A l'écoute de tous les membres. Le président central tourne son regard vers le futur

Le président central tourne son regard vers le futur

A l' écoute de tous les membres

Le CAS est une association sportive alpine aux engagements les plus divers. C' est ainsi que la voit son président central Frank-Urs Müller, qui, à la place de son rapport annuel, livre son point de vue dans une interview accordée à la revue « Les Alpes ».

Les Alpes: Quels ont été, à tes yeux, les principaux événements concernant le CAS en 2008?

Frank-Urs Müller: A choisir, je mentionnerai le Championnat du monde de ski-alpinisme dans le Bas-Valais, le rejet de l' initiative contre le droit de recours des associations et le projet « Paysage alpin ».

Pour quelle raison ce projet est-il si important?

Il s' agit pour nous d' établir, sur la base d' un large consensus, une carte du statut de protection attribué respectivement aux différentes régions des Alpes. A l' interne, cette carte servira par exemple à nos prises de position sur des projets de constructions et d' aménagements dans l' espace alpin. Nous n' aurons ainsi plus à déterminer pour chaque projet le statut de protection de la zone concernée. J' ai constaté, lors d' un forum organisé l' année dernière en Suisse romande dans le cadre de la phase pilote, que l' ob central du projet « Paysage alpin » était bien compris et discuté dans un esprit constructif.

La carte est donc destinée à rester un document interne au CAS?

A l' origine, le projet visait à établir la carte en collaboration avec les diverses autorités fédérales, comme la Fondation pour la protection et l' aménagement du paysage, afin de lui conférer un caractère contraignant, mais cet objectif s' est avéré trop ambitieux pour le CAS. La phase pilote prendra fin cette année et l' Assem des délégués décidera alors si le projet doit être poursuivi et si oui, comment.

Dans le domaine de l' environnement, le CAS s' est engagé dans l' arène politique à l' occasion de la votation sur le droit de recours des associations. Peut-on s' attendre à d' autres engagements de ce type?

Non, c' était un cas particulier. Notre engagement en faveur de l' environne dépend en effet de l' existence d' un instrument efficace d' exercice des droits politiques. C' est pourquoi nous avons joué de notre influence dans cette campagne contre l' initiative.

Le CAS s' est mis ainsi dans les rangs des Verts?

L' idée que nous soyons rangés parmi les associations de protection de l' envi me gêne. Nous sommes d' abord un club sportif.

Les intérêts des sports de montagne passe-ront-ils alors avant ceux de l' environne?

On pourrait le dire ainsi, mais nous sommes intéressés à un usage de l' espace alpin différencié et respectueux de l' en. Ainsi, dans le cas intéressant la communauté d' intérêts de l' esca dans le Jura ( IG Klettern Jura ), nous nous sommes opposés à une interdiction totale, mais engagés en faveur d' une utilisation restreinte de certaines parois rocheuses.

A propos d' utilisation différenciée: A-t-on trouvé une solution au conflit opposant l' Association centrale à la Section Monte Rosa au sujet des places d' atterrissage en montagne dans la région de Zermatt? Le problème n' est pas encore résolu. Je comprends que les Valaisans ne partagent pas notre point de vue. Mais l' Asso centrale se base sur les lignes directrices « Le CAS et l' environnement » qui ont été définies et adoptées par l' Assemblée des délégués de 2002.

De tels conflits ne risquent-ils pas de donner l' impression que « ceux de Berne » font ce qu' ils veulent?

J' aimerais à tout prix éviter de donner cette impression. Je suis à l' écoute de tous les membres, et j' espère que l'on n' hésite pas à me contacter en cas de problèmes ou si l'on a des questions à poser. Le Comité central informe aussi complètement et rapidement que possible de tout ce qu' il traite, mais il est important que les décisions prises démocratiquement par l' Association centrale soient respectées.

Que fait encore le président central pour entretenir le contact avec les sections? Je reste toujours actif dans ce but. L' année dernière, j' ai rencontré les représentants des dix sections les plus importantes au niveau de l' effectif des membres, et cette année je verrai ceux des dix sections les plus modestes. Je crois que ces initiatives sont appréciées.

Y a-t-il actuellement un sujet principal de préoccupation pour les sections?

Oui, par exemple la formation des chefs de courses. Les petites sections ont souvent de la peine à trouver des chefs suffisamment formés.

Frank-Urs Müller, président central du CAS Revenons à l' année dernière: y a-t-il un projet dont le déroulement n' ait pas répondu à tes attentes?

Oui, le projet « Gender ». Nous ne sommes pas parvenus à faire comprendre qu' il ne s' agissait pas seulement de la promotion de la femme. J' espère seulement que l' excellente analyse du CAS aura permis de sensibiliser un plus vaste public à ce sujet. Le Comité central a désigné Gianna Rauch pour assurer un suivi sur ce thème.

Le CAS se veut donc reconnu comme une association vouée aux sports alpins. Quels ont été les événements principaux à ce sujet en 2008?

Certainement le Championnat du monde de ski-alpinisme, où les membres du Swiss Team CAS ont glané de nombreuses médailles. On peut mentionner aussi l' adoption par la Conférence des présidents du « Concept de promotion de l' alpinisme de haut niveau », qui doit faciliter l' accès à l' alpinisme d' élite pour les jeunes. D' une façon générale, j' appré l' offre diversifiée et importante que présentent les programmes des sections, ainsi que les rencontres sportives régulières des seniors. En Romandie, on appelle ces derniers les « jeudistes », car c' est le jour où s' organisent leurs excursions.

Quelle est l' importance de l' intégration du sport d' élite dans le CAS?

Elle est très importante. De nombreuses associations alpines ayant choisi de renoncer à cette intégration sont aujourd'hui à la peine. Le Club alpin français par exemple a vu fondre l' effec de ses membres et s' est trouvé en conflit avec l' association française d' es sportive.

Cette intégration explique-t-elle la croissance continue de l' effectif des membres du CAS?

Pas seulement. On peut citer aussi l' essor général des sports de plein air et l' offre diversifiée du CAS. Nos membres apprécient la vaste palette d' offres de formation, les possibilités avantageuses d' hébergement et, last but not least, la revue Les Alpes.

A ton avis, qu' est qui fait la force d' un club aussi diversifié dans ses activités? La culture du dialogue est meilleure lorsque l'on doit envisager divers aspects dans les discussions. Si, par exemple, le CAS ne s' occupait plus de questions culturelles, ce serait une grande perte.

Le travail bénévole n' a plus vraiment la cote. Est-ce un danger pour le CAS, dont les sections mais aussi l' Association centrale sont imprégnées du système de milice? Ce n' est heureusement pas un problème brûlant au CAS, mais j' envisage à toutes fins utiles d' intégrer cette question dans la planification trisannuelle du Club. Pour moi, le système de milice est sacré, et le CAS doit pouvoir compter durant le prochain siècle encore sur des bénévoles.

La présidence du CAS est-elle pour toi une lourde charge, s' ajoutant à ton travail? Pour moi, la présidence du CAS est d' abord un honneur. J' essaie toutefois d' en limiter le poids en gardant un équilibre acceptable entre les séances et mes activités sportives. Pour l' instant, je suis en bonne forme.

Quels seront les principaux événements du proche avenir?

Il y aura l' importante décision de l' Assemblée des délégués concernant le projet « Paysage alpin ». Je suis impatient aussi de voir le succès de la formation continue des chefs de course et la mise en service de la base de données y relative. Et j' espère voir se concrétiser la nouvelle formule de notre revue Les Alpes.

Qu' attends le plus impatiemment pour 2009?

L' exposition « Art et cabanes », sûrement. Je me réjouis de visiter les cinq cabanes concernées, comme aussi d' assis à l' ouverture de la nouvelle cabane Monte-Rosa. J' attache aussi beaucoup d' importance au contact avec les membres du CAS, et je vois venir avec plaisir le mois de juillet, qui est celui de mes vacances à la montagne. a Inter view: Christoph Meier, rédacteur ( trad. ) Foto:

màd.

Point 4 de l' ordre du jour

Commission de gestion Les comptes annuels ainsi que des informations complémentaires seront envoyés aux délégués fin avril.

Point 5 de l' ordre du jour

Approbation de l' adaptation de la planification pluriannuelle 2010 Les documents seront envoyés aux sections à fin avril.

Point 6 de l' ordre du jour

Réélection du Président central: Le Président central Frank-Urs Müller a été élu en 2005. Il se met à disposition pour une deuxième période. Elections au Comité central:

Brigitte Holderegger-Müller siège depuis 2005 au Comité central comme responsable du domaine Sports alpins & Jeunesse. Elle se met à disposition pour une réélection. Election à la Commission de gestion: Werner Frick a fait partie de la Commission de gestion durant huit ans, et l' a présidée l' année dernière. Il remet son mandat en conformité avec la limitation de durée assignée au mandat des membres de la Commission. Les délégués se verront éventuellement proposer un successeur ( homme ou femme ) à élire.

Point 7 de l' ordre du jour

Nouvelle cabane CAS sur l' Alp Sprella La section Engiadina Bassa désire reprendre les bâtiments existants de l' Alp Sprella, les transformer et les exploiter comme cabane CAS. Selon l' art. 3.3 du règlement des cabanes, c' est l' assemblée des délégués qui doit décider de l' admis d' une nouvelle cabane du CAS. Les délégués recevront fin avril les documents.

Point 8 de l' ordre du jour

Projet « Avenir du paysage alpin » Le projet « Avenir du paysage alpin » a pour objectif de définir, dans un dialogue interne au CAS, quelles zones des paysages alpins doivent être protégées et dans quelle mesure. L' assemblée des délégués de 2007 a décidé de mener un projet pilote. Les résultats de cette démarche doivent permettre à l' assemblée des délégués de décider si le projet doit être poursuivi. Les sections recevront la documentation y relative à fin avril.

Point 9 de l' ordre du jour

Adaptation des statuts: nombre de membres par délégué Les statuts actuels disposent que chaque section a droit à un délégué au moins. Les sections comptant plus de 500 membres ont droit à un délégué supplémentaire par tranche entamée de 500 membres. Le nombre de délégués sera dorénavant limité au double du nombre de sections, soit à 224. La répartition se fera selon le système du Conseil national. Une adaptation des statuts dans ce sens sera soumise au vote des délégués. a

Feedback