéraires. Le premier suit fidèlement le chemin estival de la rive gauche; il est exposé aux avalanches à plus d' un endroit en cas de grosse chute de neige. Le second se déroule sur la rive opposée de l' Ayasse. Suivre d' abord ce torrent jusqu' au des chalets de Grand Panoisa, puis s' élever à travers la forêt peu dense jusqu' au chalet de Bouc Roise ( 2080 m ). Franchir le torrent dei Banchi pour déboucher sur Y Alpe de Dondena, un peu au-dessus d' une caserne en ruine. Par une marche ascendante, prendre en écharpe les pentes de la rive droite de l' Ayasse. Celles-ci peuvent être dangereuses si la neige est profonde. On parvient ainsi au point 2374 d' pù une combe, puis des croupes un peu plus redressées conduisent au sanctuaire. Le trajet de Dondena au lac est balisé de perches, malheureusement trop espacées. Compter 4 à 5 heures de Chardonney. En cas de mauvais temps, il est très difficile de s' orienter entre DonConstruction en maçonnerie, cuisine avec poêle à bois, dortoir humide et rudimentaire au rez, grand dortoir à l' étage: clé à la cure de Champorcher.

dena et le lac; le terrain, uniformément vallonné, n' offre aucun point de repère.

FENÊTRE DE CHAMPORCHER ( 2828 m ) Ce col, ouvert entre la Tour Ponton et de Bec Costazza, est franchi en été par un bon chemin muletier.

Du sanctuaire, gagner la combe située sous le col, au nord du Bec Costazza. S' élever dans cette combe directement au col sur une pente de plus en plus raide ( i heure ). Sur l' autre versant, un large couloir, tout aussi raide, conduit à Y Alpe Perazza. Si la neige est instable, le col est dangereux sur ses deux versants.

Les skieurs lui préféreront le col anonyme ( 2948 m ) ouvert entre la Cima di Perazza et l' arête sud du Bec Costazza. Bien que plus élevé de 120 mètres, il est beaucoup plus favorable au ski.

Du sanctuaire, traverser le lac ou longer sa rive droite, puis remonter la combe qui lui fait suite jusque vers 2700 mètres. Obliquer progressivement à droite ( ouest ), en direction du col peu individualisé que l'on atteint par une pente soutenue ( 1 h 30 ). On pourra grimper en quelques pas au point 2978, d' où la vue plonge dans la vallée de Campiglia, 1400 mètres plus bas.

Sur l' autre versant, une magnifique glissade, dans un terrain parfait, conduit à Y Alpe Perazza où l'on retrouve l' itinéraire de Pianas à Lillaz par Teppe Lunghe.

COLLE DELLA ROSA ( 2957 m ) Cette course facile peut se faire dans la journée au départ de Chardonney, en utilisant le télésiège de Laris.

De Dondena, gagner le vallon dei Banchi en passant au point 2186 pour prendre le talweg au Pian di Roche. Suivre le fond du vallon jusqu' au glacier dei Banchi, peu ou pas crevasse, que l'on remonte en pointant la dépression la plus marquée de la crête. Il est préférable de déposer les skis et de grimper à pied la dernière pente ( 2 à 3 heures ).

Du col, on peut gravir la Rosa dei Banchi en suivant I' arête ouest. Corde et piolet sont utiles. Du sommet, on jouit de l' une des vues les plus étendues des Alpes Graies. La descente, belle et facile, s' ef par le même itinéraire.

Nous arrivons ainsi au terme de cette monographie, très incomplète, des itinéraires à ski de la rive droite de la Doire Baltée, du Valgrisanche à la Vallée de Champorcher. Si ces descriptions, imparfaites, engagent d' autres skieurs à aller explorer, à leur tour, les montagnes valdotaines, notre but sera atteint. Nul doute qu' ils y vivront, eux aussi, de belles aventures et qu' ils y éprouveront autant de joie que leurs devanciers.

Feedback