Alpinisme en famille à la cabane Maighels. | Club Alpin Suisse CAS

Alpinisme en famille à la cabane Maighels.

Deux participants au camp d' alpi en famille à la cabane Maighels, le fils. Silvan, et son père, Ernst Thalmann, ont fait part de leur expérience dans le bulletin de la section Bodan. L' ex publié ici montre que cette activité pour petits et grands a des exigences multiples.

Silvan

Le dimanche, nous prenons le train jusqu' au col de l' Oberalp. Il nous faut deux heures de marche pour rejoindre la cabane Maighels ( 2310 m ). L' après, nous faisons de l' escala. Notre guide, Peter Manale, nous dit: « Essayez de toujours escalader les grosses pierres. » Nous exerçons encore les différents nœuds. Puis nous faisons du rappel sur une petite falaise.

Ernst Thalmann

La montée à la cabane nous laisse déjà présager ce qui nous attend, car c' est une véritable boule d' énergie qui semble se hisser sur les hauteurs de la vallée. Mu par cette énergie, le groupe vit sa première phase d' orga: les conquérants de sommets les plus gaillards prennent la tête, ils sont suivis vaillamment par ceux qui les imitent, puis viennent les petites filles et les petits garçons hésitants qui s' accrochent à leurs parents et la troupe des parents qui discutent. Benjamin bénéficie d' un statut spécial: on le porte! Ses petites jambes ne lui permettent pas de suivre la cadence, ce qui n' est pas étonnant puisque, du haut de ses deux ans, il est le plus jeune membre du groupe.

Silvan

Aujourd'hui c' est lundi et il pleut. Reiner et Peter ont préparé plusieurs tâches. Sur une carte de la Suisse que j' ai dessinée moi-même, je dois tracer le cours du Rhin, de sa source jusqu' à Bâle. L' après, nous avons fait une randonnée. En cours de route, nous avons découvert une bombe non éclatée, dont nous avons reporté l' emplacement sur la carte. Nous avons averti les autorités le soir même. Le lendemain, ils sont venus en hélicoptère et ils l' ont fait sauter. En rentrant, nous avons fait un détour. Nous avons dû traverser un torrent en petite culotte.

Ernst Thalmann

Que d' aventures, que de parties d' escalade excitantes et d' itinéraires exigeants, aussi bien pour les enfants que pour les adultes. Mais la semaine est aussi parsemée de bons moments de détente, d' expériences ludiques. Le temps passe bien plus vite lorsqu' il est meublé par les dernières découvertes scientifiques et que l' alpinisme en famille est présenté en parallèle avec la théorie d' Einstein.

Silvan

Aujourd'hui, mercredi, nous allons traverser le glacier du Maighels et grimper sur le Piz Borei ( 2952 m ). La montée dure environ cinq heures. Juste avant le glacier, j' ai trouvé de beaux cristaux. Avant le sommet, nous devons traverser le névé et escalader un mur raide de neige et de glace. Arrivés au sommet, nous inscrivons notre nom dans le livre. A la descente, nous pouvons faire des glissades sur la neige du glacier. Les chaussures sont trempées.

Ernst Thalmann

Au glacier du Maighels, nous exerçons la progression sur la glace. Répartis en trois cordées, nous montons jusqu' à l' altitude de 2500 m. Là, nous laissons les jeunes participants s' exer sur le plateau glaciaire. Nous, les adultes, et Luca, notre aspirant-gui-de, poursuivons notre route. Nous prenons de l' altitude, car Peter a décidé de nous emmener au sommet du Piz Borei!

Du sommet, ce qui ressemble à un collier de perles étiré le long du glacier par une main invisible se révèle être, lorsqu' on se sert des jumelles, la troupe de nos enfants qui rejoignent la vallée à la file indienne. Pour couronner cette course riche en événements, on organise une partie de glisse le long d' une corde fixe. Partie où l'on mouille les derniers centimètres carrés du bas des pantalons encore secs.

Silvan

Le jeudi est notre jour de repos. Nous nous levons malgré tout à cinq heures. Nous voulons gravir le Piz Cavradi ( 2612 m ), derrière la cabane, et observer le lever du jour. Pepe fait du thé et du café au sommet. C' est super! A midi, nous rôtissons des saucisses dans le petit jardin d' escalade. L' après, nous allons au grand jardin d' escalade. Bruno, le gardien, y a construit un funiculaire. C' est génial!

Ernst Thalmann

Moment fort incontesté de la semaine, la montée le long des versants Les participants au camp d' alpinis en famille sur le glacier de Maighels, en dessous du Piz Ravetsch raides du Piz Cavradi, tôt le matin, à la lueur des lampes frontales, les yeux encore gonflés de sommeil, nous a permis d' admirer le lever du soleil. Si un banc de nuages ne s' était pas installé entre l' horizon et le soleil, nous serions arrivés exactement au bon moment. Nous avons construit un cairn en attendant que les premiers rayons du soleil, retardés, pointent en dessus des nuages et nous réchauffent. De retour à la cabane, c' est avec une fierté incroyable que les courageux lève-tôt racontent aux dormeurs invétérés ce qu' il ont vu là-haut.

Feedback